Le Zéro déchet: Quoi, pourquoi, comment?

untitled-design

La naissance de la p’tite écolo en moi

La cause environnementale m’a toujours tenu à cœur. Je me souviens d’un cours au primaire où on nous enseignait la différence entre les déchets et le recyclage, et pourquoi c’était important. On nous avait expliqué que de notre vivant, on ne serait probablement pas témoin des réels impacts de nos mauvaises habitudes, mais que nos enfants et les générations à venir pourraient en souffrir énormément si on ne changeait rien. On avait appris les 3 grands R à se remémorer lorsque vient le temps de jeter quelque chose: est-ce Recyclable, Récupérable, ou Réutilisable? Si non, alors ça va à la poubelle.

Bon, c’est assez élémentaire comme notion, mais tssé, j’avais 7 ans! Ça m’a marqué. Ça a été la première prise de conscience de ma vie. J’ai compris que je faisais partie d’une société, que mes actions pouvaient influencer le cours de l’histoire et l’état de notre planète.

Bref, depuis ce temps, j’ai toujours ressenti un grand inconfort lorsque je dois jeter du papier ou du plastique à la poubelle.

En guise d’introduction, je vous invite cordialement à visiter ces deux liens assez percutants:

Je dirais, sans ironie, que ça ne sent pas très bon tout ça…

Le mode de vie Zéro déchet: Origines et définition 

img_20170106_190653

Je n’arrive pas à me rappeler comment j’ai découvert le concept, mais c’était vers la fin de 2016. Voici ce que j’en ai appris. Vous comprendrez pourquoi c’est venu me chercher.

En quoi consiste exactement le Zéro déchet?

Le mouvement a fait son apparition il y a quelques années, avec la publication du livre Zero Waste de Béa Johnson, une Française qui l’appliquait depuis 2008 et qui maintenant, avec sa famille de 4, ne produit qu’un kilo de déchets par an! J’ai lu son livre et j’ai beaucoup surfé sur son blogue. C’est vraiment impressionnant et inspirant.

Update: On a fini par aller voir Béa Johnson en conférence en 2017!! Voir ICI pour le bilan.

Les 5 mots clés selon elle: Refuser, Réduire, Réutiliser, Recycler, Composter (dans cet ordre!)

En gros, le but c’est de délaisser et de réduire au maximum le plastique et notre utilisation de matières jetables, autant les articles à usage unique que les matières recyclables. Oui oui, car même si c’est tout de même mieux de recycler du papier que de le jeter aux poubelles, reste que c’est un arbre qui a été mis à terre à la base. Alors on évite idéalement tout type d’emballage.

Vous l’aurez compris, les épiceries en vrac, les pots Masson et les DIY deviennent généralement les meilleurs amis des adeptes du Zéro déchet. On aime!

C’est aussi de toujours garder en tête qu’on peut faire mieux. Ce n’est pas parce qu’une tasse au coffee shop est recyclable ou compostable qu’on devrait avoir la conscience tranquille et y retourner tous les jours sans sa tasse réutilisable. Encore une fois, ce sont des matières premières qui sont arrachées dans la nature pour produire ces tasses, ainsi que des tonnes d’eau et d’énergie qui sont utilisée en usine pour la transformation de cette matière première.

Mais il y a du positif! Depuis Béa Jonhson, plusieurs personnes de partout dans le monde se lancent le défi, et de plus en plus, on peut voir le mouvement prendre de l’ampleur dans différents domaines. Que ce soit des entreprises: épiceries en vrac qui permettent d’emmener nos propres contenants, sacs en plastique payants, récupération des contenants, etc; ou encore par des mesures administratives/législatives: traitement par les municipalités des déchets compostables, ou bien depuis janvier 2018, la loi montréalaise interdisant les sacs plastiques!

En gros, nous sommes sur la bonne voie, mais je crois tout de même qu’en 2017, on devrait vraiment être rendu plus loin que ça.

C’est toute dans notre tête!

La première fois qu’on entend parler du concept, plein de réflexions nous viennent en tête…

  • C’est impossible que je produise 900 kilos de déchet par an? *
  • Je fais ma part puisque je recycle, c’est suffisant non?
  • Ouais mais tout est rendu recyclable ou compostable maintenant…
  • Ça doit tellement être compliqué et coûter cher??! Voir ici pour les preuves qu’en fait c’est moins cher!
  • Me moucher dans du tissus, ARK.

Hahaha! J’ai pensé à tout ça a début, mais à force de faire des recherches, et en faisant preuve d’ouverture d’esprit, j’ai réalisé que j’avais tort, et ma motivation a grandi, grandi, grandi! J’aborderai tous ces points dans de futurs articles. 🙂

Finalement, voici trois choses que je juge extrêmement importantes à toujours garder en tête si le défi nous intéresse:

  1. Ça ne se fait certainement pas du jour au lendemain,
  2. Il faut être ouvert d’esprit et ouvert au changement,
  3. Une fois le no waste lifestyle implanté, ce sont des économies en temps, en énergie et en argent qui nous attendent!

Qu’en pensez-vous?

*http://bit.ly/2iXQE97