Projet Désencombrement- La cuisine

Après le salon, la cuisine est l’endroit qu’on fréquente le plus chaque jour. On y prépare notre petit-déjeuner, parfois notre diner et notre souper. On y passe de nombreuses heures à cuisiner de bons mets pour toute la famille. On salit de la vaisselle pour ensuite la laver et on recommence. Afin que votre cuisine demeure propre et ne vous apporte pas trop de stress, on vous encourage à maintenir le niveau d’objets qui s’y trouvent au minimum. Cela vous prendra moins de temps pour ranger les items après utilisation et à nettoyer les différentes surfaces. Voici quelques conseils pour maintenir au minimum votre niveau d’objets.

Les ustensiles et la vaisselle

Vous êtes 4 à la maison, mais vous avez 3  kits de coutellerie et 30 assiettes? Tu bois pas de vin, mais tu as 8 coupes  » au cas où » tu recevrais des gens? La cuisine est souvent encombrée parce que nous avons beaucoup trop de vaisselle. Quand tu réalises que tu pourrais recevoir 30 personnes chez vous en même temps sans manquer de vaisselle, c’est frappant! Gardez une quelques couverts par personne qui habite la maison et vous en aurez amplement!

Les fameuses assiettes à fondue

Les instruments de cuisine

Je ne suis pas une grande cuisinière. Mais j’en connais assez en cuisine pour savoir qu’on a juste deux mains et qu’il y a souvent juste 4 ronds sur le pôele. Alors tu n’as peut-être pas besoin d’avoir 3 spatules, 4 fouets et deux batteries de cuisine au grand complet. Tu n’as pas non plus besoin d’avoir un gadget pour chaque coupe et chaque légume. On s’en tient donc à l’essentiel: quelques couteaux (1 à viande, 1 à pain, 1 à légumes), une spatule, une grande cuiller, deux louches, un fouet, une pince, et voilà!

Un tiroir à ustensiles de cuisine épuré
Un tiroir à ustensiles de cuisine épuré

Les plats de plastique

Tout le monde a, dans un racoin de sa cuisine, une pile de plats de plastique dépareillés, vieux et défraichis. On a toujours trop de couvercles, qui ne vont avec aucun plat. On découvre toujours de nouveaux plats, que nous n’avons pas achetés et que nous avons ramené de quelque part. Une dizaine de plats suffisent amplement. Vous pouvez en avoir moins si vous êtes assidu sur la vaisselle. De mon côté, j’essaie d’avoir 4-5 plats de bonne grosseur pour pouvoir congeler des repas. J’en garde 2 ou 3 de grosseur moyenne pour mes lunchs et des petits plats pour mettre mes fruits ou mes petites collations.

L’armoire des aliments non périssables

On a toujours des aliments inconnus dans notre armoire d’aliments secs. On a aussi des aliments secs comme des épices qu’on a acheté pour faire une recette, mais qu’on n’utilisera vraisemblablement plus jamais. De façon régulière, faites le ménage de vos armoires. Prévoyez vos menus avec les aliments non périssables que vous avez et donnez à votre entourage les ingrédients que vous n’utiliserez pas.

Les gadgets culinaires

Avez-vous vraiment besoin d’un poêle à raclette si vous n’en mangez que deux fois par année? Et d’un poêle à fondue? Souvent, ces repas copieux se dégustent entre famille ou entre amis et il est très probable qu’un de vos invités en aient un à apporter. Vous venez donc de libérer une armoire complète de votre cuisine.

Faites-vous souvent des frites? Ou vous en faites au maximum 1 fois par mois? Si tel est le cas, au lieu d’avoir une grosse friteuse qui nécessite aussi de l’huile en permanence, je vous suggère d’utiliser une tôle de métal et de faire vos frites au four.

Un gril à panini? Une poêle avec une spatule fait très bien l’affaire! Une machine à emballer sous-vide? Utilisez des contenants de silicone, de plastique ou de vitre pour congeler vos aliments. Un cuiseur à riz? Une casserole ou une tasse à mesurer en vitre qui va au micro-ondes font l’affaire. Une ouvre-canne électrique? Un bon ouvre-canne manuel est beaucoup plus petit et se range plus facilement.

