Épicerie en vrac: les 3 astuces ultimes pour un magasinage efficace

L’un des défis que peut présenter le mode de vie Zéro déchet est d’éliminer les emballages divers: épicerie, produits de beauté/hygiène, produits ménagers, etc. La meilleure manière de s’en sortir de ce côté est d’adopter le vrac pour se procurer tous ou une partie de ces produits. Je vous présente donc ici mes trois astuces préférées afin de rendre votre magasinage en vrac le plus efficace et agréable possible!

1. Apprivoiser les différents types de contenants

Avant de vous rendre au magasin de vrac, pensez aux types de produits que vous allez acheter. En effet, tous n’ont pas besoin de pots massons en vitres, et ceux-ci ne sont pas l’idéal pour tout…

Il existe différents types de contenants que l’on peut utiliser pour magasiner en vrac:

  • Pots Masson: Bons pour la plupart des produits, mais lourd si on n’est pas en voiture. De plus, les formats sont limités.
  • Autres types de pots: J’aime bien les pots de beurre d’arachide et celui d’Huile de coco en plastique de chez Costco. Ils ont un bon format pour y mettre une grande quantité d’aliment, et le fait qu’ils sont en plastique allège énormément mon magasinage. Je suis aussi fan des petits pots pour les épices. De plus, leur petite taille m’empêche d’en acheter trop et d’avoir, de un, une surprise à la caisse, et de deux, en avoir trop pour rien.
  • Plats de type tupperware: Pratiques pour des produits plus gros ou salissants (plus facile d’accès avec les mains), genre des barres de chocolat.
  • Sacs en tissus: Ce sont mes préférés puisqu’ils allègent énormément le transport. Ils sont géniaux pour tout les produits secs et solides (noix, pâtes, riz, etc) qui ne se propagent pas partout (comme par exemple la farine).
  • Contenants métalliques: Idéal pour le café et le thé puisqu’ils gardent la fraîcheur.
  • Bouteilles: Pour les huiles, les shampoings, crèmes, etc. On peu récupérer celles qu’on termine à la maison pour faire le plein! De plus, il existe des tonnes de différents formats et types de bouchons (pompe, bec verseur, aérosol, etc). Allez-y selon vos besoins et utilisez votre imagination!
  • Autres…il doit bien en exister encore plus. Laissez-les moi savoir en commentaire si vous avez des idées!

Si vous démarrez dans le Zéro déchet, je vous suggère une petite visite dans les friperies. On y trouve toutes sortes de beaux contenants en tout genre. En plus, quand ils sont beau on a encore plus envie de les utiliser, puis on n’est pas gêné.e de les avoir à la vue dans la cuisine!

Note: J’amène toujours un ou deux pots de plus de grosseur moyenne au cas où je ferais une trouvaille, ou si jamais je réalise que j’ai oublié quelque chose sur ma liste.

Enfin, je rappelle que dans certaines boutiques, on peut trouver du shampoing, du dentifrice, et une panoplie de produits de toilette, ainsi que des produits ménagers! Il est donc possible de récupérer une bouteille de shampoing vide, ou encore une bouteille avec bouchon aérosol. Il existe même des tubes à presser pour y mettre le dentifrice (facilement trouvable dans des magasins de plein air et voyage).

2. Prévoir ce qui ira dans chaque contenant

Afin d’accélérer le processus de magasinage, je recommande un moment de préparation avant de quitter la maison pour vous rendre à l’épicerie. Faites une liste des produits dont vous avez besoin et de la quantité nécessaire pour chacun. De cette façon, vous n’apporterez que des contenants/sacs/bouteilles dont vous avez besoin, et la bonne grosseur pour la quantité nécessaire.

Dans mon cas, j’ai pas mal toujours les mêmes choses: Un très gros pots en plastique pour mes pâtes, un autre grand contenant pour mes céréales, trois sacs en coton pour mes noix et mon riz, une boite en métal pour mon thé vert, ainsi que quelques pots d’extra pour différents types de produits dont j’ai besoin de temps en temps.

3. Respecter les règles d’hygiène et la façon de procéder selon la boutique

Avant de visiter un magasin de vrac pour la première fois, il est bon de faire un tour sur le site internet de l’entreprise afin de connaître les règles concernant l’hygiène et la façon de procéder pour la pesée des contenants. Ou encore de s’y rendre quelques jours avant d’y magasiner.

En effet, quelques boutiques exigent que l’ont fasse vérifier ses pots avant de les remplir afin d’assurer leur propreté.

Aussi, la plupart mettent à notre disposition des balances pour que l’on pèse soi-même ses pots et qu’on écrive le poids dessus. D’autres demandent que nous nous rendions au comptoir où les employés se chargeront de le faire pour nous.

Finalement, certaines épiceries ont des pots que l’on peut utiliser pour magasiner à condition de payer un dépôt. Ainsi, si vous y retournez, vous pouvez redonner le pot pour qu’il soit utilisé par quelqu’un d’autre, et ravoir votre montant laissé. C’est hyper pratique, puis ça encourage le partage et la réutilisation!

Note: personnellement je ne fais jamais peser mes sacs en tissus puisqu’ils ne pèsent presque rien.

Avez-vous des préférences concernant votre magasinage en vrac? Quelle astuce donneriez-vous à quelqu’un qui veut s’y rendre pour la première fois?

Liens utiles:

  • Pour les informations à propos du Bulk Barn et leur programme de contenants réutilisables, c’est ici: http://www.bulkbarn.ca/Programme-de-contenants-r%C3%A9utilisables/
  • Pour en savoir plus sur Nu Grocery, à Ottawa: http://nugrocery.com/how-it-works/

Ma routine beauté Zéro déchet et minimaliste

Adopter une routine beauté Zéro déchet et minimaliste n’a pas été une grande difficulté pour moi. En effet, j’ai toujours utilisé peu de produits dans la salle de bain. Par contre, j’achetais tout en pharmacie donc je créais régulièrement des déchets avec les bouteilles de shampoings, gels douches, tube de dentifrice, maquillage, etc.

Je vous présente ici ce que j’utilise en date du mois de mars 2018. Certains produits changent parfois puisque j’aime tester différentes options. Ceci est ce qui fonctionne pour moi jusqu’ici. Chaque personne réagit différemment au même produit donc je vous invite à voir cet article comme étant une piste de départ pour les curieux.ses qui voudraient changer certaines habitudes!

J’aimerais aussi préciser que je n’utilise que des produits cruelty free (sans produits d’origine animale, ni testés sur les animaux), ce qui est très important pour moi et que j’encourage tout le monde à faire.

La douche

1. Cheveux

Pour laver mes cheveux, j’utilise un shampoing solide de La Savonnerie Saponaria, une entreprise de l’Outaouais.

