Mes lunchs et collations anti-gaspillage pour cuisinière paresseuse

Voici une confession: en cuisine, je n’ai jamais aimé suivre une recette à la lettre. Je n’ai pas la patience ni la minutie pour bien exécuter la chose et arriver au même résultat que sur la photo. Et quand j’ai faim…ben j’ai faim! Cette paresse culinaire m’a d’ailleurs posé problème pendant un certain temps.

En effet, lorsque je suis partie de chez mes parents, j’ai développé quelques mauvaises habitudes. D’abords, j’étais souvent contrainte à jeter de la nourriture parce que je ne l’avais pas consommé à temps. Puis il m’arrivait beaucoup trop souvent de manger take out parce que je ne m’étais rien préparé d’avance, malgré le fait que mon frigo soit plein.

En adoptant un mode de vie Zéro déchet, j’ai pris conscience de l’impact environnemental, social et éthique que posait le gaspillage alimentaire. Puis, à la suite d’une foule de recherches et de réflexions, j’ai pu développer quelques techniques anti-gaspillage. Voici donc comment accommoder ses convictions environnementales à une personnalité de cuisinière paresseuse…

Les choses à ne pas faire

Faire l’épicerie le ventre vide

C’est connu: faire l’épicerie le ventre vide nous fait acheter des trucs simplement par appétit et ils finissent par moisir dans notre garde-manger ou notre frigo parce qu’on les oubli une fois le ventre rempli, et on n’avait pas prévu quand ou comment on allait les consommer…

Ne pas planifier ses repas

Acheter tous pleins de fruits et légumes, du pain et des produits périssables juste pour remplir le garde-manger, et se dire qu’on trouvera bien des idées de recette avec tout ça, c’est une erreur.

Pas obligé d’avoir une liste de recettes bien précises et se limiter à les faire selon un calendrier. Mais c’est quand même bien d’avoir une idée d’avance de ce qu’on va cuisiner, et avec quels ingrédients.

Ne pas cuisiner

Acheter des repas prêt-à-manger dans le rayon des surgelés est non seulement mauvais pour l’environnement à cause de tous les emballages, mais c’est aussi coûteux, et pas ce qu’il y a de plus sain pour la santé. Ces plats sont très souvent bourrés de sel et d’agents de conservation…

Mes super astuces anti-gaspillage

Faire des plus grosses recettes

Le repas pour lequel nous cuisinons généralement le plus est le souper. Alors pourquoi ne pas profiter de notre présence dans la cuisine, des ingrédients déjà tous sur le comptoir et des poêles chaudes pour faire ses lunchs de la semaine d’un coup!? Je fais une plus grosse batch de pâtes, de sauté, de légumes cuits, etc. Je mange mon souper et je sépare automatiquement le reste dans plusieurs plats à lunch (généralement maximum 3 pour éviter de congeler (je trouve que ça rend les plats beaucoup moins alléchants), pour éviter le gaspillage et pour ne pas me tanner.

Cette astuce permet d’abord de s’assurer d’avoir un lunch chaque jour et ainsi éviter les take out. Puis ça permet d’éviter de n’utiliser qu’un quart de brocoli et ne pas savoir quoi faire avec le reste, ou de ne pas avoir le temps de l’utiliser avant qu’il pourrisse.

Avoir une liste de repas-clé

Comme le mentionne Annie-Pier dans son article La simplicité dans l’assiette, une merveilleuse astuce est de se faire des modèles qu’on diversifiera de semaine en semaine.

Tssé, ces repas que vous aimez tellement que vous pourriez en manger chaque jour? Choisissez-en au moins trois, pour ne pas vous tanner, et apprenez à expérimenter et varier autour de la base. Pour ma part, j’ai ces 5 options:

  1. Sauté de légumes: des fois avec du riz, des fois avec du couscous, des fois avec des vermicelles. Je peux varier les légumes, la sauce et la protéine (pour ma part c’est tofu, tempeh, ou légumineuses, puisque je suis végétarienne). Puis on peut varier la sauce et l’assaisonnement. Sauce soya pour une touche asiatique, sauce au curry pour de l’indien, épices mexicaines, etc.
  2. Pâtes: et on varie la sauce…sauce tomate, pesto, huile et herbes, etc. Et on peut agrémenter le tour avec des légumes sautés ou des saucisses (végé).
  3. Sandwichs: On peut essayer un pain différents (pita-wrap, bagel, pain aux fruits, etc) et varier les ingrédients. Mes incontournables: les pousses, le tofu brouillé et la mayo épicée, MIAM <3
  4. Fajitas: légumes sautés avec tofu ou haricots noirs, et épices mexicaines. Roulé dans un pain pita et accompagné de guacamole ou salsa maison. YUM.
  5. Salade/bol bouddha: Tout fait de cru, pour les journées où on a pas eu le temps de cuisiner. On fout tout dans un bol et on s’amène une vinaigrette à l’huile d’olive et vinaigre balsamique à côté.

Avoir une liste de collations-clés

Pour ces moments dans la journée où on a une petite fringale. Ou encore quand on fait une sortie de quelques heures entre deux repas. Voici mes collations-clés:

  1. Barre granola maison: Je prends une journée dans la semaine pour les faire. Ça prend une heure maximum, et je peux varier selon mes envies. J’aime particulièrement les recettes qui ne demandent pas de cuisson. On mélange tout au blender, on presse le mélange dans un moule, on laisse figer au frigo, et on coupe en morceaux OU on fait des bouchées avec. Pour des idées de recettes, la meilleure place c’est Pinterest. Recherchez tout simplement «Granola bar ideas ». 😉
  2. Fruits: Tout simplement!
  3. Mélange de noix: J’achète mes préférées en vrac et séparément. Comme ça, je peux les utiliser pour autre chose, comme mon mélange de barre granola et dans mes céréales le matin. Je fais mon mélange maison, et des fois j’y inclue aussi des petits fruits, ou encore des fruits secs (remplis de nutriments), comme des canneberges ou des raisins.
  4. Smoothies ou jus maison: La meilleur façon de passer les fruits et légumes qui commencent à battre de l’aile.

Voilà comment j’arrive à éviter le gaspillage alimentaire tout en étant hyper paresseuse en cuisine! Avez-vous d’autres astuces à partager? Et SVP si vous en essayez une des miennes, donnez-moi votre avis en commentaire! 🙂

Laisser un commentaire