Les seuls gadgets culinaires que je vous conseille de conserver sont la mijoteuse, le mélangeur, le grille-pain et le micro-ondes. Le reste, on sort cela de chez nous!

 

Une fois que vous aurez fait le ménage de tous les items de votre cuisine, vous libérerez énormément d’espace de rangement et il n’y aura plus de fouillis dans les armoires.

N’oubliez pas de nous envoyer vos photos avant/après 🙂

Projet Désencombrement- Le salon

La première pièce qu’on vous présente avec notre Projet Désencombrement est le salon. Le salon est une pièce très utilisée par les familles québécoises. Celles-ci les utilisent pour plusieurs raisons: manger, écouter la télévision, lire, faire des casse-tête, jouer à des jeux, faire une sieste, etc. Le salon est aussi une pièce de choix quand on reçoit de la visite. Bref, le salon est une pièce très fréquentée par tout le monde.

Par où commencer et quoi désencombrer?

Le divan

Un divan pêle-mêle et trop chargé donnera une impression de désordre à votre pièce. Diminuez le nombre de coussins décoratifs et gardez une ou deux jetées pour vous recouvrir les soirs plus froids. Donnez les autres couvertures. Ne laissez pas trainer vos télécommandes. Ne prenez pas l’habitude de déposer vos sacs et vêtements sur le divan. À la place, allez les ranger immédiatement dans le garde-robe.

Trois coussins, trois couvertures

Le meuble à télévision

Ce cher meuble à télévision. Il est parfois gigantesque, parfois très minimaliste. Idéalement, il n’est pas trop imposant et il n’est pas trop chargé. Faites le tour de votre meuble. Est-il plein de livres? De films? De CDs? Y-a-t-il plein de cadres avec des photos qui datent de plusieurs années? Y a-t-il plein de bibelots et objets décoratifs divers? Jouez-vous encore à tous les jeux qu’il contient? Faites-vous encore tous les casse-tête qui s’y trouvent? La vérité est que le meuble à télévision est souvent très chargé et on n’utilise que très peu les éléments qui s’y trouvent.

Les fils et consoles électroniques

Fils pour brancher l’ancien VHS et le dit VHS, manettes de super nintendo, câble USB, rallonge d’ordinateur portable, ancienne télécommande… bref tous ces gadgets électroniques et les fils qui sont avec et dont vous ne vous servez plus ne devraient pas se trouver dans votre salon. Vous pouvez aller porter vos appareils électroniques dans un écocentre près de chez vous et déposer les anciennes piles dans les bacs disponibles dans plusieurs pharmacies, comme le Jean Coutu.

Les tables d’appoint

Vos tables d’appoint de salon devraient être des surfaces dégagées qui servent à déposer les objets que vous utilisez vraiment. On y pose donc le téléphone, une plante, les télécommandes, une radio, les livres que nous lisons actuellement, etc. Donc, anciens verres d’eau, élastiques à cheveux, magazines et journaux, lettres de la poste…Ouste!

 

Voilà! Vous êtes équipés pour désencombrer votre salon! Voici un aide-mémoire pour vous aider à désencombrer.

 

Bon désencombrement!

Projet Désencombrement- Comment désencombrer?

Imaginez votre comptoir de cuisine. Aucune vaisselle sale n’y traine, les comptoirs sont libérés des gadgets électriques qui coupent les pelures de patates en tranches. Votre frigidaire est libre d’aimants et de papiers accrochés pêle-mêle. Vous êtes capables d’ouvrir votre armoires de plats de plastique sans qu’ils ne vous tombent dessus. Le bonheur, quoi!

Maintenant, imaginez votre salle de bain. Sur la vanité ne trône que votre brosse à dent. Sous l’évier, vous n’avez pas 20 bouteilles de produits nettoyants entamés, mais bien une ou deux. Vous n’avez pas des dizaines de serviettes sanitaires ou de tampons, mais bien une seule coupe menstruelle. Alleluia!