La barre vient sans emballage (juste un petit morceau de papier enroulé autour). Elle n’est fait que d’ingrédients naturels et n’est pas testée sur les animaux.

C’est super simple à utiliser: On mouille nos cheveux et on frotte la barre sur nos cheveux. Ensuite on masse comme avec un shampoing liquide. Ça mousse moins, mais de toute façon, la mousse c’est une affaire de marketing qui nous fait croire que plus ça mousse, plus ça lave…C’est un gros mythe. J’ai les cheveux aussi propre que si j’utilisais un shampoing moussant.

Pour coiffer mes cheveux, je n’utilise rien. Vous ne vous en doutiez probablement pas mais mes cheveux sont extrêmement lisses et plats au naturel. Je dévoile aujourd’hui mon plus grand (bon peut-être pas le plus grand) secret…Je me fais faire une permanente une à deux fois par année pour avoir des bouclettes qui paraissent naturelles! BEN OUI. hahaha. ? Bref, cela me permet de ne pas avoir à coiffer mes cheveux le matin et je me fous de les mouiller sous la pluie ou à la plage l’été, ils se replacent automatiquement en séchant. Puis, je n’ai jamais besoin d’y mettre des produits ou de passer le fer dedans.

Bonus: En ne mettant rien dans mes cheveux, j’ai besoin de les laver beaucoup moins souvent (au deux semaines dans mon cas).

Pour revitaliser mes cheveux, une fois par mois, ou quand je sens que mes cheveux sont ternes et secs, je fais un masque à l’huile de coco. Ça consiste à me beurrer la tête d’huile de coco et de porter une serviette pendant une journée complète (genre un bon six heures). Ensuite, on les lave en profondeur dans la douche et on laisse sécher à l’air. Résultat: une tignasse douce douce douce et brillante! ?

2.Visage et corps

Pour me laver le visage, j’utilise un savon d’Alep (à gauche sur la photo). J’aurais tellement voulu connaître ce produit avant de découvrir le Zéro déchet. Je n’ai jamais eu aussi peu de boutons et la peau aussi lisse. Même pas besoin de crème hydratante!

Pour le corps, j’utilise présentement un savon de La Saponaria. Je pourrais très bien aussi utiliser mon savon d’Alep pour le corps en plus du visage (ce que je vais faire en voyage pour transporter le moins de choses possible).

En ce qui concerne les poils, j’utilise un rasoir jetable que j’avais déjà avant de me lancer dans le Zéro déchet. Je me rase plutôt rarement donc il dure très longtemps. De plus, je n’utilise pas de crème à raser. En effet, dans la douche avec la chaleur et le savon, le rasoir glisse sans problème et la peau est belle après. Si jamais vous avez à vous raser à sec, vous pouvez utiliser de l’huile de coco pour faire glisser le rasoir. En plus, ça hydrate la peau!

Les dents

Depuis quelques mois, je fais moi-même mon dentifrice. La recette prend cinq minutes à faire et ne comporte que trois ingrédients. La voici:

Deux portions d’huile de coco pour une portion de bicarbonate de soude. Ajouter une dizaine de gouttes d’huile essentielle de menthe poivrée. Mélanger dans un contenant de votre choix. Voilààààà!

Attention ici aussi: Ça ne mousse pas! Mais je n’ai jamais senti ma bouche aussi propre et mes dents aussi douces.

Il existe différentes recettes de dentifrice maison, à vous de choisir celle qui vous convient. J’en avais testé une à base d’argile verte mais ça irritait mes gencives, donc je suis revenue à cette recette-ci.

Ensuite, bien sûr, j’utilise une brosse à dent en bambou! Compostable et tellement jolie! 🙂

Le déo

Pour le déo je suis présentement en mode test. Je dois dire que mes conclusions tardent à arriver puisque je ne m’en mets pas chaque jour (j’ai la chance de ne pas suer beaucoup). D’abord je termine un tube de déo que j’ai entamé il y a un an (ça dure une éternité!!!).

Ensuite, j’ai récemment acheté une pierre d’alun. C’est spécial à utiliser car il faut se mouiller les aisselles pour que ça fonctionne (on mouille la pierre et on la frotte sur nos aisselles). Donc il faut idéalement l’appliquer genre en sortant de la douche.

Je teste aussi l’huile essentielle de palmarosa. J’en mets une goutte sur mon doigt et je frotte sous mon bras. J’aime bien cette option: je ne sue pas quand j’en mets et ça sent super bon! (À mettre avant de sortir par contre car ça sent beaucoup, on veut laisser le temps à l’odeur de se dissiper un peu).

Il existe aussi des recettes DIY un peu partout sur le web, mais je n’ai jamais les ingrédients sous la main. De plus, le moins d’ingrédients et le moins de travail, le mieux!

Laissez-moi savoir en commentaire qu’est-ce que vous préférez!

Le maquillage

Depuis avril 2017 je ne me maquille plus, sauf pour le crayon à sourcils. Résultat: ma trousse de voyage et ma salle de bain sont hyper épurées. De plus, j’économise beaucoup de temps le matin, puis je sais toujours où tout se trouve!

Alors voilà, ceci est ma routine beauté Zéro déchet et minimaliste! C’est important de savoir que c’est du cas par cas. Ma routine n’est pas une but ultime à atteindre si l’ont veut épurer sa salle de bain et diminuer ses déchets. Cela est ce qui fonctionne bien pour moi, et ce avec quoi je me sens bien.

Le mieux est de faire soi-même ses expériences et explorer les différentes alternatives, car il en a pour tous les goûts et besoins!

Dites-moi en commentaire ce que vous utilisez ou si vous avez des questions, il me fera plaisir de vous répondre! 🙂

Bilan de ma première année Zéro déchet 

Adopter un mode de vie Zéro déchet est un éternel parcours. En effet, dans la société d’aujourd’hui, il est très peu probable d’arriver à un impact 100% Zéro sur l’environnement. Toutefois, il est possible de modifier certaines habitudes afin de diminuer notre production de déchet. Afin d’illustrer cet éternel parcours et de prouver qu’il est parfaitement possible de faire la transition facilement, j’ai noté mon évolution depuis le jour où j’ai décidé de me lancer dans le Zéro déchet. Voici donc mon parcours, mois après mois pour 2017!

Janvier :

  • Achat d’une tasse à café réutilisable et d’une gourde d’eau en inox que j’ai toujours sur moi
  • Achat par internet de sacs à fruit et légumes en filet
  • Achat par internet de lingettes démaquillantes réutilisables
  • Premier essai des mouchoirs en tissus
  • Première tentative d’épicerie sans déchet (en super marché): Mes seuls déchets ont été un emballage de tofu, des autocollants sur les fruits, des élastiques autour des asperges, et une boite de pâtes (en carton donc recyclable, au moins).
  • Dernier achat d’articles neufs (sous-vêtements et pantalons de sport)
À lire pour aller plus loin

5 objets indispensables pour l’adepte du Zéro déchet

Un an sans magasinage!

