On a rencontré Béa Johnson!!!

Le 19 avril dernier avait lieu à Ottawa la conférence Zero Waste Talk avec Béa Jonhson, la «guru» du Zéro déchet. L’événement était organisé par l’épicerie Nu Grocery, la première épicerie Zéro déchet qui ouvrira ses portes à Ottawa cet été.

Voici notre compte-rendu de l’événement!

Tout commence avec un mot de Valérie, la propriétaire de Nu Grocery. Elle nous souhaite la bienvenue, présente son projet, et passe le micro à Béa Johnson.bea johnson_conference zero dechet_lestulipes.ca

Béa prend la parole et commence par parler brièvement de son histoire et des raisons qui l’ont poussée à complètement changer son mode de vie et se lancer dans le minimalisme et le Zéro déchet. Nous n’étalerons pas les détails ici puisque nous voulons nous en tenir à la conférence, mais vous pouvez découvrir son mode de vie sur son blogue www.zerowastehome.com, ou encore dans son livre (dont on recommande la lecture à 100%), Zéro déchet.

Ce qui nous a particulièrement plu, c’est la transparence et l’authenticité de Béa. Elle admet avoir échoué plusieurs fois dans sa démarche, et elle s’assume complètement! Elle nous a d’ailleurs fait rire plusieurs fois en parlant de ses fails, comme lorsqu’elle a essayé le No Poo (un moyen de se laver les cheveux sans shampoing, avec du bicarbonate de soude et du vinaigre de cidre de pomme), et que son entourage lui suppliait d’arrêter vu l’odeur et l’apparence pas très positives de ses cheveux. «Let me tell you that, for me, this technique for me, is total bulls***, omg sorry Jesus!», a-t-elle lancé sur la scène (la conférence avait lieu dans une Église, vous comprendrez donc les rires qui ont éclatés dans la salle!).

Elle poursuit donc en expliquant en quoi consiste le Zéro déchet, avec les 5 règles d’or du mode de vie:

  • Refuser (ce dont nous n’avons pas besoin)
  • Réduire (ce dont nous avons besoin et ne pouvons pas refuser)
  • Réutiliser (ce que nous consommons et ne pouvons ni refuser, ni réduire)
  • Recycler (ce que vous ne pouvez ni refuser, ni réduire, ni réutiliser)
  • Composter (le reste)

Chaque point est abordé en détail avec des exemples concrets et ses exemples à elle, dont la visite de sa maison pour parler de la réduction de nos besoins.

Elle nous montre chaque pièce: la cuisine (des pots en vitres à profusion et un frigo à l’horizontale pour tout voir et ainsi éviter le gaspillage de nourriture), la salle de bain (si peu de produits de beauté, c’est merveilleux!) et les chambres (une quinzaine de morceaux de vêtements par personne, et le strict minimum dont une chambre a besoin).

Béa nous parle de son mode de vie minimaliste et de tous les avantages qui viennent avec: économie de temps, d’argent et d’énergie, moins de stress, etc. C’est tellement inspirant!

Tout au long de la conférence, Béa ne manque pas un instant de nous apprendre des choses. Nous découvrons le Furoshiki, une méthode japonaise pour emballer et transporter à peu près tout (lunch, cadeaux, etc). Nous apprenons aussi que l’huile de tournesol est remplie de vitamine E, et c’est pourquoi elle l’utilise sur sa peau tous les jours. Elle nous donne aussi des astuces pour éviter d’acheter à répétition le même objet parce qu’il casse ou s’use: payer un peu plus cher pour une meilleure qualité, ou encore, choisir des entreprises qui offrent une garantie à vie sans conditions.