De telles images vous parlent? Vous vous sentez mûrs pour un changement? Alors vous allez a-do-rer notre série Projet Désencombrement.

Projet Désencombrement

Cet article est le premier d’une série de six pour vous aider à désencombrer votre chez-vous et vous diminuer vos possessions matérielles. Le but du désencombrement dans une perspective de minimalisme n’est pas de tout donner juste pour le plaisir. Il s’agit de passer au travers ses possessions et se demander si tel objet rajoute de la valeur à votre vie ou si vous l’utilisez. Si la réponse est non dans les deux cas, il vaut mieux s’en débarrasser pour permettre à quelqu’un d’autre de l’utiliser. Bref, on vous accompagne dans votre désencombrement pièce par pièce en vous donnant des trucs concrets. Avant de se lancer, voici quelques conseils sur le désencombrement en général que vous devriez garder en tête en tout temps.

Conseil 1: Localisez votre désencombrement

D’abord, quand on commence à désencombrer, on peut être tentés de faire toutes les pièces en même temps. Un objet par ci, un objet par là. On vous conseille de localiser votre désencombrement, c’est-à-dire d’y aller une pièce, un tiroir ou un garde-robe à la fois. Vous plongez dans votre chambre à coucher? Prenez donc un tiroir à la fois et terminez toute la commode avant de commencer une autre station. Vous verrez les effets positifs plus rapidement et vous risquez moins de créer du désordre dans vos pièces.

Conseil 2: Prenez des photos avant/après

Afin de bien prendre conscience de votre désencombrement, prenez des photos des pièces, tiroirs, étagères avant le désencombrement. Au fil de votre désencombrement, comparez votre photo avec l’allure actuelle de chaque pièce. Vous constaterez tous les bienfaits des pièces désencombrées et vous pourrez constater tout le travail que vous avez fait. Cela vous encouragera à continuer et surtout, à ne pas vous ré-encombrer.

Conseil 3: Allez-y graduellement (Les trois boites!)

Êtes-vous quelqu’un qui garde tout, juste au cas? Ou au contraire, vous n’avez pas peur de jeter et vous vous dites qu’au pire, vous en rachèterez? Idéalement, il s’agit de trouver le juste milieu entre ces deux extrêmes. Et cela ne se fait pas du jour au lendemain. Il se peut donc que vous ayez de la difficulté à vous débarrasser d’objets, car vous craigniez de le regretter.

Un truc: quand vous désencombrez, faites trois boites (À jeter, à donner, ne sait pas). Placez les éléments qui vous font douter dans la boite Ne sait  pas et placez cette boite au fond de votre garde-robe. De cette façon, ces objets n’encombreront pas vos espaces, mais vous pourrez piger dans la boite si vous avez besoin de quelque chose. Vous réaliserez plus tôt que tard quels sont les objets que vous utilisez vraiment. Vous identifierez aussi facilement  quels sont ceux qui peuvent prendre la sortie.

Conseil 4: Sortez les objets de votre champ de vision

Puis, quand vous avez pris la décision de vous débarrasser d’objets, sortez-les rapidement de votre champ de vision. Allez porter votre sac de vêtements au comptoir St-Vincent-de-Paul le plus près ou chez une amie. Demandez aux gens qui héritent de vos objets de venir les chercher rapidement. Voir vos espaces aérés et désencombrés vous procurera un sentiment de bien-être instantané. Cela vous confirmera que vous faites les bons choix et vous incitera à continuer votre processus de désencombrement.

Conseil 5: Impliquez tous les membres de la famille dans votre désencombrement

Si vous habitez avec d’autres personnes, il est super important de valider avec eux avant de donner quoi que ce soit, surtout si ce sont des objets qui ne vous appartiennent pas. On ne sait jamais quels objets sont utilisés ou chéris par les autres membres de la famille. Si les autres habitants de la maison sont réfractaires à votre désencombrement, ne les bousculez pas. Proposez leur de placer leurs objets dans des boites et de les ranger hors de leur vue (voir conseil #2). Puis, n’hésitez pas à verbaliser les bienfaits du désencombrement sur votre humeur, l’allure des pièces, etc. Votre énergie sera contagieuse et amènera peut-être les autres personnes de votre entourage à désencombrer aussi.