Février:

  • Première tentative d’apporter mon propre contenant réutilisable au fast food du coin: Génial! Le propriétaire me parle de son idée de peut-être offrir rabais à ceux qui le font! (Depuis, chaque fois que j’y vais, il me charge moins cher hehehe)
  • Fabrication de fixatif à cheveux maison (recette de Bea Johnson): ça fonctionne, mais ça pu.
  • Achat de bas de nylon neufs ?
  • Première virée au Bulk Barn avec mes contenants (première épicerie 100% Zéro déchet!)
  • Conversion à la coupe menstruelle: J’ADORE

Mars:

  • Achat de pailles en stainless
  • Premier essai de serviettes hygiéniques réutilisables: pour moi c’est non…
  • Fini deux grosses bouteilles de shampoing et achat de shampoing solide
    -Début de mon désencombrement: échange de vêtements avec des amies et don de plusieurs lires dans des bibliothèques itinérantes
À lire pour aller plus loin:

Comment organiser un swap de vêtements dans votre ville

Comment se procurer des vêtements sans acheter neuf?

J’ai éliminé 2017 objets de mon appartement en 5 mois

Avril:

Mai:

  • Arrêt du maquillage (sauf pour le crayon à sourcil): Transition difficile, ma peau se détoxifie et n’est pas très belle au début, mais après quelques semaines, elle n’a jamais été aussi belle!
À lire pour aller plus loin:

Pourquoi je me maquille plus?

Juin:

  • Organisation de notre premier événement d’échange de vêtements

  • Bénévolat au Festibière de Gatineau avec l’équipe d’Enviro Éduc-Action (ramasser la vaisselle sale, la laver, et la ramener dans les camions-restos)

Juillet:

Août:

  • Essai du projet 333
  • Adoption du dentifrice maison (huile de coco + bicarbonate de soude)
À lire pour aller plus loin:

Garde-robe minimaliste: Je tente le projet 333

Huile de coco: économiser grâce à 10 utilisations testées et approuvées

Septembre:

-Ménage virtuel: Suppression de près de 500 amis Facebook et réglage de mes applications afin de ne plus recevoir de notifications. Voir mon article sur le minimalisme et les médias sociaux

Octobre:

Source: http://bit.ly/2m4oKte

Novembre:

  • Organisation d’un événement-discussion sur le Zéro déchet et le minimalisme
  • Première tentative de fabrication de sacs à fruits et légumes

Décembre:

  • Fini mon tube de déodorant et achat d’une pierre d’alun
  • Fabrication de baume à lèvre maison (Huile de coco, beurre de karité et fécule de maïs)

Voilà ce qui conclue le bilan de ma première année de transition vers un mode de vie Zéro déchet. Ça s’est super bien passé. Je dirais que tout ce qu’il faut pour y arriver, c’est un peu de volonté, de la patience, et de l’ouverture d’esprit.

Comment se passe votre transition à vous?? Y a-t-il certaines habitudes qui vous semblent plus difficiles à changer que d’autres?

Les Tulipes ont un an! Bilan 2017

WOW déjà un an que le blogue a été lancé! Il s’est passé tellement de choses dans les derniers mois. Voici donc un bilan de notre première année.

Commençons d’abord par remercier chacune des personnes qui a visité le blogue au courant de l’année. Que ce ne soit qu’une fois, ou régulièrement, sans vous, on aurait probablement pas eu la motivation et l’inspiration pour faire grandir ce beau projet.

Merci de votre engagement, vos commentaires, et vos partages. On aime vous lire et vous rencontrer. Mais surtout, on est touchées par la grandeur de la communauté écolo-minimaliste, communauté qui grandit jour après jour grâce à vous.

Les tulipes en quelques chiffres pour 2017

  • Le blogue rejoint en moyenne 1000 visiteurs uniques par mois
  • Notre page Facebook a atteint les 1200 j’aimes
  • Nous avons publié 54 articles
  • Notre super infolettre (lancée en décembre) compte presque 100 abonnés
  • Quatre personnes ont contribué de près ou de loin au blogue:

Nos articles les plus populaires

Pendant la dernière année, certains de nos articles ont fait plus réagir que d’autres, et nous sommes fières de vous repartager le top 10 de nos articles les plus lus durant la dernière année, au cas où vous en aviez manqué un!

Zéro déchet:

  1. 5 objets indispensables pour l’adepte du Zéro déchet
  2. Mes lunchs et collations anti-gaspillage pour cuisinière paresseuse
  3. Les 4 comportements les plus anti-écolo à l’épicerie
  4. 7 preuves que le Zéro déchet vous fera économiser de l’argent
  5. Comment organiser des événements Zéro déchet

Minimalisme:

  1. J’ai éliminé 2017 objets de mon appartement en 5 mois
  2. Un an sans magasinage!
  3. Pourquoi j’ai quitté mon poste de gérante dans un grand magasin de mode?
  4. Pourquoi je ne me maquille plus?
  5. 5 façons dont le minimalisme vous fera gagner du temps

Les tulipes en dehors du web

Invitée à l’émission Le show du câble, sur les ondes de TVC Basse-Lièvre – 3 mars 2017

Conférence de Béa Johnson à Ottawa – 18 avril 2017

Bénévolat pour le Grand Ménage de Gatineau – 29 avril 2017

Swap social des Tulipes – 17 juin 2017

Bénévolat au Festibière avec l’équipe verte d’Enviro Éduc-Action – 9 juin 2017

Troc tes fringues à la Ferme Moore – 29 juillet 2017

Participation à l’émission Les Malins sur la première chaine d’ICI Radio-Canada – 29 juillet 2017

Conférence de The Minimalists – 1er septembre 2017

Participation au Festival Zéro déchet en tant que panéliste pour la conférence: Diminuer ses poubelles et sa facture – 14 octobre 2017

Bénévolat pour le Pique-nique zéro-déchet d’Enviro Éduc-Action – 26 octobre 2017

Événement-discussion sur le Minimaliste et le Zéro déchet – 18 novembre 2017

À venir pour Les tulipes…

Terminons en vous remerciant de nouveau. Cette année a été merveilleuse en ce qui concerne la cause environnementale au Québec. Un festival dédié au mouvement a eu lieu, puis de nombreux blogues et groupes de partage voient le jour. Nous souhaitons continuer de faire découvrir à quel point il est bon de vivre simplement, et en harmonie avec la planète.

Pour les mois à venir, nous vous réservons une série d’articles toujours plus inspirants les uns que les autres. Entre autres, on vous suggère de surveiller le mois de février, on vous prépare une Série désencombrement pièce par pièce pour ceux qui sont un peu perdus et ne savent pas trop par où commencer…

De plus, Élisa part en voyage au printemps pour une durée indéterminée. Vous aurez l’occasion de suivre son périple d’écolo-nomade, qui risque d’amener son lot de défis!!!

