Comment demeurer écolo avec des enfants en bas âge?

On le sait, avoir des enfants, ce n’est pas écologique. Ça pollue, un humain de plus sur la Terre. Mais il y a des façons de savourer les joies d’être parents tout en étant cohérent avec ses valeurs écologiques. Il suffit de faire des bons choix et de vulgariser clairement ses attentes vis-à-vis notre entourage.

Avant Noël, j’ai organisé un café-causerie avec trois amies soucieuses de générer le moins de déchets possibles en lien avec leur parentalité. Voici les trucs qui sont sortis de notre rencontre.

Troquer le jetable pour du lavable

C’est le principal truc dont nous avons discuté et c’est un des plus faciles à intégrer. J’ai séparé les recommandations en différents niveaux de difficulté/ impacts sur l’environnement. Ainsi:

Les couches

Niveau 1: On passe aux couches lavables à la maison

Niveau 2: On passe aux couches lavables partout, à la maison, en visite, en sortie, à la garderie, etc.

Niveau 3: On ne se procure pas de couches lavables neuves, mais on achète des usagées ou on emprunte celles de nos amies qui n’ont plus de petits aux couches.

Source: Site internet Ville de Valleyfield

Les lingettes/débarbouillettes

Ici, la même logique. Au lieu de prendre des lingettes jetables commerciales, on y va avec du lavable.

Niveau 1: Utilisez des lingettes lavables à la maison.

Niveau 2: Trainez vos lingettes lavables partout où vous allez. Truc: disposez de vos lingettes sales dans un sac imperméable (style plein-air ou sac recouvert de silicone ou de plastique pour masquer les odeurs). Faites-en un maison ou sinon, il y en a sur Etsy, faits au Québec.

Demain Demain, sur Etsy

Ça vaut autant pour les lingettes quand on change la couche que pour les débarbouillettes. Trainez une bouteille d’eau avec un morceau de coton pour essuyer la bouche du mini!

Acheter de seconde main ou emprunter

Les bébés grandissent tellement vite que c’est un véritable gaspillage d’argent d’acheter des vêtements neufs quand ils n’ont que quelques mois. Pour économiser des sous et être plus écolo, voici quelques trucs:

  • Faites le tour des trucs de vos amis ou frères et soeurs, il y en a en masse du stock !
  • Allez dans les boutiques de vêtements d’enfants de seconde main
  • Allez dans les friperies
  • Privilégiez les vêtements non genrés
  • Faites le tour des ventes de garage
  • Informez-vous s’il y a une joujouthèque dans votre ville
  • Utilisez le groupe Buy Nothing
Source: Pixabay

Exprimer clairement ses attentes

Le fabuleux shower de bébé fut une certaine source de stress pour certaines de mes amies. Voici des trucs qu’elles donnent pour faciliter le tout:

  • Confier le shower à une amie qui connait nos attentes et nos besoins
  • Demander que les cadeaux ne soient pas emballés
  • Demander de ne recevoir que des objets inscrits sur une liste que vous aurez faits à partir de vos besoins
  • Demander que tous les cadeaux reçus soient usagés et de seconde main
  • Demander des cartes-cadeaux à la pharmacie à la place d’objets

Mais bon, malgré toutes nos intentions, il y aura toujours 3-4 personnes qui ne comprendront pas vos demandes et qui vous amèneront du neuf, que ce soit un énième pyjama, des jeans pour bébé (sérieux?!), des gros jouets pour soi-disant stimuler votre enfant, etc. Ces cadeaux vous appartiennent et vous êtes libres d’en disposer comme vous le voulez, sans culpabilité. Voici les options:

  • Garder tout
  • Proposer des jouets à la garderie de notre enfant
  • Faire des dons à des organismes de charité, des maisons de naissances, des organismes d’accueil aux immigrants, etc.
  • Retournez les items au magasin et garder l’argent.

On ne vous en dit pas plus sur les showers de bébé, nous aurons un article complet là-dessus dans les prochaines semaines!

Quels sont vos trucs écolos avec vos jeunes enfants?

L’Outaouais de plus en plus écolo-minimaliste! – Bilan 2018 des Tulipes

WOW déjà la fin de 2018! Cela signifie aussi que le blogue est actif depuis maintenant deux ans…Il s’est passé tellement de choses depuis, et nous sommes extrêmement fières de tous les beaux projets qu’on a accomplis, ainsi que du nombre de personnes que nous atteignons un peu plus chaque jour.

Et c’est grâce à vous qui nous suivez, qui discutez avec nous, qui vous engagez à faire une différence avec vos actions, que nous arrivons à sensibiliser de plus en plus de gens en ce qui a trait à un mode de vie plus respectueux de la planète! Voici donc un bilan de ce qui s’est passé en 2018 avec Les Tulipes , sur le web et hors web…

Les Tulipes en quelques chiffres pour 2018

  • Le blogue rejoint en moyenne 1000 visiteurs uniques par mois
  • Nous avons publié 19 nouveaux articles
  • Notre page Facebook a atteint 2200 abonnés
  • Notre infolettre rejoint près de 200 personnes (abonnez-vous pour être aux premières loges pour nos nouveaux articles, événements, et autres!)
  • Nous avons organisé et/ou participé à 6 événements (voir plus bas)

Nouveauté: nous offrons nos services!

Nos articles les plus populaires

Pendant la dernière année, certains de nos articles ont fait plus réagir que d’autres, et nous sommes fières de vous repartager le top 10 de nos articles les plus lus durant la dernière année, au cas où vous en aviez manqué un!

Zéro déchet

  1. Bilan de ma première année Zéro déchet, par Élisa
  2. Restaurants: Comment produire moins de déchets?, par Annie-Pier
  3. Ma routine beauté Zéro déchet et minimaliste, par Élisa
  4. Épicerie en vrac: les 3 astuces ultimes pour un magasinage efficace, par Élisa
  5. Écolos: pour aller encore plus loin!, par Annie-Pier

Minimalisme

  1. Bilan de ma première année minimaliste, par Annie-Pier
  2. Projet désencombrement: Comment désencombrer? (et tout la série pièce par pièce), par Annie-Pier
  3. Travailler peu et avoir une vie riche? Oui c’est possible!, par Élisa
  4. Un an sans magasinage: une expérience qui fait grandir, par Élisa
  5. Une minimaliste en voyage longue durée: Comment j’ai choisi mes bagages?, par Élisa

Les Tulipes en dehors du web

5 à 7 de la communauté zéro déchet – 18 Juin

Troc tes fringues, 2e édition -28 Juillet

Vivre lentement, vivre pleinement: conférence-discussion – 7 Août 

Le minimalisme ou comment vivre plus avec moins (Participation au Salon Mieux-Vivre) – 28 Septembre

Jason Zéro déchet en collaboration avec Chloé Bureau de Zéro déchet Gatineau-Outaouais – 4 Octobre

Atelier Zéro déchet d’Annie-Pier dans 3 classes de 6e année à l’école L’Orée du bois – 21 Novembre

Repair Café de Gatineau – 1ère édition – 2 Décembre

À venir pour Les Tulipes

Pour finir ce merveilleux et abondant bilan, nous avons une autre belle année en vue! Pour commencer l’année en beauté et laisser derrière-nous tous les abus des fêtes, joignez-vous à nous le 15 Janvier pour un 5 à 7 écolo au Troquet. 