Conseil 6: Ne pas ré-encombrer

Ensuite, le 5e conseil est d’avoir en tête le danger du ré-encombrement (est-ce que ce mot existe??). Vous ne vous débarrassez pas d’objets pour créer de la place pour de nouveaux objets. Vous vous en débarrassez pour avoir moins de possessions matérielles, passer moins de temps à laver et épousseter des objets que vous n’utilisez pas et pour vous libérer de ce besoin de consommer et de se définir par vos possessions matérielles. Ne soyez pas effrayés par vos étagères presque vides ou vos tables de chevet inoccupées: elles seront beaucoup plus faciles à nettoyer et mettront en valeur les objets que vous aimez vraiment.

Conseil 7: Gardez la tête froide

Finalement, quand vous serez en pleine période de désencombrement, vous serez peut-être très enthousiastes vis-à-vis la facilité avec laquelle vous désencombrez vos pièces. Vous serez sur un high, vous serez fiers de vous et vous voudrez sortir encore plus d’objets. Rappelez-vous que le but de votre exercice est de vivre une vie plus simple, moins encombrée de matériel. Et ce but ne se mesure pas à la quantité d’objets que vous aurez sortis de chez vous, mais bien à votre niveau d’énergie, votre humeur, la diminution de votre stress, votre degré de satisfaction, etc.  Pour en savoir plus sur la dépendance au désencombrement, lisez cet article d’Annie-Pier.

 

Donc, gardez en tête ces 7 conseils tout au long de votre processus de ré-encombrement. Identifiez les raisons pour lesquelles vous souhaitez vous départir de vos objets et profitez pleinement du style rafraichi de votre maison.

Avez-vous d’autres conseils?

 

 

 

Bilan de ma première année minimaliste

Comme chaque fin d’année, il importe de faire un bilan et prendre du temps pour faire le point de l’année qui vient de se passer. Cette année, le bilan est tout particulier pour moi, car j’ai apporté des changements majeurs dans mes habitudes de consommation et mon mode de vie. Ce bilan permettra de faire un retour sur cette belle année et me fixer de nouveaux objectifs pour 2018.

2017, une année de lectures et de changements

Pour moi, l’année 2017 fut riche en lectures de toutes sortes, mais j’ai surtout lu des livres documentaires sur le minimalisme et le zéro-déchet. J’ai lu énormément pour m’imprégner de cette philosophie de vie et pour savoir pourquoi j’avais entrepris ce changement de cap. Certains livres portaient plus sur la philosophie du minimalisme et du zéro-déchet alors que d’autres portaient sur le comment. Voici quelques idées de livres pour ceux qui voudraient en connaitre plus sur ces modes de vie:

Évidemment, j’ai emprunté tous ces livres à la bibliothèque. Il ne sert à rien de s’encombrer de livres qui nous incitent à désencombrer notre maison. Pour le plaisir, j’ai calculé la valeur monétaire de tous les livres que j’ai empruntés cette année à la bibliothèque. Mon calcul s’élève à 941,00$. J’ai donc économisé près de 1000$ (avant taxes) en empruntant mes livres à la bibliothèque et en cessant de les acheter (ce que je faisais avant). Wow!

Le bilan minimaliste

  • Plus de 2000 objets en moins

Ceux qui suivent le blogue depuis quelque temps savent que je me suis débarrassée de 2017 objets en 5 mois. Ces 5 mois ont été vraiment libérateurs et j’ai réussi à ne pas me ré-encombrer par la suite. J’ai bien sûr de nouveaux objets, mais ce sont des objets qui rajoutent de la valeur à ma vie ou qui me permettent de produire moins de déchets (des plantes, une table de chevet, des sacs et couvercles en silicone pour ma nourriture, une coupe menstruelle, du papier de toilette lavable, etc.). Ma maison est très épurée et relaxante. Défi réussi!