C’est donc avec fébrilité et plus motivées que jamais, que nous entamons 2018. Bonne année à tous!

5 objets indispensables pour l’adepte du Zéro déchet (partie 3)

Ben oui toé, une troisième partie à la liste des articles à se procurer pour vivre pleinement un mode de vie Zéro déchet!

Pour expliquer la longueur de la liste, rappelons les 5 principes clés du mode de vie Zéro déchet selon Bea Johnson, l’instigatrice du mouvement:

  1. Refuser (le superflu/ ce dont on a pas besoin)
  2. Réduire (le nécessaire/ ce dont on a besoin)
  3. Réutiliser (ce qu’on consomme/ achète)
  4. Recycler (ce qu’on ne peut pas refuser, réduire ou réutiliser)
  5. Composter (le reste)

Donc voilà, ces 5 principes impliquent que l’on doive s’équiper des bons outils afin d’éviter de créer des déchets, et principalement des objets à usage unique. Il y a une alternative pour TOUT.

Je vous invite d’ailleurs à commencer avec les deux premières parties de la liste, qui regroupent les principaux objets qu’un adepte du Zéro déchet se doit d’avoir, ceux dans le présent article étant des items à se procurer si besoin il y a uniquement.

 

 

 

 

 

 

 

 

Enfin, tout comme les deux premières parties, vous pourrez lire une courte définition de l’objet avec parfois mon opinion brève sur le sujet, la façon de vous procurer l’article en question, ainsi que les raisons pour lesquelles c’est si génial!

C’est parti…

1. Cafetière bodum

Ce qu’elle remplace: Toutes les manières de faire son café qui créent des déchets: filtres à café, cafetières à capsules, etc.

Pour les buveurs de café, voici une façon d’avoir sa dose quotidienne de caféine sans créer de déchets! En plus, c’est simple et rapide à faire.

Où la trouver: Dans tout bonne boutique de vaisselle et accessoires de cuisine. J’ai trouvé la mienne chez Stokes pour 5$! Il existe différentes grosseurs, selon le nombres de tasses que vous aurez besoin. La mienne est toute petite et ne fait qu’une tasse à la fois.

Pourquoi c’est génial: Ça fait du maudit bon café, et on peut ne préparer que la quantité dont on a besoin. En plus, c’est super rapide comme processus. Suffit de faire bouillir de l’eau, verser directement sur le café, attendre 5 minutes, et pousser le café au fond à l’aide du piston. Versez…et savourez!

2. Boule à thé ou infuseur magique

Ce que ça remplace: Les sachets de thé pré-emballés.

Parce que maintenant que vous vous êtes initié(e) au vrac, vous n’achetez plus votre thé pré-emballé. Ceci sont deux excellentes façons de continuer de le savourer, tout en ne créant pas de déchet.

Où les trouver: Encore là, dans les boutiques d’accessoires de cuisine. Ou encore, dans les boutiques de thé spécialisées. Parfois elles y seront de meilleur qualité et vous aurez plus de choix.

Pourquoi c’est génial: Avec les boutiques spécialisées, on a accès à du thé de meilleure qualité. Puis avec l’infuseur magique, le thé a de l’espace pour bien libérer ses saveurs dans l’eau chaude.

3. Paille en stainless

Ce qu’elle remplace: Les pailles en plastique.

Saviez-vous que près de 500 millions de pailles sont jetées PAR JOUR juste aux États-Unis??!*

Une fois qu’on a pris conscience de l’impact des pailles en plastique, vous remarquerez qu’on les voit PARTOUT ces fichus pailles. Le nombre de restaurants que je vois m’amener mon verre d’eau avec une paille, avant même d’avoir commandé…j’ai envie de leur lancer au visage à chaque fois. Je n’ai même pas eu le temps de demander qu’on ne m’en serve pas, elle est déjà sur la table! Je connais maintenant les restaurants qui font ça, et je m’efforce de leur faire savoir quand j’y pense.

Où la trouver: On peut trouver des pailles en stainless dans pas mal toutes les boutiques spécialisées dans le Zéro déchet. En Outaouais, il y a la boutique Planète Bébé et au restaurant Choux-Choux !

Pourquoi c’est génial: C’est tellement le fun de boire avec ça. C’est frais, et le bruit de la paille sur le verre éveille un petit plaisir inexplicable hihi. Mais plus sérieusement, on évite les pailles en plastique, et ça éveille beaucoup de discussions et de questionnements quand les gens nous voient utiliser ça!

4. Shampoing et savon solides

Ce qu’ils remplacent: Les shampoings et autres produits pour le corps en bouteille.

Où les trouver: Pour les savons, c’est facilement trouvable en pharmacie, mais je recommande d’encourager des artisans locaux, comme la Saponaria que j’aime beaucoup. Leurs produits sont tous écolos, vegans et non emballés (juste un petit bout de papier autour).

Pour les shampoings solides, on en trouve chez Lush et quelques savonneries en font. Ils ressemblent à des barres de savon, on les frotte sur nos cheveux et ça mousse (parfois moins) comme un shampoing normal.

Pourquoi c’est génial: Notre douche devient ultra minimaliste. Ces produits, quand on les achète d’entreprises locales, sont souvent fait de si peu d’ingrédients, et d’ingrédients naturels, qu’on peut les utiliser pour le corps ET pour le visage. Donc on économise de l’argent et de l’espace. De plus, on remplis notre poubelle vraiment moins vite puisqu’on n’a plus de bouteilles!

5. Sacs à collation réutilisables

Ce qu’ils remplacent: Les sacs ziploc.

Les sacs à collation en plastique, après les bouteilles d’eau en plastique, c’est probablement une des inventions les plus ridiculement anti-écolos que je déteste! On peut non seulement les remplacer par les sacs réutilisables, mais il existe aussi une merveilleuse astuce qu’on appelle les Furoshikis. Il s’agit d’une méthode de pliage de tissus japonaise qui a pour but d’emballer à peu près tout! Cadeaux, collations, petits objets à transporter, etc.

Où les trouver:Ils se trouvent généralement dans les boutiques spécialisées en Zéro déchet. Il existe aussi plusieurs artisans locaux qui en fabriquent, comme CréLuLu et  La belette verte en Outaouais.

Pourquoi c’est génial: Parce qu’on économise énormément d’argent: Plus besoin d’aller refaire le plein de sacs Ziploc à chaque mois. Puis c’est tellement mignon dans la boite à lunch, on ressent une petite fierté à les utiliser. De plus, ils sont fait en vinyle donc hyper faciles à nettoyer et durables.

