Quand j’ai compris que chez moi, c’est ailleurs pour les autres

Voici une réflexion que j’ai eu pendant mon voyage solo en Europe.

Trouvez-vous que la ville où vous vivez vaut le détour pour tous les touristes du monde?

Probablement bof.

Je me suis dis ça pendant longtemps, au point où je m’étais promis de ne pas faire mes études à Gatineau, tellement c’est plate comme ville. Je me suis même exilée à Montréal pendant un an, dans le but d’y faire mon baccalauréat, et pourtant le même programme d’études se donne en Outaouais. Des circonstances particulières ont fait que je suis revenue au bout d’un an, et c’est probablement la meilleure décision que j’ai pu prendre pour mon avenir, mais ça c’est une autre histoire.

Bon.

Pensez-y un peu. On a tous une routine et des activités qui se répètent un peu toujours, on est tous tellement habitués de voir sans cesse les mêmes paysages, tellement convaincus qu’on a tout vu, tout fait, et que ça semble vraiment mieux ailleurs. On ne comprend pas les touristes qu’on croise dans nos boutiques. « Voyons, c’est pas si fou ici, y’a pas grand chose à voir…pourquoi ils viennent visiter ma ville? »

Mais c’est en visitant des villes ultra-touristiques que j’ai réalisé que les parisiens, les romains, les londoniens se disent probablement quelque chose de semblable à propos de leur ville. La tour Eiffel ne leur fait certainement pas le même effet qu’aux touristes qui sont prêt à faire la queue pendant deux heures pour la monter. Je ne dis pas qu’ils ont nécessairement envie de quitter leur ville, vous comprenez ce que je veux dire.

C’est aussi en marchant ailleurs que dans les grands centres touristiques que j’ai réalisé qu’il y a du beau partout. La majorité des centaines de photos que j’ai prises pendant le dernier mois sont des photos de la nature et de l’architecture des petits quartiers éloignés des centres-ville. C’est là que je me suis mise à apprécier, et à vivre plutôt que simplement voir. Je me suis mise à apprécier les petits détails, la beauté des choses anodines, et le bien-être des coins tranquilles. Tout à coup j’ai eu comme un peu hâte de rentrer pour aller explorer mon quartier, trouver des nouvelles activités et des nouveaux endroits chouettes dans ma ville, parce que c’est certain qu’il y en a!

Quand on fini par prendre conscience de ça, c’est comme si un nouveau monde s’ouvrait à nous. Il suffit de regarder autour de soi, de se rendre au bons endroits, aux bons moments, de sortir des sentiers battus, explorer, s’attarder aux petits détails…et réaliser que parfois, on a pas nécessairement besoin de se trouver à des centaines de kilomètre de chez soi pour s’évader.

Laisser un commentaire