  • Une cuisine simplifiée

Puis, en 2017, j’ai cessé de me casser la tête et j’ai cuisiné des repas simples que nous aimons. Cela m’a enlevé un stress immense et je suis toujours satisfaite de mes repas. Mon épicerie se fait super rapidement, car je sais où tout se trouve. Je rate rarement mes repas, car je sais les recettes et ingrédients par coeur. C’est parfois redondant, mais ça ne nous dérange pas. J’assume que certains me trouvent plate 😉 Si vous désirez plus de trucs pour vous simplifier la vie dans la cuisine, c’est par ici.

  • Une épargne considérable

Ensuite, c’est 11 400$ entre janvier et septembre 2017 que j’ai mis de côté, dans un REER. C’est énorme. Ça s’explique par le fait que j’ai fini mes études et que je travaille à temps plein, mais aussi parce que j’ai arrêté de dépenser pour rien. Je suis plus sélective dans mes dépenses, j’essaie d’emprunter des objets ou d’en acheter des usagés à prix réduit quand je le peux. J’ai cessé d’acheter du maquillage (économie d’environ 150$ par année), je n’achète plus (ou presque!) de vêtements neufs (économie d’environ 600$ par rapport à l’année précédente), j’ai terminé mes paiements de voiture (économie de 2000$ par année), etc. Ce REER, il m’a permis de m’acheter une maison cette année, car il a couvert ma mise de fonds. C’est quand on additionne tous nos postes budgétaires qu’on se rend compte de tout l’argent qui est dépensé en trucs inutiles!

  • Plus de temps pour mes passe-temps

Le minimalisme m’a permis de prendre du temps pour moi, pour faire ce que j’aimais vraiment faire. Je joue au frisbee deux soirs par semaine. J’ai revu mes priorités et me suis mise indisponible les mercredis soirs, pour me permettre de jouer au frisbee avec mes amis et de passer une belle soirée avec eux. J’ai aménagé une table de casse-tête permanente dans mon sous-sol, où je passe plusieurs heures par semaine. Je lis environ 1 roman par semaine (minimum). Je poursuis tranquillement l’apprentissage de l’espagnol sur Internet. Pour la première fois de ma vie d’adulte, je suis allée voir une pièce de théâtre entre filles.

  • Vente de ma voiture

J’ai une voiture depuis que j’ai 16 ans. J’ai toujours cru que la voiture était un synonyme de liberté. Je pouvais aller où je voulais quand je le voulais. Dernièrement, ma voiture est devenue une fardeau pour moi. Je me suis rendue compte qu’on est beaucoup plus libre sans paiements, sans crédit et sans voiture à déneiger l’hiver.

Nous sommes déménagés plus près de mon travail. Je suis à 3km du bureau. Il devenait évident que nous pouvions nous débrouiller avec 1 seule voiture pour deux personnes. J’ai donc fait le saut et j’ai vendu ma voiture.

Avoir une voiture coûte environ 7000$ par année (paiements mensuels+assurances+plaques+entretien+réparations+ essence+ stationnement). Être conductrice occasionnelle de la voiture de mon conjoint et prendre un abonnement annuel pour l’autobus me coûtera environ 1500$. L’emplacement de ma maison me permet de me rendre à l’épicerie, à la pharmacie, au restaurant, à mon travail, à l’université et aux bars que je fréquente à pied ou à vélo.  Je suis donc libre de m’y rendre quand je veux. Et je me libère d’environ 6000$ par an. Pour moi, c’est ça la vraie liberté.

Le bilan zéro déchet

J’avais l’impression d’avoir faits de petits changements dans mon mode de vie, mais en additionnant tous les petits changements, je réalise que j’ai vraiment changer mes habitudes de vie et que je produis énormément moins de déchets.