Voici les sacs à collation de CréLuLu!

Voilà voilà! N’hésitez pas à commenter en me disant vos astuces préférées pour diminuer vos déchets quotidiennement!

*Journal Métro. Des pailles pas si inoffensives: http://journalmetro.com/dossiers/special-vert/966291/des-pailles-pas-si-inoffensives/

Mes lunchs et collations anti-gaspillage pour cuisinière paresseuse

Voici une confession: en cuisine, je n’ai jamais aimé suivre une recette à la lettre. Je n’ai pas la patience ni la minutie pour bien exécuter la chose et arriver au même résultat que sur la photo. Et quand j’ai faim…ben j’ai faim! Cette paresse culinaire m’a d’ailleurs posé problème pendant un certain temps.

En effet, lorsque je suis partie de chez mes parents, j’ai développé quelques mauvaises habitudes. D’abords, j’étais souvent contrainte à jeter de la nourriture parce que je ne l’avais pas consommé à temps. Puis il m’arrivait beaucoup trop souvent de manger take out parce que je ne m’étais rien préparé d’avance, malgré le fait que mon frigo soit plein.

En adoptant un mode de vie Zéro déchet, j’ai pris conscience de l’impact environnemental, social et éthique que posait le gaspillage alimentaire. Puis, à la suite d’une foule de recherches et de réflexions, j’ai pu développer quelques techniques anti-gaspillage. Voici donc comment accommoder ses convictions environnementales à une personnalité de cuisinière paresseuse…

Les choses à ne pas faire

Faire l’épicerie le ventre vide

C’est connu: faire l’épicerie le ventre vide nous fait acheter des trucs simplement par appétit et ils finissent par moisir dans notre garde-manger ou notre frigo parce qu’on les oubli une fois le ventre rempli, et on n’avait pas prévu quand ou comment on allait les consommer…

Ne pas planifier ses repas

Acheter tous pleins de fruits et légumes, du pain et des produits périssables juste pour remplir le garde-manger, et se dire qu’on trouvera bien des idées de recette avec tout ça, c’est une erreur.

Pas obligé d’avoir une liste de recettes bien précises et se limiter à les faire selon un calendrier. Mais c’est quand même bien d’avoir une idée d’avance de ce qu’on va cuisiner, et avec quels ingrédients.

Ne pas cuisiner

Acheter des repas prêt-à-manger dans le rayon des surgelés est non seulement mauvais pour l’environnement à cause de tous les emballages, mais c’est aussi coûteux, et pas ce qu’il y a de plus sain pour la santé. Ces plats sont très souvent bourrés de sel et d’agents de conservation…

Mes super astuces anti-gaspillage

Faire des plus grosses recettes

Le repas pour lequel nous cuisinons généralement le plus est le souper. Alors pourquoi ne pas profiter de notre présence dans la cuisine, des ingrédients déjà tous sur le comptoir et des poêles chaudes pour faire ses lunchs de la semaine d’un coup!? Je fais une plus grosse batch de pâtes, de sauté, de légumes cuits, etc. Je mange mon souper et je sépare automatiquement le reste dans plusieurs plats à lunch (généralement maximum 3 pour éviter de congeler (je trouve que ça rend les plats beaucoup moins alléchants), pour éviter le gaspillage et pour ne pas me tanner.

Cette astuce permet d’abord de s’assurer d’avoir un lunch chaque jour et ainsi éviter les take out. Puis ça permet d’éviter de n’utiliser qu’un quart de brocoli et ne pas savoir quoi faire avec le reste, ou de ne pas avoir le temps de l’utiliser avant qu’il pourrisse.

Avoir une liste de repas-clé

Comme le mentionne Annie-Pier dans son article La simplicité dans l’assiette, une merveilleuse astuce est de se faire des modèles qu’on diversifiera de semaine en semaine.

Tssé, ces repas que vous aimez tellement que vous pourriez en manger chaque jour? Choisissez-en au moins trois, pour ne pas vous tanner, et apprenez à expérimenter et varier autour de la base. Pour ma part, j’ai ces 5 options:

  1. Sauté de légumes: des fois avec du riz, des fois avec du couscous, des fois avec des vermicelles. Je peux varier les légumes, la sauce et la protéine (pour ma part c’est tofu, tempeh, ou légumineuses, puisque je suis végétarienne). Puis on peut varier la sauce et l’assaisonnement. Sauce soya pour une touche asiatique, sauce au curry pour de l’indien, épices mexicaines, etc.
  2. Pâtes: et on varie la sauce…sauce tomate, pesto, huile et herbes, etc. Et on peut agrémenter le tour avec des légumes sautés ou des saucisses (végé).
  3. Sandwichs: On peut essayer un pain différents (pita-wrap, bagel, pain aux fruits, etc) et varier les ingrédients. Mes incontournables: les pousses, le tofu brouillé et la mayo épicée, MIAM <3
  4. Fajitas: légumes sautés avec tofu ou haricots noirs, et épices mexicaines. Roulé dans un pain pita et accompagné de guacamole ou salsa maison. YUM.
  5. Salade/bol bouddha: Tout fait de cru, pour les journées où on a pas eu le temps de cuisiner. On fout tout dans un bol et on s’amène une vinaigrette à l’huile d’olive et vinaigre balsamique à côté.

Avoir une liste de collations-clés

Pour ces moments dans la journée où on a une petite fringale. Ou encore quand on fait une sortie de quelques heures entre deux repas. Voici mes collations-clés:

  1. Barre granola maison: Je prends une journée dans la semaine pour les faire. Ça prend une heure maximum, et je peux varier selon mes envies. J’aime particulièrement les recettes qui ne demandent pas de cuisson. On mélange tout au blender, on presse le mélange dans un moule, on laisse figer au frigo, et on coupe en morceaux OU on fait des bouchées avec. Pour des idées de recettes, la meilleure place c’est Pinterest. Recherchez tout simplement «Granola bar ideas ». 😉
  2. Fruits: Tout simplement!
  3. Mélange de noix: J’achète mes préférées en vrac et séparément. Comme ça, je peux les utiliser pour autre chose, comme mon mélange de barre granola et dans mes céréales le matin. Je fais mon mélange maison, et des fois j’y inclue aussi des petits fruits, ou encore des fruits secs (remplis de nutriments), comme des canneberges ou des raisins.
  4. Smoothies ou jus maison: La meilleur façon de passer les fruits et légumes qui commencent à battre de l’aile.

Voilà comment j’arrive à éviter le gaspillage alimentaire tout en étant hyper paresseuse en cuisine! Avez-vous d’autres astuces à partager? Et SVP si vous en essayez une des miennes, donnez-moi votre avis en commentaire! 🙂

Comment organiser des événements Zéro déchet?

