Qu’y a-t-il dans ma poubelle d’avril?

Après trois mois à m’initier au Zéro déchet, j’ai réussi à adopter une très grande partie des bonnes habitudes que demandent ce mode de vie: je me suis équipée des bons outils, j’ai commencé à composter, j’achète mes aliments secs en vrac, et je n’achète plus d’emballages. j’ai aussi (enfin) réussi à finir la plupart de mes produits de beauté embouteillés (shampoing, crème pour le corps, gel douche).

Ne sachant plus trop quoi changer pour en faire encore plus, j’ai décidé de me lancer un nouveau défi: garder tous les déchets que j’aurai produits pendant le quatrième mois de mon périple vers une vie plus écolo pour pouvoir constater où sont mes lacunes, ainsi que les déchets les plus difficiles à éliminer, et pourquoi. Petit suspense, j’ai fait une grande découverte! Je vous en parle plus loin… 😉

Qu’y a-t-il dans ma poubelle d’avril?

Voici la liste des trucs qui se trouvent dans ma poubelle d’avril. Précision: le contenu du bocal représente environ 90% des déchets que j’ai produits au courant du dernier mois. Le 10% manquant comprend des déchets qui étaient soit gros pour y entrer, soit produits pendant une sortie et je n’avais aucun moyen de le garder sur moi toute la journée. C’est parti:

Dans le bocal

⦁ Deux fourchettes en plastique: la première parce que je me suis fait voler celle en métal que je garde dans l’armoire au travail (en plus, y’a mon nom sur la boite dans laquelle elle se trouvait…), la deuxième le lendemain parce que j’ai oublié de m’emmener une nouvelle fourchette en métal.
⦁ Un couvercle de café pour emporter: parce que j’ai oublié ma tasse pleine de thé fraîchement infusé sur le comptoir de ma cuisine en allant au travail, et j’avais vraiment besoin de mon breuvage chaud matinal!
⦁ Deux tubes d’échantillons de crème hydratante: il y en aura d’autres à venir, je me force à tout finir les produits que j’avais déjà chez moi. Après ça, j’utiliserai de l’huile de coco pour hydrater ma peau si j’en ai besoin.
⦁ Quelques élastiques qui étaient autour de légumes que j’ai acheté.
⦁ Des autocollants de fruits et légumes.
⦁ Une boule de gommette qui traînait chez moi.
⦁ Une paire de bas de nylons beaucoup trop troués pour la vie.
⦁ Deux emballages de tofu et un emballage de saucisses végétariennes.
⦁ Un petit sac de chips: parce que je cravais vraiment trop pour des chips cette journée-là  (oups).
⦁ Des cheveux morts (miam): parce qu’on ne peut malheureusement pas composter nos cheveux si on les teint et/ou si on utilise des produits non naturels/bios dedans.
⦁ Un sac en filet tout déchiré dans lequel il y avait des avocats.

Le 10% restant

⦁ Deux emballages take out de resto rapide: parce que je n’avais vraiment plus rien dans mon frigo j’ai du m’acheter un lunch deux fois.
⦁ Un autre couvercle de café pour emporter.
⦁ Un gros tube de crème pour le corps.

Les déchets inévitables

L’instigatrice du mode de vie Zéro déchet, Béa Johnson le dit elle-même: dans notre société et à notre époque, le Zéro déchet absolu n’existe pas. C’est un éternel parcours.

Oui, malheureusement, j’ai dans mon bocal certains déchets qui sont inévitables, ou dont l’alternative Zéro déchet m’est très difficilement accessible: emballage de tofu, autocollants sur les fruits et légumes, les bas de nylon (je suis obligée d’en porter au travail), et les cheveux.

Les déchets évitables et la leçon à en tirer

lestulipes.ca dechets avril 2017Lorsqu’on se lance dans une démarche de réduction de ses déchets, je crois que l’expérience de les accumuler pendant un temps pré-défini est une excellente manière de prendre conscience de nos succès et de ce que nous avons à travailler encore.

Dans mon cas, ça m’a permit de faire une découverte très intéressante: la plupart des déchets que j’ai produits pendant le dernier mois auraient pu être évités si j’avais mieux planifié mes sorties et mon horaire: me lever plus tôt le matin pour ne pas avoir à me presser et oublier mon thé, prendre le temps de bien faire mon lunch et y inclure des ustensiles, ou encore, planifier mes repas de la semaine et mon épicerie afin de ne pas manquer de bouffe et avoir un lunch à chaque jour.

Pour ce qui est des chips, c’est vraiment un fail parce que je savais parfaitement sur le moment que je n’en avais vraiment pas besoin, mais j’ai succombé à mes papilles qui n’en avaient pas mangé depuis trois mois. Pour l’avenir, je pourrais m’acheter des grains de pop-corn en vrac et les assaisonner à mon goût, ça me ferait une petite collation salée mais tout de même santé, et Zéro déchet.

Je me console tout de même en me disant que deux cafés pour emporter et deux lunch take out dans tout un mois, c’est quand même vraiment mieux qu’à chaque jour, comme plusieurs personnes le font. Rassurez-vous, ça n’enlève pas du tout que ma petite âme d’écolo pleurait dans son intérieur à chaque fois.

Bref, la planification est à la base du Zéro déchet: s’équiper d’une gourde, emmener ses sacs réutilisables a magasin, avoir des collations pour éviter d’acheter des produits emballés, penser à emmener un contenant pour mettre les restes au restaurant, etc. Tous ces exemples demandent d’être prévoyant. Oui, c’est un peu difficile au début puisqu’il faut repenser entièrement sa consommation et ses habitudes de vie, mais une fois les nouvelles habitudes implantées, tout se fait naturellement!

Alors, pour ceux qui pratiquent le Zéro déchet, qu’est-ce qui se ramasse généralement dans votre poubelle? Quelles sont vos astuces pour éviter le plus possible de déchets?

6 réponses sur “Qu’y a-t-il dans ma poubelle d’avril?”

  1. Bonjour! Je me rappelle que Béa Johnson laissait tomber ses cheveux morts par la fenêtre pour donner du « matériel » aux oiseaux pour la fabrication de leur nid… Pas certaine quant à l’hygiène, mais bon….

  2. Wouaaa super ! Je m’apprête, pour le mois de mai, à enfin réussir à tout faire entrer dans un bocal! Et rassures-toi, moi aussi j’ai toujours des craving de chips!!!

    Aussi je voulais te dire que tes bas de nylons pouvaient être réutilisés et transformés en autre chose (Pinterest est ton ami) et sinon tu peux les recycler chez Certex!!!

    1. Salut Maryse! J’avais déjà vu certains DIY à faire avec les bas de nylon, je vais faire quelques recherches pour les prochains à venir. Et je ne connaissais pas Certex, merci pour la suggestion! 🙂

      Bonne chance pour ton défi!

  3. Hello !
    Concernant les élastiques de fruits et légumes je les ramène au marché la semaine suivante et les redonne au commerçant. J’espère qu’il les réutilise !
    Quant au tofu je sais que Herbs and Spices sur Bank street à Ottawa en vend en vrac. Alors ça fait un peu loin pour toi mais c’est surement possible d’en trouver à Gatineau 🙂

Laisser un commentaire