Voici les trucs zéro-déchet que j’ai mis en application cette année:

  • Virage vers les mouchoirs en tissu
  • Coupe menstruelle au lieu des tampons
  • Vieilles retailles de chandail au lieu des guénilles jetables
  • Barres de savon pour remplacer le savon à main et le nettoyant à visage
  • Sacs en filet pour mes fruits et mes légumes
  • Couvercles en silicone et des sacs en silicone pour éviter la pellicule plastique, le papier de plomb et les ziploc
  • Moules à muffin en silicone pour éviter le papier à muffin
  • Magasinage dans les magasins de vrac pour la nourriture sèche
  • Affichage d’un auto-collant Pas de pub sur ma boite aux lettres
  • Compost dans ma nouvelle maison
  • Brosse à dent en bambou
  • Boules de séchage
  • Vente de ma voiture

Objectifs de la prochaine année

Donc, avec ce bilan en tête, mon principal objectif de la prochaine année est de continuer mes efforts pour avoir une vie plus simple, plus respectueuse de l’environnement. Plus spécifiquement, voici mes objectifs de la prochaine année:

Mes objectifs pour 2018
Mes objectifs pour 2018

D’un point de vue plus large, mes objectifs sont aussi les suivants:

  • Aller au travail à pied, à la course ou à vélo au moins 3 jours par semaine;
  • Poursuivre l’apprentissage de l’espagnol;
  • Apprendre à faire des travaux sur ma maison;
  • Faire du camping aussi souvent que possible;
  • M’impliquer dans mon association de quartier

Et vous? Êtes-vous satisfaits de votre année 2017? Quels sont les objectifs que vous vous êtes fixés?

Les Tulipes ont un an! Bilan 2017

WOW déjà un an que le blogue a été lancé! Il s’est passé tellement de choses dans les derniers mois. Voici donc un bilan de notre première année.

Commençons d’abord par remercier chacune des personnes qui a visité le blogue au courant de l’année. Que ce ne soit qu’une fois, ou régulièrement, sans vous, on aurait probablement pas eu la motivation et l’inspiration pour faire grandir ce beau projet.

Merci de votre engagement, vos commentaires, et vos partages. On aime vous lire et vous rencontrer. Mais surtout, on est touchées par la grandeur de la communauté écolo-minimaliste, communauté qui grandit jour après jour grâce à vous.

Les tulipes en quelques chiffres pour 2017

  • Le blogue rejoint en moyenne 1000 visiteurs uniques par mois
  • Notre page Facebook a atteint les 1200 j’aimes
  • Nous avons publié 54 articles
  • Notre super infolettre (lancée en décembre) compte presque 100 abonnés
  • Quatre personnes ont contribué de près ou de loin au blogue:

Nos articles les plus populaires

Pendant la dernière année, certains de nos articles ont fait plus réagir que d’autres, et nous sommes fières de vous repartager le top 10 de nos articles les plus lus durant la dernière année, au cas où vous en aviez manqué un!

Zéro déchet:

  1. 5 objets indispensables pour l’adepte du Zéro déchet
  2. Mes lunchs et collations anti-gaspillage pour cuisinière paresseuse
  3. Les 4 comportements les plus anti-écolo à l’épicerie
  4. 7 preuves que le Zéro déchet vous fera économiser de l’argent
  5. Comment organiser des événements Zéro déchet

Minimalisme:

  1. J’ai éliminé 2017 objets de mon appartement en 5 mois
  2. Un an sans magasinage!
  3. Pourquoi j’ai quitté mon poste de gérante dans un grand magasin de mode?
  4. Pourquoi je ne me maquille plus?
  5. 5 façons dont le minimalisme vous fera gagner du temps

Les tulipes en dehors du web

Invitée à l’émission Le show du câble, sur les ondes de TVC Basse-Lièvre – 3 mars 2017

Conférence de Béa Johnson à Ottawa – 18 avril 2017

Bénévolat pour le Grand Ménage de Gatineau – 29 avril 2017

Swap social des Tulipes – 17 juin 2017

Bénévolat au Festibière avec l’équipe verte d’Enviro Éduc-Action – 9 juin 2017

Troc tes fringues à la Ferme Moore – 29 juillet 2017

Participation à l’émission Les Malins sur la première chaine d’ICI Radio-Canada – 29 juillet 2017