Est-ce que comme moi, vous êtes celle qui pointe du doigt tous les éléments qui ne sont pas Zéro déchet lorsque vous allez à un événement que vous n’avez pas organisé? Ouf! Au lieu d’être la fille qui chiale toujours que les gens ne sont pas écolos, je suis passée en mode solution et je vous propose quelques trucs afin de rendre vos événements plus écoresponsables.

Que ce soit pour une rencontre d’équipe au travail, un colloque de formation, une fête d’enfants ou une fête de quartier, il est possible de faire un événement pratiquement zéro déchet. Il suffit de planifier et d’anticiper. Voici quelques trucs pour vous aider à diminuer la quantité de déchets générés lorsque vous faites un événement, selon la nature de celui-ci.

Au travail

-Pas de distribution de bouteilles d’eau en plastique. Invitez les gens à amener leur bouteille d’eau lavable ou versez de l’eau dans des pichets de vitre pour vos invités.

-Ne servez pas vos repas dans des assiettes de plastiques ou de styromousse. Les assiettes lavables sont votre option numéro un, suivies par les assiettes compostables.

  • Compostez! Ne mettez pas vos restes de lunch dans la poubelle, mais compostez-les. Si vous n’avez pas de compost au travail, tentez de l’intégrer en sollicitant votre patron.

Fête d’enfants

-N’achetez pas de ballons, ce n’est pas recyclable et quand ça pète, c’est long à ramasser!

-Donnez les surprises en vrac et non dans des sacs-surprises en plastique. Privilégiez des surprises zéro déchet ou encore mieux, ne donnez pas de surprises. Quel parent saute de joie en voyant son enfant revenir avec plein de petites gogosses du Dollorama?

À ce propos, voici une vidéo à regarder absolument, de La Parfaite maman cinglante.

 

-Pour le gâteau, on veut de la vaisselle lavable ou compostable avec des ustensiles en métal ou compostables.

-Achetez les collations, croustilles, gâteries, en vrac et mettez-les dans des pots de vitre ou de plastique, sur une table pour tous. Vous éviterez de produire des déchets.

-Prévoyez des débarbouillettes ou des serviettes de table lavable pour laver les mains et les bouches des tous-petits

-Pour les parents Zéro déchet qui organisent une fête pour leur enfant, n’ayez pas peur d’indiquer à vos invités que vous n’avez pas de poubelle pour leur couche jetable. Cela les incitera à amener des couches lavables pour l’événement ou ils devront ramener la couche chez eux après la fête. Moins tentant…

Shower de bébé

-Privilégier les cadeaux usagés

-Éliminez les emballages-cadeaux, avec tout ce que ça implique de rubans et de choux.

-Si c’est un potluck, indiquez aux gens de bannir la pellicule plastique, le papier ciré ou le papier de plomb.

-Encore une fois, pas de ballons et de choux de toutes sortes pour les décorations. Idée originale: décorez avec des items que vous donnerez à la famille. Par exemple: faites une toile, créez un capteur de rêves, le tout dans les couleurs choisies par les parents. Succès garanti!

Souper d’amis à la maison

-Faire une épicerie en vrac pour les aliment secs

-Amenez vos plats à l’épicerie pour y mettre la viande

-Offrez des serviettes de tissu lavable et non des essuies-tout à vos invités

-Avertissez vos invités de votre mode de vie zéro déchet. S’ils arrivent avec des aliments suremballés, demandez-leur de repartir avec. Ce sera un pensez-y bien pour la prochaine fois.

Fête de quartier

-Prévoir de la vaisselle compostable

-Ne pas avoir de distributeur de ballons

-Embaucher quelqu’un pour trier les déchets, le compost et le recyclage

-Choisir un menu qui génère peu de déchets (ex: blé d’inde)

-Réutilisez vos pancartes pour annoncer la programmation ou le prix des repas offerts

-Incitez les gens à amener leurs bouteilles d’eau réutilisables et prévoyez un poste de ravitaillement

 

Avec tous ces petits conseils simples, rien de plus facile que d’adopter un virage vert pour vos prochains événements! Avez-vous d’autres trucs à nous conseiller?

7 phrases que les adeptes du minimalisme et du zéro déchet sont tannés d’entendre!

« Ton appartement doit être vide»

Non, mon appartement n’est pas vide. Je n’ai pas juste ma brosse à dent, 1 fourchette, 1 sofa et 1 plante chez moi. En fait, j’ai beaucoup d’objets. Mais presque chacun des objets a son utilité et sa valeur. C’est ce que veut dire le minimalisme pour moi. Ce n’est pas d’avoir le moins d’objets possible, mais c’est que chaque objet qu’on possède nous serve à quelque chose. C’est pour cette raison que j’ai épuré plus de 2000 objets de mon appartement en 5 mois: pour me débarrasser du surplus et pour me désencombrer des objets que je n’utilise pas. Bien sûr, vivant à deux, il faut faire des compromis. Mon appartement n’est pas aussi épuré que je ne le souhaiterais ou qu’il ne le serait si je vivais seule. Mais je sais que les objets que mon conjoint garde ajoutent peut-être une valeur à sa vie, alors je me dois de respecter cela.

« Ton mode de vie n’est pas viable, car tu ne fais pas rouler l’économie de la société»

Wow. Celle-ci, c’est la meilleure. Je suis de celle qui croit que l’économie doit être au service des gens et non l’inverse. Et je ne veux certainement pas participer à faire rouler une économie qui détruit l’environnement et l’écosystème, fait travailler des millions de personnes dans des conditions plus qu’inhumaines et qui ne sert qu’une poignée de tous puissants. L’offre et la demande, cela fonctionne des deux côtés. Si on cesse de surconsommer et si on produit plus de produits écoresponsables, éthiques et qui ont été produits dans de bonnes conditions humaines, le marché s’adaptera. Je ne m’excuserai pas de consommer en suivant mes valeurs. Et de toute façon, comme disait Laure Waridel, acheter, c’est voter! Je ne m’excuserai certainement pas de voter chaque jour!

«C’est parce que tu n’as pas d’enfants»

Je n’ai pas d’enfants, effectivement. Mais je suis certaine que le jour où j’en aurai, je ne changerai rien de mon mode de vie. Je pense déjà à des alternatives bébé pour quand j’aurai un enfant. Tout est dans la planification. Bon, je sais que c’est un peu extrême de planifier sa grossesse et son mode de vie 3-4 ans d’avance, mais c’est peut-être ces réflexions précoces qui vont assurer mon succès dans mon cheminement vers le zéro-déchet absolu. Et je vois plein de familles qui réussissent à garder leur vie simple, parfois non sans accrochage avec la famille qui veut gâter les enfants de gogosses inutiles mais bref… On traversera le pont quand on sera rendus!