Ensuite, le 1er Février, Annie-Pier donnera un atelier d’initiation au mode de vie zéro déchet pour l’Association pour l’environnement du quartier Limbour.

Cet été vous pouvez vous attendre à une 3e édition du Troc des Fringues. On est d’ailleurs vraiment fières du succès de cet événement qui fait maintenant partie, en quelques sortes, des incontournables pour la communauté écolo-minimaliste en Outaouais!!

Enfin, Annie-Pier travaille fort à nous préparer une série d’articles spécialement pour les familles. Pour vous donner quelques exemples, voici certains thèmes qui seront abordés: Famille avec un(e) jeune enfant, familles nombreuses, désencombrement lors du décès d’un proche, etc.

Encore un immense merci de nous suivre et de vous joindre à la cause. Chaque jour, une nouvelle personne change une petite habitude, et c’est ainsi qu’on va sauver le monde. Continuez de partager vos astuces, vos modes de vies, et vos fiertés, vous faites une différence!

Bonne année!

Écolos : pour aller encore plus loin !

Comme vous avez pu le constater depuis que vous nous suivez, notre blogue aborde deux thématiques bien spécifiques en lien avec l’environnement: le minimalisme et le zéro déchet. Par contre, nos modes de vie vont bien au-delà de ces thématiques. La plupart des gens sensibilisés au zéro déchet sont aussi bien sensibilisés sur les autres problématiques environnementales. Voici un petit survol d’autres aspects de nos vies et des actions que nous mettons en pratique au quotidien pour réduire notre empreinte écologique et améliorer notre qualité de vie.

1- Le rapport aux véhicules et à l’essence

On le sait, la consommation d’essence et l’achat de véhicules toujours plus gros et plus performants (camions et VUS) ont augmenté en flèche au Québec ces dernières années. Quelle contradiction, alors que les Québécois se considèrent plus écologiques et plus sensibilisés à l’environnement. De notre côté, Élisa n’a pas de voiture et j’ai vendu la mienne en octobre 2017. Alors que la société de consommation nous martèle que la voiture est le symbole de liberté absolue et qu’elle est un incontournable, il s’avère que le fait de vendre ma voiture a été très libérateur pour moi. En plus de marcher énormément, le vélo est devenu mon mode de transport numéro 1 six mois par année. Au besoin, je peux prendre la voiture de mon conjoint, qu’on partage maintenant à deux. Finalement, il reste toujours le covoiturage ou l’autobus!

Pour lire l’article d’Élisa sur les raisons pour lesquelles elle vit sans voiture, c’est par ici.

Faire ses déplacements à vélo: une solution économique et santé!

 

 

2- Alimentation, achat local, circuits courts

Un article paru dernièrement dans The Guardian présente des études récentes qui viennent à la conclusion qu’«éviter la viande et les produits laitiers est la meilleure façon de diminuer l’impact que nous avons sur la planète» [traduction libre]. Nous en sommes bien conscientes et tentons de limiter notre consommation de ces produits. Élisa est végétarienne depuis quelques années et de mon côté, j’ai énormément diminué sa consommation de produits laitiers et de viande. Je ne mange plus de yogourt et ne bois presque plus de lait.  Je mange un maximum d’un repas par jour avec de la viande, mais ces derniers temps, je dirais que je mange un repas avec de la viande aux 6-7 repas. 

L’été, lorsque la saison des marchés bat son plein, nous y achetons nos aliments frais. Non seulement on encourage l’économie locale, mais en favorisant les circuits courts, moins d’essence est gaspillée pour le transport des aliments et donc, moins de gaz à effets de serre sont produits. Les aliments dans les marchés sont souvent de meilleure qualité et on peut avoir la certitude qu’ils sont biologiques et donc qu’aucun engrais chimique ou pesticide n’a été utilisé.

Finalement, nous cultivons des fruits et légumes dans nos cours, via des bacs ou des jardinières. Non seulement on réduit notre facture d’épicerie l’été, mais on apprend les rudiments d’un potager et quelle fierté de manger les légumes que nous avons produits!

3-Minimalisme, diminution des achats, économie de partage

Qui dit écolo dit réflexion sur son mode de consommation. Vous nous suivez, vous savez que nous sommes minimalistes et que chaque achat que nous faisons est très réfléchi. Puis, nous avons développé de grands réflexes de partage. Besoin d’une robe pour un mariage? On l’emprunte à une amie au lieu de l’acheter! Envie de lire tel livre? On le réserve à la bibliothèque et on attend qu’il soit disponible. Le lèche-vitrine pour occuper le temps? Connait pas. Envie de rafraichir sa garde-robe? On organise un swap entre amies  et on échange nos vêtements. Le tout est très économique et bien sûr, écologique, car nous réutilisons les objets ou les partageons. Et il n’y a pas que des bénéfices pour la planète. Les économies sont énormes et permettent de dépenser pour des activités et des sorties au lieu d’objets. De plus, on crée des liens avec  notre communauté.

Pour des trucs pour organiser un swap de vêtements, consultez notre article.

Troc tes fringues juillet 2018

4- Type d’habitation et emplacement géographique

L’aménagement du territoire conjugué à nos choix individuels ont une grande influence sur notre empreinte environnementale. Habitez-vous près de votre lieu de travail? Devez-vous prendre votre voiture ou l’autobus pour vous y rendre? Pouvez-vous y aller à pied ou à vélo? Est-ce que votre maison est beaucoup trop grande pour vos besoins? Est-ce que vos appareils économisent l’énergie? Est-ce que votre maison est bien isolée? Habitez-vous à proximité des services, comme la pharmacie, l’épicerie, la bibliothèque, la banque, etc.?