Elle poursuit en expliquant pourquoi le plastique est une matière qu’il faut éviter à tout prix. Elle aborde la dangerosité du plastique sur la santé, puis le fait le plastique est extrêmement mauvais pour l’environnement. Saviez-vous que chaque particule de plastique qui a été créée depuis l’invention du plastique est toujours présente sur la planète? Ou encore que malgré qu’il soit recyclable, seulement une infime partie du plastique qu’on met dans nos bacs l’est réellement? Et pour la partie qui est recyclée, l’objet obtenu par la suite ne l’est malheureusement pas à son tour. À méditer…

À la suite de tous ces arguments hyper solides sur l’environnement, c’est l’aspect financier du monde de vie Zéro déchet qui est abordé. Elle nous explique que son mari était plutôt réticent lorsqu’elle a voulu changer les habitudes de la famille…jusqu’à ce qu’il fasse les états de compte et réalise que leur nouveau mode de vie avait fait en sorte qu’ils avaient diminué leurs dépenses de 40%! Cela s’explique entre autres avec le fait que la famille magasine beaucoup moins qu’avant, et le fait de faire l’épicerie en vrac fait économiser le prix de l’emballage (environ 15% du prix d’un produit emballé va à l’emballage. C’est dire qu’on en a appris des choses mardi passé!

Finalement, le discours de Béa Johnson se termine avec une phrase qu’on entend si souvent mais que pourtant, beaucoup semblent toujours ne pas tenir compte dans leur consommation: Acheter c’est voter. En résumé: chaque dollar dépensé est un encouragement envers des pratiques et l’exposition de notre vision de la société future.

Période de questions et réseautage

La conférence prend fin et une période de question suit. Plusieurs excellentes questions se font poser et Béa y répond avec une aisance et un professionnalisme hors pairs. En voici deux dont nous étions particulièrement curieuses d’entendre la réponse:

  • Si vous aviez le choix entre un produit local mais emballé, ou un produit importé sans emballage, vous choisiriez quoi? Sa réponse: Moi mon but, c’est d’avoir le bocal de déchets le moins rempli à la fin de l’année. J’ai choisi d’encourager le sans emballage parce que c’est ce que je crois qui est le mieux. Je comprends que certains ne sont pas en accord avec ça, mais c’est ma décision et je suis heureuse avec.
  • Comment faire pour faire comprendre notre nouveau mode de vie à notre entourage, et plus particulièrement aux proches? Sa réponse: Ça peut être très délicat lorsque vient le moment de refuser des cadeaux ou de faire des soirées à la maison et demander aux invités de ne rien amener qui produise des déchets, mais c’est important qu’ils respectent vos valeurs. Souvent, il faut travailler à trouver l’argument précis qui les fera tiquer, comme l’argent en ce qui concerne mon mari. Ça peut être la santé, l’environnement, ou bien l’économie de temps et de stress…

Après les questions, la plupart des gens quittent. Mais une douzaine de personnes (nous incluant), se lancent vers Béa pour lui parler. Notre tour venu, nous lui faisons par de notre admiration et d’à quel point elle est une inspiration. On en profite aussi pour mentionner qu’on a commencé un blogue sur le Zéro déchet et le minimalisme. Annie-Pier lui explique qu’elle fait le défi 2017 en 2017 (se débarrasser de 2017 objets en 2017). On lui mentionne qu’on est étonnées à quel point les deux modes de vie se rejoignent, et elle acquiesce. Une discussion d’une dizaine de minutes s’en suit.

S’il y a bien un mot pour décrire Béa Johnson, c’est passionnée. Tout devient un sujet de conversation infinie avec elle, on voit vraiment qu’elle a trouvé sa voie et qu’elle est heureuse.

Finalement, il faut bien qu’on laisse notre place aux autres personnes qui désirent échanger quelques mots avec la prêtresse du Zéro déchet! Alors on prend une photo, on la remercie, et on quitte, folles de joie et plus motivées que jamais à continuer dans le Zéro déchet et le minimalisme!

Avez-vous pu assister à l’événement? Peut-être dans une autre ville? Qu’en avez-vous pensé?

 

 

3 réponses sur “On a rencontré Béa Johnson!!!”

Laisser un commentaire