«C’est trop compliqué»

Cette excuse est lamentable. C’est tellement simple et facile le zéro-déchet, une fois qu’on s’est habitués au changement. Oui, il y a une période de transition de quelques semaines (ou mois) où il faut faire plus d’efforts et persévérer, mais une fois passés, ce mode de vie devient accessible pour monsieur et madame tout le monde. C’est facile de penser à amener ses sacs de fruits et légumes en filet et ses plats en même temps que ses sacs réutilisables, c’est facile de rajouter une bouteille d’eau dans notre sac quand on sort, c’est facile d’arrêter au magasin en vrac qui de toute façon, est sur la route de l’épicerie et d’amener nos propres plats. C’est facile d’essayer la coupe menstruelle, c’est facile de couper des vieux T-shirts pour en faire des mouchoirs lavables.

«C’est juste une passe, tu m’en reparleras dans 2 ans»

Une membre de ma famille m’a dit cette phrase quand j’ai parlé de ma transition vers le minimalisme et le zéro déchet. Parce que c’est tellement difficile de juste me supporter dans mes choix et de m’encourager. Je crois que cette condescendance mal déguisée reflète en fait une certaine insécurité. Je crois que mon mode de vie brusque certaines personnes de mon entourage et au lieu de remettre en question leurs propres habitudes ou leur choix de consommation, il est plus facile de ridiculiser mes choix. Mais je suis certaine que ce mode de vie me suivra. Parce qu’après seulement quelques mois, j’en ressens tous les bénéfices. Et je ne voudrais jamais revenir en arrière.

«Avoir une voiture, ce n’est pas très minimaliste»

Premièrement, il faut garder en tête que le minimalisme est un parcours, pas une destination. Cela veut dire que tout ne se fait pas du jour au lendemain, que tout progresse à un rythme qu’on a décidé. J’ai une voiture, parce que j’ai besoin de me déplacer pour le travail. J’ai une voiture, parce que je suis à 8  minutes de mon travail en voiture, contrairement à presque 60 minutes en bus. Je sais que je suis trop loin de mon milieu de travail et je travaille là-dessus. Malheureusement, un bail, ça ne se brise pas assez facilement et tant qu’à me rapprocher juste pour me rapprocher, j’aime mieux bien le faire et bien choisir ma future maison. Ma voiture ajoute indéniablement une valeur à ma vie en ce moment. Je sais que ce ne sera pas toujours le cas. Chaque chose en son temps.

«Je vois que tu as acheté un produit emballé. Tu n’as pas vraiment un mode de vie zéro déchet dans le fond»

Ouf! Comme je déteste me faire dire cela, surtout venant d’une personne qui achète des produits emballés sans arrêt. Mais il ne faut pas le prendre personnel! C’est peut-être l’insécurité de l’autre qui parle, face à un mode de vie qu’elle ne partage pas. Je suis humaine, il m’arrive, et souvent encore, d’acheter des produits emballés. Parce que c’est plus facile ainsi ou parce que je ne trouve pas d’alternative près de chez moi. Ce serait contre-productif de faire 20 minutes de voiture pour aller me procurer un fromage non emballé juste pour ne pas produire de déchet, considérant l’essence et le temps que cela me prend. Je considère quand même avoir un mode de vie zéro déchet, et ce, même si j’en produis quelques-uns. Comme toute démarche, c’est progressif. Plus les changements sont intégrés uns à uns et pas vus comme un boulet, plus ils sont susceptibles d’être durables. Je préfère modifier mon mode de vie petit à petit et que cela devienne une habitude que de tout chambouler d’un coup et me tanner parce que c’est trop de travail!

Et vous? Avez-vous déjà fait face à de tels commentaires? Comment réagissez-vous?

Minimalisme, zéro déchet et santé

Plusieurs raisons m’ont amenées à adopter un mode de vie minimaliste: l’envie d’économiser et d’épargner, désencombrer mon appartement, mon agenda et mon esprit, avoir plus de temps pour faire ce que j’aime, identifier mes priorités, etc. En ce qui a trait au mode de vie zéro déchet, je voulais surtout économiser sur le prix de l’emballage et diminuer mon empreinte écologique.

Je ne me doutais pas qu’en adoptant ces modes de vie, cela allait avoir un effet immédiat sur ma santé. Voici de quelles façons:

1- Plus de temps pour faire ce qu’on aime

Depuis que je suis minimaliste, j’y pense deux fois avant de prendre un engagement. En effet, les engagements que je prends et qui n’ajoutent pas de valeur à ma vie m’enlèvent du temps pour faire des activités que j’aime réellement. Et il s’avère que les activités que j’aime pratique sont de nature sportive: ultimate frisbee, volleyball, natation, entrainement, vélo, etc. Depuis que je suis minimaliste, j’ai le temps de faire ses activités presque chaque jour et cela a un impact certain sur ma santé. Je suis plus en forme, j’ai plus d’énergie et j’ai un meilleur sommeil. Je mange mieux, je me sens plus détendue et j’ai une meilleure confiance en moi.

Plein de temps et des sous de côté pour faire du plein-air et du camping.

2-Rendez-vous chez des professionnels, assurances ou pas

Le minimalisme m’a amené a repenser mes priorités et à m’assurer de les respecter. Pendant mes périodes de réflexion, j’ai pris conscience à quel point la santé est un poste budgétaire élastique et que nous sommes réticents à dépenser de l’argent pour notre santé. Combien de fois ai-je repoussé ou annulé un rendez-vous chez un professionnel de la santé parce que je n’avais pas d’assurances ou que je n’étais plus couverte pour ce service? D’un autre côté, je n’avais aucun mal à dépenser plusieurs dizaines de dollars par semaine pour aller souper au restaurant.

Tranche de vie: J’ai toujours eu de gros maux de tête et ce, depuis que je suis toute petite. Je mangeais des tylenols comme des bonbons. C’est même pas une  blague, mon chiro m’a dit que j’avais probablement des maux de tête quand j’en prenais moins souvent, parce que mon corps était en sevrage. 15 tylenols et 10 advil par semaine, ça peut juste être mauvais pour la santé. Bref, je suis allée chez le chiro parce que j’avais une assurance qui me remboursait 50% du montant de mes séances jusqu’à concurrence de 300$. Le chiro m’a tellement fait de bien que j’ai écoulé ma couverture rapidement. Mon premier réflexe: me dire que je n’irais plus chez le chiro, car je ne suis plus assurée. ERREUR! Après réflexion, je me suis demandée pourquoi je me priverais des soins en chiropratie. Pour la première fois depuis 15 ans, je passais plusieurs semaines sans avoir mal à la tête. Au courant des 6 derniers mois, je peux compter mes maux de tête sur les doigts d’une seule main alors qu’avant, j’avais un léger mal de tête pratiquement tous les jours et un gros mal de tête minimalement 1 fois par semaine. J’AI RÉALISÉ À QUEL POINT LES 50$ MENSUELS QUE JE DÉPENSAIS CHEZ MON CHIRO ÉTAIENT EN FAIT UN INVESTISSEMENT DANS MA SANTÉ. Et depuis, je ne me pose plus de questions. J’ai même commencé à me faire masser aux 6 semaines pour détendre mes muscles et c’est génial.