Je travaille maintenant de la maison, donc j’ai énormément diminué mes émissions de GES en lien avec mes déplacements. 

Avez-vous d’autres enjeux écologiques à partager avec nous et la communauté Facebook, pour nous rendre encore plus conscientisés?

Pourquoi « Les tulipes »?

Les tulipes, ce n’est pas un simple nom cute! C’est en réalité le résultat d’un processus de réflexion et de recherche intense, qui signifie beaucoup pour moi!

J’écris ce court article afin de répondre aux questionnements de quelques abonnés et personnes de mon entourage.

Si vous avez bien surfé de fond en comble le blogue, vous en avez probablement découvert une part du secret dans la section À propos…

Trouver son nom de blogue: un véritable processus

Au moment de créer le blogue, j’ai beaucoup réfléchi pour trouver un nom. J’ai même failli abandonner quelques fois vu que je ne trouvais rien. Oui oui, abandonner parce que je n’avais pas de nom…demandez à tout bon blogueur, il vous confirmera oh combien c’est quelque chose d’important, le branding!

Au tout début, le blogue se voulait simplement un journal de bord sur mon parcours vers le Zéro déchet ainsi que mon défi d’un an sans magasinage. Donc, je voulais que ça sonne  » thématique nature » et simplicité, sans pour autant avoir un jeu de mot avec les mot  »écolo »,  »consommation », ou l’expression  »zéro déchet » dedans; et aussi pour avoir la possibilité de l’étendre vers quelque chose de plus vaste dans le future, si j’en avais envie. Je voulais aussi quelque chose de féminin et facile à mémoriser.

Ayant toujours été une grande artiste dans l’âme, je me suis donc mise à la recherche de quelque chose de beau, de poétique, mais ayant une symbolique forte…

Comme une illumination

J’étais assise chez moi, un peu perdue, à regarder autour de moi…puis  j’ai levé les yeux, et j’ai regardé les milles plantes sur le bord de ma fenêtre. Puis je me suis mise à me dire que les fleurs devaient bien avoir une symbolique. Alors j’ai tapé dans google  »symbolique des fleurs ». Au fil de ma recherche, j’ai pu découvrir que la tulipe signifie le dévoilement de son amour inconditionnel.

J’ai donc eu un déclic, en me disant que ça collait tellement avec ce que j’avais en tête pour le blogue: raconter mon parcours vers un mode de vie qui respecte mes valeurs, ainsi que le respect et l’amour que je porte à la nature.

Puis, les tulipes poussent quand? Au printemps! Symbole de renouveau, de nouveau départ…Quoi de mieux pour un blogue ayant pour but de promouvoir un mode de vie nouveau?

J’avais enfin trouvé!

De plus, en le mettant au pluriel, je me donnais la possibilité d’étendre l’équipe de rédaction dans le futur si j’en avais envie.

Enfin, plus le projet avance, plus je réalise que ça colle trop bien avec tous les sujets abordés dans le blogue:

  • Zéro déchet: Pour l’amour de la nature
  • Minimalisme: Pour l’amour d’une vie simple

Bref, les tulipes, c’est un blogue qui propage l’amour, le renouveau, ainsi que la (dé)croissance (de soi, et de la société). Nous croyons qu’il est toujours possible de changer pour le mieux, d’évoluer dans le bon sens. Nous souhaitons, via nos anecdotes, nos réflexions, et nos actions, inspirer d’autres petites tulipes à éclore vers un renouveau d’elles-mêmes, et à agir pour un renouveau collectif.

Une minimaliste en voyage longue durée: Comment j’ai choisi mes bagages?

Le 5 avril dernier, je prenais l’avion de Montréal vers Vancouver pour réaliser ce qui est probablement mon plus grand rêve: voyager pour une durée indéterminée, sans itinéraire ni planification. Le tout, avec le moins d’objets possibles.

Après avoir refait mes valises cinq ou six fois pendant le mois précédant mon de départ, je suis finalement partie avec un total de 28 morceaux de vêtements et une dizaine d’objets pratiques et nécessaires divers.

Dans cet article, je vous présente comment je m’y suis prise pour arriver à voyager pour une durée indéterminée tout en restant minimaliste dans mes bagages.

1. Choisir ses vêtements:

Tout a été choisi en fonction de 5 critères:

  • Ne prend pas trop d’espace
  • Peut s’agencer avec au moins 5 autres bas ou hauts
  • Je suis assurée de le porter souvent (genre pas de robe hyper chic ou de talons hauts)
  • Le temps de l’année (fin printemps et l’été dans mon cas, donc rien de trop chaud)
  • Le type d’activités prévues (principalement travailler sur des fermes et faire de la randonnée, donc rien d’inconfortable ou que je ne veux absolument pas salir)

Voici les 28 morceaux de vêtements que j’ai décidé d’amener:

  • 9 hauts (3 t-shirt, 2 manches longues, 4 camisoles)
  • 7 bas (une paire de shorts, une paire de joggings, 3 paires de leggings, une jupe et un pantalon plus mince). * J’ai décidé de n’amener aucun jean puisque ça prend trop de place et vu la raison principale de mon voyage, soit la randonnée et le travail de ferme, je risque de ne pas les utiliser assez.
  • 4 morceaux divers: deux robes, un poncho et un grand foulard qui peut être porté de différentes façons (robe, foulard, jupe, paréo, etc)
  • Un tricot
  • Un manteau
  • Une veste en jeans
  • Deux maillots de bain
  • Deux paires de souliers: bottillons Bluntstone et une paire de sneakers

Fun fact et leçon apprise pendant mes six premières semaines de voyage: J’ai fini par abandonner certains items et en ai acquis des nouveaux au fil de mes déplacements et mes rencontres. Conclusion: ne pas trop s’attacher à une liste exhaustive pour toute la durée du voyage. 😉

2. Établir ses priorités & les articles divers:

Parlons maintenant des articles divers et le processus de sélection.

Au départ, j’avais inclus mon ordinateur portable, ma caméra Nikon D5000 et deux objectifs, mon équipement d’escalade ainsi que deux autres paires de souliers. Ce sont toutes des choses que j’ai éliminées en réalisant que mes bagages commençaient à être trop lourds. Je me devais d’épurer.

Pour les photos, j’ai conclus que mon téléphone me suffirait puisqu’il prend d’excellentes photos (en plus, il me permet de faire des panoramas et de partager le tout en ligne instantanément sans avoir à faire de transfert).

En ce qui concerne l’ordinateur, la seule raison pourquoi je me contraignais à l’apporter était pour écrire mes articles de blogue. Sauf que jai décidé d’être minimaliste et réaliste. En effet, jai l’application WordPress sur mon téléphone. Je peux faire les brouillons de mes articles là-dessus, puis simplement me rendre dans une bibliothèque municipale ou emprunter l’ordinateur de quelqu’un pour finaliser la mise en page et la publication.

Voilà, en plus d’avoir éliminé du poids et de l’espace, je ne transporte aucun objet de grande valeur avec moi. Cela enlève un stress énorme par rapport au vol, au bris ou à la perte!

J’ai ensuite éliminé mon équipement d’escalade. La raison étant que je n’étais même pas assurée d’avoir le temps et l’occasion de m’en servir.

Enfin, j’ai éliminé une paire de ballerines et une paire de sandales puisque je n’en aurai pas besoin avant un bon mois après mon départ (météo printanière oblige). Si je réalise que j’en ai réellement besoin en cours de route, j’en trouverai certainement dans une friperie ou à bas prix quelque part. *Jai finalement effectivement acheté une paire de sandales dans une friperie pendant ma troisième semaine de voyage, haha.

Et les items divers?

Pour m’occuper, j’ai mon petit kit de peinture aquarelle, des écouteurs pour ma musique, ainsi que mon agenda qui me servira de journal.

Ensuite, en bonne fille Zéro déchet, j’aurai en tout temps sur moi un bol rétractable et refermable super léger et pratique (il peut aller au micro-onde!), une paille en stainless ainsi qu’un petit ustensile en bambou de type spork (moitié fourchette, moitié cuillère).

Pour le reste (items de toilette, sous-vêtements, accessoires, etc). Ils sont si peu nombreux ou ne prennent tellement pas de place que je n’avais pas à m’en inquiéter.

3. Choisir le type de bagages

Au départ, je comptais utiliser mon backpack Osprey Ariel 55L acheté il y a trois ans pour mon premier voyage. Mais c’est une fois rempli de toutes mes choses que jai réalisé que malgré la légèreté de son contenu, le sac lui-même était beaucoup trop lourd et encombrant pour moi.

J’ai finalement troqué le sac de 55L pour un petit sac à dos de 25 litres, un sac de yoga rempli de mes vêtements, ainsi qu’un sac en tissus avec mon sac de couchage dedans.

De plus, le fait que je voyage lentement, je reste a peu près toujours au moins quelques semaines à mes différentes destinations. Cela fait en sorte que je peux poser mes affaires là où je loge et utiliser mon sac à dos pour la randonnée ou la promenade en ville, et le sac en tissu pour mettre mes achats, épicerie, etc.

En conclusion, je dois dire que ça fait vraiment du bien de partir avec peu de choses, mais uniquement des choses UTILES. Je sais que chaque objet que je transporte servira quasi-quotidiennement.

De plus, je me sens beaucoup plus libre mentalement et physiquement: je ne stresse pas à l’idée de perdre ou d’oublier quelque chose car je n’ai presque rien qui mimporte à ce point; puis je peux marcher plus vite, aller plus loin, et me fatiguer moins vite grâce au poids léger de mes possessions.

Alors voilà ce qui résume mon processus de préparation pour des bagages minimalistes! Il s’agit de mon premier voyage de longue durée, donc je ne prétends pas détenir la stratégie ultime. Ceci est ce fonctionne pour moi jusqu’à maintenant. Une mise à jour et/ou un suivi viendront peut-être éventuellement si nécessaire…

D’ici là, je veux savoir: Avez-vous déjà eu à voyager léger? Comment vous en êtes-vous sorti? Avez-vous d’autres astuces pour faire ses valises efficacement?

Ma chambre à coucher: avant/après

Rien de mieux que des photos pour nous faire réaliser le chemin parcouru ! Je suis tombée dernièrement sur des photos de ma chambre à coucher et de mon salon dans mes anciens appartements. Ouf ! Je ne peux pas comprendre à quel point j’avais des choses, notamment dans ma chambre! Et ce qu’on ne voit pas dans les premières photos, c’est que j’ai un walk-in qui DÉBORDE! Dans cet article, je vous présente ma chambre avant/après et je vous donne des trucs et astuces pour un désencombrement rapide.

AVANT

Comme vous pouvez le voir, ma chambre débordait d’objets. À part mon lit, mon bureau, mon ordinateur, mes rideaux, ma chaise ainsi que le cadre du côté fenêtre, je me suis débarrassée de tout le reste !!! D’abord, sur la première photo, dans le coin gauche, on voit une centaine de DVDs de fils et de série télé. J’ai tout vendu et/ou donné. Il ne me reste plus aucune série télé en format DVD et aucun film. Avec Netflix, cela devenait plutôt inutile.

Ensuite,  mon bureau de travail se trouvait dans ma chambre. Quelle mauvaise idée! Si vous avez de la place ailleurs dans votre logement/maison pour y mettre votre bureau de travail, faites-le. C’est une très mauvaise idée de mettre son bureau de travail dans sa chambre à coucher. En effet, je remarque que je dors beaucoup mieux depuis que j’ai enlevé le bureau de ma chambre. Et dans la dernière année, je n’avais pas de bureau du tout. Comme je retourne aux études, je vais prévoir un espace bureau dans ma maison, mais très minimaliste.

Puis, j’avais une poubelle dans ma chambre à coucher. Les kleenex sont compostables. Ça dit tout. Pas besoin de poubelle dans la chambre à coucher. Ou dans la salle de bain. Ni dans le bureau. Ni dans le salon.

Ensuite, les coussins et les éléments décoratifs. Je trouve que mon décor était très chargé. Des cadres sur les murs, des coussins sur le lit, des foulards sur les meubles afin de rajouter de la couleur, des petites chandelles, etc. J’ai tout donné. De toute façon, les coussins étaient mis par terre la nuit. Ils ne servaient à rien.

Finalement, les cartables de papiers d’école. J’ai gardé plusieurs documents importants, comme tous mes plans de cours, dans une pochette. Pour ce qui est des notes de cours, j’ai fait le tri. J’ai recyclé plusieurs cahiers, parce qu’en 6 ans, je n’ai pas voulu en savoir plus sur le mode de vie des Mérovingiens au Moyen-Âge… Vous pouvez faire de même. Ce n’est pas parce qu’on recycle nos notes de cours ou qu’on vend/donne nos livres que la connaissance part avec 😉

APRÈS

Ma chambre à coucher avant/après, c’est le jour et la nuit. À part mon lit, je n’ai que trois meubles dans ma chambre, soit deux tables de chevet (dont une est en palette) et une commode. On a trois oreillers, soit le nombre dont on a besoin pour dormir et une couette. Une plante pour arérer le tout et un cadre pour ajouter un peu de vie. Mes rideaux gris ont été installés à la fenêtre.