3- Moins de stress

Chaque fois que je repense à quel point j’étais encombrée les dernières années, je ne peux pas m’empêcher de ressentir un certain stress. J’avais tellement d’objets inutiles! Ils étaient omniprésents: dans mes armoires de cuisine, dans mes étagères de salon, empilés dans des bacs en plastique dans mon garde-robe, dans mes tiroirs de salle de bain, dans ma voiture, sur mon frigidaire, etc. Maintenant, quand je regarde tous mes espaces épurés, je me sens super bien. Je me sens détendue et je sais que j’ai pris la bonne décision. Je n’ai plus à me stresser pour mon ménage ou l’organisation de mes objets, je peux seulement relaxer et profiter du moment présent.

Des surfaces lisses et aérées dans tout l’appartement: apaisement instantané!

4-Meilleure alimentation

La transition vers un mode de vie zéro déchet m’a forcée à repenser mes habitudes de consommation. J’étais une grande consommatrice de poulet, en mangeant 3-4 fois par semaine. Je mangeais aussi un peu de boeuf haché et du porc. Ces aliments sont emballées dans des barquettes de styromousse non recyclables au Québec et dans la pellicule plastique. J’ai essayé de procurer des viandes en épicerie dans mes propres plats, mais toutes les épiceries ont refusé, sauf le IGA Des Grives (Gatineau). Ma réaction a donc été de cesser ma consommation de viande, pour cesser d’acheter autant d’aliments emballés.  À l’épicerie, les aliments les moins emballés sont les légumes et les fruits. Je consommais déjà beaucoup de ces aliments, mais depuis que je ne mange plus de viande, je consomme ces aliments en quantité industrielle.

Il faut aussi dire que consommer moins d’aliments emballés dans du plastique n’est que bénéfique pour notre santé, car nous nous protégeons des émanations toxiques de ce type d’emballage.

Le minimalisme a aussi eu un impact sur mon épicerie. Sans savoir pourquoi, je voulais toujours que mon épicerie me coûte le moins cher possible. J’achetais donc des aliments de moins bonne qualité et je retirais de mon panier des aliments qui n’étaient pas en spécial. Tout ça pour sauver 10$ rendue à la caisse. Mais le jour d’après, je n’avais aucun problème à aller magasiner pour un 20e chandail et une 12e paire de pantalons et faire monter ma facture à 60$. Quelle contradiction! Je coupais dans mes besoins essentiels pour me procurer des biens inutiles. Maintenant, ma facture d’épicerie me coûte ce qu’elle me coûte et je ne culpabilise pas rendue à la caisse, car je sais que mon panier est rempli de bons aliments pour ma santé.

 

Une alimentation sans viande pousse à intégrer davantage de légumes et de fruits dans son assiette.

 

Depuis que j’ai adopté un mode de vie minimaliste, zéro-déchet et végétarien, je peux réellement affirmer que j’ai vu un changement significatif sur ma santé, non serait-ce que pour les maux de tête et ma forme physique en général.

Et vous, avez-vous observé des changements sur votre santé? Quels sont-ils?

Choisir ses batailles OU comment ne pas culpabiliser

Ça y est! Tu es converti, ç’a été l’illumination pour toi: le minimalisme et le mode de vie zéro déchets ça te branche, ça te buzz, ça te parle! Tu as fait le tour de chaque pièce de ton 4 et demi, tu as pris chaque objet dans tes mains et tu t’es demandé si ce bidule était vraiment nécessaire à ta vie.Tu t’es demandé s’il t’apportait du bonheur (ou autres sentiments d’allégresse) ou si c’était juste un autre cossin que tu gardes « au cas ou ». T’as fait le tour de ton fridge’ et de ta pantry: fini les emballages inutiles, vive le vrac!

Tu adhères à ce mode de vie à 100%.

Au fil de tes épiceries tu regardes ce qui pourrait être acheté en vrac, ce que tu pourrais faire toi-même, ce que tu n’achèteras plus. Tu ne fait plus d’achats impulsifs sur le net à 2h13 du matin. Tu sais que tu n’as pas besoin d’une quinzième chandelle parfumé, même si elle est soldée à 50%. Dans ton decluttering tu as gardé les autres, parce que t’aime ben ça, les chandelles parfumées.

Dimanche: ton plus vieux a de l’école demain, tu dois faire son lunch, et faire 150 brassées de lavage parce que ta middle child à vomis 3 fois dans son lit aujourd’hui. Ça et le souper, l’épicerie, la balayeuse, la moppe, te laver et entre tout ça, t’essaie de respirer un peu. Tu te rends compte que t’auras pas vraiment le temps de faire des muffins pour demain matin. Tu ajoutes des pattes d’ours à ta liste d’épicerie, parce que ça dépanne bien mais avec un pincement à ta conscience quand même un peu. Et tu sais quoi?

C’est pas grave!

T’en fait déjà pas mal, quand même!

Entre la job, les enfants, les corvées, ton couple, tes ami(e)s et tes soirées mondaines ça se pourrait bien que tu n’aies pas nécessairement le temps d’être zéro déchets tout le temps. Et t’aimes quand même mieux ça que d’avoir à justifier à ta progéniture pourquoi il avait des carottes comme side lunch et comme dessert aussi.

Tu feras des muffins demain, pis c’est ben correct comme ça.

Le mode de vie zéro déchets c’est un but ultime mais qui pourrait ne pas s’appliquer à 100% avec ta routine de vie.

L’important c’est que l’effort soit là

Que ta conscience écologique ait toujours le dessus sur la facilité mais pas sur ta santé mentale (i.e.: le stress de devoir toujours être parfaite dans ses convictions).

Ça s’applique aussi au minimalisme: le but n’est pas de se priver, mais de vivre avec l’essentiel et de faire ce qui nous tient vraiment à coeur. Si tu te sens brimé(e) dans ce choix de vie, slack un peu tes convictions et fait toi plaisir de temps en temps avec du matériel. Si ça te fait vraiment plaisir, que ce n’est pas un achat impulsif, que tu as contemplé les solutions les plus écolos ou que tu peux trouver ton bonheur dans le seconde main, go for it!

Y’a pas la police du minimalisme-écolo qui va te mettre en prison, c’est promis!

Sur ce, garde toujours en tête que tu t’es lancé(e) dans cette aventure avec de super intentions et de belles convictions… mais que chaque parcours a ses obstacles et que le mieux que tu peux faire, c’est faire de ton mieux!

Kim xoxo