Puis, les photos sont plus ou moins à jour, parce que les deux lampes sur les tables de chevet ont été données 🙂

bref, je préfère nettement ma chambre actuelle et je dors tellement mieux.

TRUCS ET ASTUCES POUR DÉSENCOMBRER

  • Pas de poubelle dans la chambre
  • Relocaliser votre bureau de travail dans une autre pièce et sortez tous les documents/livres/possessions qui sont en lien avec le travail ou l’école: calendrier d’échéancier, ordinateur, livres, recueils de textes, etc.
  • Votre chambre n’est pas un entrepôt de livres, de CDs, de DVDs, etc. Minimisez vos possessions et installez-les dans une autre pièce, comme le salon ou le sous-sol.
  • Donnez vos coussins, ça ne sert à rien!

Pour encore plus de trucs, consultez l’article de la série Projet Désencombrement qui porte sur la chambre à coucher

 

 

Les initiatives-partage de quartier à connaitre absolument

Les initiatives-partage de quartier? Quessé ça?

Les initiatives-partage de quartier sont des projets micro-locaux, à l’échelle d’un quartier ou d’un district, qui visent à créer des liens dans la communauté par l’échange ou les dons de biens ou de services. La majorité de ces initiatives se retrouvent dans plusieurs quartiers à Gatineau et ailleurs au Québec.

1-Bibliothèques itinérantes

D’abord, les bibliothèques itinérantes sont plutôt répandues dans plusieurs grandes villes du Québec et d’ailleurs. Gatineau n’en fait pas exception et de nombreuses boites existent partout sur son territoire. Selon la réglementation municipale, à Gatineau, les bibliothèques itinérantes sont seulement permises sur les terrains privés ou chez les organismes. Le concept est bien simple: les gens peuvent venir y déposer leurs livres et prendre les livres qui s’y trouvent pour les amener chez eux. Pour connaitre quelques points de services:

source: Bibliothèque itinérante

2- Valise de livres

Ensuite, la valise de livres est un concept semblable à la bibliothèque itinérante, sauf qu’elle circule entre un groupe restreint de résidents d’un même quartier. Les gens intéressés à recevoir la valise s’inscrivent sur la liste et quand c’est leur tour, ils doivent aller chercher la valise chez la personne qui l’a en sa possession. On prend ce qu’on veut bien prendre, on laisse ce dont on n’a plus besoin et on repasse au suivant! La valise de livres est facile à démarrer. Il s’agit de créer un groupe Facebook ou un circuit entre amis. C’est très facile à instaurer dans son quartier et plaisirs garantis pour les lecteurs!

3-Sac de swap

Puis, différents groupes Facebook existent pour des sacs de swap dans le Plateau à Gatineau. C’est le même concept que la valise de livres, mais au niveau des vêtements. Il existe trois groupes, pour 3 grandeurs différentes: X-small/small, Medium/Large et Large/XL/XXL. Les participantes reçoivent le sac, pigent dedans, le renflouent et contactent la personne suivante sur la liste, qui vient chercher le sac et fait le même exercice. J’ai moi-même pris 2-3 morceaux dans ce sac de vêtements et y ai laissé une vingtaine de morceaux.

4-Swap privé

Ensuite, les swaps privés se déroulent dans la maison des gens, avec une douzaine de personnes. Chaque personne amène les bijoux, accessoires et vêtements qu’ils ne veulent plus et on prend ce qui nous tente. On essaie le tout, on change d’idée, on redécouvre des morceaux, on passe de beaux moments entre amis et voisins, etc. C’est une façon super économique de se procurer de nouveaux vêtements, car c’est gratuit. Plus besoin d’aller magasiner.

Voici les derniers morceaux que je me suis procurée lors du dernier swap:

5-Événements bon débarras

Les événements Bon débarras, c’est comme le swap privé, mais avec des objets et selon une thématique. Par exemple, un bon débarras de Noël a été organisé avec la thématique cadeaux. Chaque personne amenait les articles qu’il n’utilisait plus à la maison et prenait les articles qu’il voulait donner en cadeau. Cela permet de faire des cadeaux à ses proches sans trop dépenser.

6-Système d’échange local

J’ai moi-même démarré un système d’échange local (SEL) dans le quartier du Plateau. Bon, il n’est pas très actif, parce que je n’ai pas pris le temps de l’animer convenablement, mais quelques demandes apparaissent de temps en temps sur le groupe. Des gens demandent de faire du covoiturage, d’emprunter des matériaux de construction, que des gens plus spécialisés viennent couper du bois sur mesure pour eux, de réparer un vélo, etc. Ce groupe permet de créer des liens entre les gens du quartier et d’économiser sur la location d’outils ou de services de toutes sortes. Pour rejoindre le SEL du Plateau:

7- Groupe Buy Nothing

Le groupe Buy Nothing, j’en ai déjà parlé amplement, mais c’est une idée tellement géniale que je me permets d’en reparler. Les groupes Buy Nothing sont une plateforme Facebook où on donne les objets que nous ne voulons plus et où on peut demander les objets dont on a besoin. Aucun échange ou vente n’est tolérée et c’est axé sur le don. Ce groupe m’a permis de rencontrer des vingtaines de personnes de mon quartier et de me lier d’amitié avec quelques-unes d’entre elles. Sur ce groupe, j’ai donné énormément, mais j’ai aussi reçu beaucoup. Voici quelques objets que j’ai reçus:

  • Des plantes en pots pour mon bureau et la maison
  • Un panier à linge
  • Des serviettes de table en tissu lavable
  • Des boites pour mon déménagement
  • Une rappe à fromage neuve qu’on utilise presque tous les jours
  • La trame sonore du film Forrest Gump
  • Et bien plus encore.

Pour savoir si un groupe Buy Nothing existe dans votre quartier, c’est par ici.

8-Les potagers à partager

Finalement, dans mon nouveau quartier, les potagers à partager sont assez populaires. Ce sont des ménages qui décident de partager leurs récoltes avec les autres résidents et les voisins. Un bac de légumes est placé bien en évidence sur le terrain, avec une affiche À partager ou Les Incroyables comestibles et les gens peuvent se servir de bons légumes frais. C’est une super initiative qui gagne à être connue et reproduite.

Pour terminer, ce qui est super intéressant de ces différentes initiatives-partage, c’est que chaque personne peut en démarrer une dans son environnement immédiat. Ça commence très petit et ça prend de l’ampleur tranquillement, par le bouche-à-oreille. Ce sont des initiatives qui ne coûtent rien, mais qui rapportent tellement.

N’hésitez pas à nous contacter si vous voulez de l’aide pour démarrer une des initiatives mentionnées plus haut!

Ma routine beauté Zéro déchet et minimaliste

Adopter une routine beauté Zéro déchet et minimaliste n’a pas été une grande difficulté pour moi. En effet, j’ai toujours utilisé peu de produits dans la salle de bain. Par contre, j’achetais tout en pharmacie donc je créais régulièrement des déchets avec les bouteilles de shampoings, gels douches, tube de dentifrice, maquillage, etc.

Je vous présente ici ce que j’utilise en date du mois de mars 2018. Certains produits changent parfois puisque j’aime tester différentes options. Ceci est ce qui fonctionne pour moi jusqu’ici. Chaque personne réagit différemment au même produit donc je vous invite à voir cet article comme étant une piste de départ pour les curieux.ses qui voudraient changer certaines habitudes!

J’aimerais aussi préciser que je n’utilise que des produits cruelty free (sans produits d’origine animale, ni testés sur les animaux), ce qui est très important pour moi et que j’encourage tout le monde à faire.

La douche

1. Cheveux

Pour laver mes cheveux, j’utilise un shampoing solide de La Savonnerie Saponaria, une entreprise de l’Outaouais.

La barre vient sans emballage (juste un petit morceau de papier enroulé autour). Elle n’est fait que d’ingrédients naturels et n’est pas testée sur les animaux.

C’est super simple à utiliser: On mouille nos cheveux et on frotte la barre sur nos cheveux. Ensuite on masse comme avec un shampoing liquide. Ça mousse moins, mais de toute façon, la mousse c’est une affaire de marketing qui nous fait croire que plus ça mousse, plus ça lave…C’est un gros mythe. J’ai les cheveux aussi propre que si j’utilisais un shampoing moussant.

Pour coiffer mes cheveux, je n’utilise rien. Vous ne vous en doutiez probablement pas mais mes cheveux sont extrêmement lisses et plats au naturel. Je dévoile aujourd’hui mon plus grand (bon peut-être pas le plus grand) secret…Je me fais faire une permanente une à deux fois par année pour avoir des bouclettes qui paraissent naturelles! BEN OUI. hahaha. ? Bref, cela me permet de ne pas avoir à coiffer mes cheveux le matin et je me fous de les mouiller sous la pluie ou à la plage l’été, ils se replacent automatiquement en séchant. Puis, je n’ai jamais besoin d’y mettre des produits ou de passer le fer dedans.

Bonus: En ne mettant rien dans mes cheveux, j’ai besoin de les laver beaucoup moins souvent (au deux semaines dans mon cas).

Pour revitaliser mes cheveux, une fois par mois, ou quand je sens que mes cheveux sont ternes et secs, je fais un masque à l’huile de coco. Ça consiste à me beurrer la tête d’huile de coco et de porter une serviette pendant une journée complète (genre un bon six heures). Ensuite, on les lave en profondeur dans la douche et on laisse sécher à l’air. Résultat: une tignasse douce douce douce et brillante! ?

2.Visage et corps

Pour me laver le visage, j’utilise un savon d’Alep (à gauche sur la photo). J’aurais tellement voulu connaître ce produit avant de découvrir le Zéro déchet. Je n’ai jamais eu aussi peu de boutons et la peau aussi lisse. Même pas besoin de crème hydratante!

Pour le corps, j’utilise présentement un savon de La Saponaria. Je pourrais très bien aussi utiliser mon savon d’Alep pour le corps en plus du visage (ce que je vais faire en voyage pour transporter le moins de choses possible).

En ce qui concerne les poils, j’utilise un rasoir jetable que j’avais déjà avant de me lancer dans le Zéro déchet. Je me rase plutôt rarement donc il dure très longtemps. De plus, je n’utilise pas de crème à raser. En effet, dans la douche avec la chaleur et le savon, le rasoir glisse sans problème et la peau est belle après. Si jamais vous avez à vous raser à sec, vous pouvez utiliser de l’huile de coco pour faire glisser le rasoir. En plus, ça hydrate la peau!

Les dents

Depuis quelques mois, je fais moi-même mon dentifrice. La recette prend cinq minutes à faire et ne comporte que trois ingrédients. La voici:

Deux portions d’huile de coco pour une portion de bicarbonate de soude. Ajouter une dizaine de gouttes d’huile essentielle de menthe poivrée. Mélanger dans un contenant de votre choix. Voilààààà!

Attention ici aussi: Ça ne mousse pas! Mais je n’ai jamais senti ma bouche aussi propre et mes dents aussi douces.

Il existe différentes recettes de dentifrice maison, à vous de choisir celle qui vous convient. J’en avais testé une à base d’argile verte mais ça irritait mes gencives, donc je suis revenue à cette recette-ci.

Ensuite, bien sûr, j’utilise une brosse à dent en bambou! Compostable et tellement jolie! 🙂

Le déo

Pour le déo je suis présentement en mode test. Je dois dire que mes conclusions tardent à arriver puisque je ne m’en mets pas chaque jour (j’ai la chance de ne pas suer beaucoup). D’abord je termine un tube de déo que j’ai entamé il y a un an (ça dure une éternité!!!).

Ensuite, j’ai récemment acheté une pierre d’alun. C’est spécial à utiliser car il faut se mouiller les aisselles pour que ça fonctionne (on mouille la pierre et on la frotte sur nos aisselles). Donc il faut idéalement l’appliquer genre en sortant de la douche.

Je teste aussi l’huile essentielle de palmarosa. J’en mets une goutte sur mon doigt et je frotte sous mon bras. J’aime bien cette option: je ne sue pas quand j’en mets et ça sent super bon! (À mettre avant de sortir par contre car ça sent beaucoup, on veut laisser le temps à l’odeur de se dissiper un peu).

Il existe aussi des recettes DIY un peu partout sur le web, mais je n’ai jamais les ingrédients sous la main. De plus, le moins d’ingrédients et le moins de travail, le mieux!

Laissez-moi savoir en commentaire qu’est-ce que vous préférez!

Le maquillage

Depuis avril 2017 je ne me maquille plus, sauf pour le crayon à sourcils. Résultat: ma trousse de voyage et ma salle de bain sont hyper épurées. De plus, j’économise beaucoup de temps le matin, puis je sais toujours où tout se trouve!

Alors voilà, ceci est ma routine beauté Zéro déchet et minimaliste! C’est important de savoir que c’est du cas par cas. Ma routine n’est pas une but ultime à atteindre si l’ont veut épurer sa salle de bain et diminuer ses déchets. Cela est ce qui fonctionne bien pour moi, et ce avec quoi je me sens bien.

Le mieux est de faire soi-même ses expériences et explorer les différentes alternatives, car il en a pour tous les goûts et besoins!

Dites-moi en commentaire ce que vous utilisez ou si vous avez des questions, il me fera plaisir de vous répondre! 🙂

Projet Désencombrement- Le sous-sol et le garage

Le sous-sol, le grenier, la garage, le cabanon sont tous des endroits où l’encombrement se fait rapidement et où on peut facilement perdre le contrôle. Dans ce dernier article du Projet désencombrement, je vous donne des trucs afin de désencombrer ces endroits en douceur, mais avec efficacité.

Les appareils de conditionnement physique

Levez la main ceux qui ont un banc d’entrainement, un vieil elliptique, un tapis roulant à propulsion humaine et plein de poids à soulever dans leur sous-sol? Bien plus de gens que vous pensez accumulent des appareils de conditionnement physique dans leur sous-sol. Un truc simple: si vous n’avez pas utilisé l’appareil dans les 3 derniers mois, vous ne le réutiliserez probablement jamais. Vendez-le donc sur Kijiji ou donnez-le à quelqu’un qui veut se remettre en forme!

Parce que ça prend énormément de place, ça vous culpabilise à chaque fois que vous le voyez et que ça pourrait servir à quelqu’un d’autre, sortez-moi ça de là!

Les vieux matériaux de rénovation et produits nettoyants

Les seuls produits nettoyants que je possède sont ceux sur la photo. 1 détergeant à lessive, un nettoyant pour le four et la cuisine, un antigraisseur, un nettoyant pour toilette, un windex ainsi qu’un savon liquide pour vaisselle. Nul besoin d’avoir plus et quand ces produits seront expirés, je tenterai de ne pas en racheter et de faire une recette maison de nettoyant (bicarbonate de soude avec vinaigre). Mes produits sont tous au même endroit, ce qui fait que je ne cherche pas quand j’en ai besoin. J’ai aussi un nettoyant à eau et vapeur pour plancher.

Le principal truc pour désencombrer vos produits nettoyants sont de ne pas les remplacer quand ceux-ci sont terminés. Comme ils sont payés et qu’il en reste, je vous suggère de terminer les bouteilles et non de gaspiller les produits. Soyez patients et allez-y donc par attrition.

 

En ce qui concerne les matériaux de rénovation,

  • Peinture: Si vous gardez des gallons de peinture depuis des années et que vous n’avez pas l’intention de les réutiliser, vous pouvez les ramener au magasin où vous les avez achetés ou dans une quincaillerie près de chez vous. Ils en disposeront de façon responsable (on l’espère) et enverront les gallons au recyclage ou les réutiliseront. Pour plus d’infos, c’est par ici
  • Extras de plancher divers: vous avez refait votre plancher et vous avez des boites d’extra de bois flottant ou de bois francs et il vous reste de nombreuses boites? Au lieu d’entasser cela dans votre sous-sol, récupérez de l’espace et de l’argent en retournant l’extra au magasin ou en tentant de les vendre.
  • Outils: un tournevis étoile par grosseur suffit amplement. Pas besoin d’en avoir 4. Même chose pour le tournevis plate et tous les autres tournevis.
  • Vis, clous, etc.: 1 kit de différentes vis et clous de grosseurs variées dépanne habituellement. Le plus important est de les garder dans un même endroit afin de les trouver facilement et de ne pas en racheter inutilement. Conservez-les dans un petit coffre compartimenté.

 

Les souvenirs  des enfants

Médailles sportives, dessins et cahiers de la maternelle ou de l’école primaire, photos de classe, vêtements préférés… de nombreuses personnes gardent énormément d’objets qui ont une grande valeur sentimentale et qui leur rappellent des souvenirs. Malheureusement, ces objets prennent énormément de place, espace qui pourrait être utilisé à meilleur escient. Voici quelques trucs pour se débarrasser de ces objets et faire de la place:

  • Garder une seule photo d’école par année. Il ne sert à rien de garder 25 copies d’une même photo, mais de grosseur différentes. Tsé les gros paquets de photo que nos parents commandent pour donner à nos oncles et à nos tantes… la vérité c’est qu’il en reste toujours énormément.
  • Scanner les photos que vous voulez garder et recyclez les copies carton. Vous pouvez utiliser un numérisateur d’imprimante, mais aussi votre téléphone, avec l’application iScanner.
  • Numériser les travaux d’école si vous désirez les garder. Si c’est vos parents qui ont tout gardé et qui vous ont tout donné, offrez-leur de leur redonner et s’ils refusent et que vous ne désirez pas les garder, recyclez-les tout simplement.
  • Vêtements d’enfants: il y a tellement de friperies en ville, faites des heureux et déposez-les dans les boites prévues à cet effet.
  • Médailles: malheureusement, les médailles ne sont pas recyclables. Vous pouvez apporter le tissu chez H&M, qui va le prendre et jeter le médaillon aux poubelles.

 

Le matériel de camping

Est-ce que votre matériel de camping est dispersé aux quatre coins de votre sous-sol? Avez-vous un kit de vaisselle de camping complet alors que vous n’êtes que deux personnes? Est-ce que votre tente peut contenir 8 personnes alors que vous n’êtes qu’une petite famille de 3 ou 4 personnes? Le minimalisme, c’est de ne posséder que ce dont nous avons besoin ou qui apportent une valeur à notre vie. C’est aussi de posséder des objets adaptés à nos habitudes. Le premier conseil: regroupez votre matériel de camping. Ce sera plus facile lorsque viendra le temps de préparer votre séjour en camping, car tout sera à portée de main. Surtout, vous aurez une image claire de ce que vous possédez et vous ne serez pas portés à acheter du matériel superflu. Afin de désencombrer vos articles de camping, voici quelques trucs:

  • Si votre tente est beaucoup trop grosse pour vous, tentez de l’échanger pour une plus petite ou la vendre afin de vous acheter une tente plus compacte (de seconde main de préférence) qui prendra moins de place.
  • Diminuez vos articles de cuisine. Amenez deux assiettes, deux bols, deux verres et 2 couverts au maximum par personne. De toute façon, vous ne voudrez pas vous encombrer de vaisselle dans la voiture ou dans votre VR, donc vous la laverez au fur et à mesure. Cela ne sert donc à rien d’en avoir des tonnes.
  • Tentez d’avoir un seul poêle. Nous avons troqué notre petit brûleur au butane simple pour un brûleur double au propane. C’est plus efficace et nous pouvons cuisiner deux trucs en même temps (ex: faire cuire le spaghetti pendant que la sauce réchauffe). Nous avons donné notre four au butane afin de ne pas s’encombrer inutilement.

Le matériel d’aménagement paysager et d’entretien

Dans chaque maison, il y a, à quelque part, un ramassis d’articles de jardins qui prennent la poussière depuis des années. Que ce soit de vieilles décorations, des outils qu’on considère désuets, un troisième arrosoir ou de l’engrais qui durcit, on y trouve pour tous les goûts. Voici des trucs pour désencombrer votre coin jardinage/entretien:

  • Pour la neige: on ne garde pas plus d’une pelle par personne, plus une grande gratte si vous avez une grosse entrée à déblayer. On propose les autres à nos voisins. Mieux: on partage nos pelles avec nos voisins.
  • Échelles, tondeuses, outils qu’on utilise rarement: avant d’en acheter, on tente de trouver un arrangement avec ses voisins pour partager les outils et ainsi, sauver de l’espace et de l’argent!
  • Matériel en double: on donne notre matériel sur le groupe Buy Nothing de notre quartier ou on s’informe si un groupe communautaire tient un jardin collectif dans le quartier. Ils sont toujours à la recherche de nouveau matériel pour leurs membres.

 

On aurait pu traiter bien d’autres sujets dans cet article sur le sous-sol/garage/remise. J’ai choisi de me concentrer sur ces aspects-ci, mais suivez les mêmes conseils pour tous les objets qui vous encombrent et vous en verrez rapidement les effets bénéfiques.

Projet Désencombrement- La chambre à coucher

La chambre à coucher. Cet oasis de paix, où on ne fait que dormir (ou presque!). Calme, nous disposant à la meilleure nuit de sommeil possible. Ouf! Cette image vous semble bien loin de la réalité ? Dites-vous que vous n’êtes qu’à quelques étapes de créer cet espace paisible et que ces étapes sont plutôt simples.

Par où commencer et quoi désencombrer?

La literie

Normalement, chaque lit dans la maison a un ensemble de draps, une douillette et environ deux oreilles. On prévoit un ensemble de draps d’extra par lit occupé et c’est tout.  Quoi? Vous avez bien compris. Pas besoin de garder 3 kits de drap dans le garde-robe si vous n’avez qu’un ou deux lit utilisé. Nul besoin de prévoir 4 oreillers d’extra non plus. Si les deux sur le lit ne suffisent pas, demandez à vos invités d’amener leurs oreillers quand ils viennent dormir chez vous.

Les objets décoratifs

Qui a plein d’objets décoratifs dans la chambre à coucher? Il y a un an, j’aurais plaidé coupable à cette question. J’avais plein de bibelots, une dizaine de cadres à photos, des vases avec de fausses fleurs, des peintures accrochées aux murs, 1 miroir vertical, des foulards colorés disposés sur mes nombreuses tables d’appoint ou bibliothèques, etc. Aujourd’hui, après 1 an de minimalisme, notre chambre à coucher se compose des objets suivants:

Pour arriver à un résultat semblable, il s’agit de tout purger les objets inutiles et encombrants. Vous voulez que votre chambre à coucher soit paisible et vide de toutes distractions. Retirez tous ces cadres photos qui sont sur les murs. Enlevez tous les bibelots que vous avez reçus en cadeaux ou que vous avez acheter sans trop y penser. Vases décoratifs, fleurs artificielles, bols de toutes grosseurs, etc.

Les vêtements

Faites le tour de vos tiroirs et de votre garde-robe. Voyez-vous des vêtements que vous n’avez pas portés durant la dernière année? Apercevez-vous des vêtements qui sont trop grands ou trop petits pour vous? Voyez-vous des vêtements tachés, troués ou flétris? Si vous avez répondu oui à ces questions, il est temps de les sortir de chez vous. Transformez les vieux vêtements en guénilles. Les vêtements non-portés ou de mauvaise taille peuvent être déposés à un comptoir d’un organisme communautaire ou donnés à des amis. Les vêtements plus chauds comme les manteaux, les articles d’hiver, les bottes, etc., seront certainement reçus avec  joie dans les refuges de sans-abris.

Donnez les cintres en surplus et profitez de tout l’espace que vous aurez fait.

Faites le même exercice pour les souliers, les foulards, les chapeaux et les sacs/sacoches.

Pour approfondir sur le désencombrement de votre garde-robe, vous pouvez  lire les deux articles d’Élisa qui portent sur le Projet 333 et sur trois méthodes mondialement reconnues pour désencombrer sa garde-robe. On vous met aussi le lien pour un article de Courtney Carver, la fondatrice du projet 333.

Les bijoux

Les bijoux sont souvent gardés dans la chambre à coucher, ce qui prend beaucoup de place si vous en avez beaucoup. Idéalement, ceux-ci seraient conservés dans la salle de bain, pour ne pas encombrer votre chambre à coucher.

Voici quelques trucs pour faire le ménage de vos bijoux:

  • Mettez de côté vos bijoux préférés et ceux que vous portez de façon régulière
  • Débarrassez-vous des boucles d’oreilles dépareillées

Le bureau de travail

Afin d’optimiser le repos et favoriser un sommeil réparateur, la chambre à coucher ne devrait servir qu’à dormir (ou presque!). Si vous avez un bureau de travail dans votre chambre, il vaudrait mieux songer à le déplacer dans une autre pièce de la maison. Si ce n’est pas possible, pensez à un virage numérique et tentez de réduire votre matériel de bureau au minimum. Un simple ordinateur portable sur un petit bureau de travail donnera une impression de calme beaucoup plus qu’une pile de livres, de papiers et de crayons.

Suivez ces quelques conseils et votre chambre à coucher deviendra un oasis de paix. Vous pourrez vous y reposer et bien dormir 🙂