Conférence de The Minimalists – 1er septembre 2017

Participation au Festival Zéro déchet en tant que panéliste pour la conférence: Diminuer ses poubelles et sa facture – 14 octobre 2017

Bénévolat pour le Pique-nique zéro-déchet d’Enviro Éduc-Action – 26 octobre 2017

Événement-discussion sur le Minimaliste et le Zéro déchet – 18 novembre 2017

À venir pour Les tulipes…

Terminons en vous remerciant de nouveau. Cette année a été merveilleuse en ce qui concerne la cause environnementale au Québec. Un festival dédié au mouvement a eu lieu, puis de nombreux blogues et groupes de partage voient le jour. Nous souhaitons continuer de faire découvrir à quel point il est bon de vivre simplement, et en harmonie avec la planète.

Pour les mois à venir, nous vous réservons une série d’articles toujours plus inspirants les uns que les autres. Entre autres, on vous suggère de surveiller le mois de février, on vous prépare une Série désencombrement pièce par pièce pour ceux qui sont un peu perdus et ne savent pas trop par où commencer…

De plus, Élisa part en voyage au printemps pour une durée indéterminée. Vous aurez l’occasion de suivre son périple d’écolo-nomade, qui risque d’amener son lot de défis!!!

C’est donc avec fébrilité et plus motivées que jamais, que nous entamons 2018. Bonne année à tous!

5 habitudes à prendre en 2018

Vous avez remarqué que je n’ai pas utilisé le terme résolutions, mais bien le mot habitudes. C’est bien connu, passé la 3e semaine du mois de février, les résolutions tombent à l’eau. Que ce soit la carte de gym qui devient désuète ou le sac de chips qui y passe en 30 minutes, les résolutions prennent le bord! Pour 2018, je vous encourage donc à intégrer des habitudes durables dans votre quotidien avec qu’elles deviennent partie intégrante de votre mode de vie. J’ai déjà pris 4 de ces 5 habitudes dans les dernières années et j’ai remarqué une nette amélioration de ma qualité de vie. Les voici:

Habitude 1: Apprendre à dire non

Ce n’est pas facile de dire non à une invitation ou à un engagement, surtout quand nous n’avons rien de prévu à la date demandée. On se dit que nous n’avons pas d’excuses pour refuser. Mais la vérité est que nous n’avons pas besoin d’une excuse pour refuser une invitation. Nous pouvons simplement dire non pour nous permettre de ne rien faire le temps d’une soirée ou d’une journée.

Notre temps est précieux et il nous appartient. Il y a de plus en plus d’événements culturels, sociaux, écologiques et j’en passe! Si on regarde bien, dépendamment de la ville où nous sommes (Gatineau pour moi), il y a au moins un événement par jour qui m’intéresse. Ça peut être une pièce de théâtre, un show de musique, une conférence, des séances d’informations, etc. Si je le voulais, je serais à tous ces événements. Mais je dis non, parfois à contre coeur, parce que j’ai besoin d’être chez moi pendant mes temps libres, à lire des livres, m’entrainer, passer du temps avec mon chum, etc. Apprenez à dire non aux autres et faites-le pour vous. Ça révolutionnera votre vie. Pour des trucs pour alléger son agenda, c’est par ici:

Habitude 2: Jouer à des jeux de société

J’ai toujours aimé les jeux de société et les casse-tête. J’en ai fait toute mon enfance, toute ma jeunesse et je n’ai pas cessé à l’âge adulte. Jouer aux cartes ou même regarder mon grand-père jouer au Solitaire me calmait grandement. Au cégep, on passait toutes nos pauses à jouer au Joffre (les gens qui ont fréquenté le Centre collégial de Mont-Laurier se reconnaitront). À l’âge adulte, ça n’a pas cessé et depuis 4 ans, je suis dans une famille (ma belle-famille) qui adore les jeux.

Jouer à des jeux de société, ça permet de retrouver l’enfant en nous. L’enfant qui n’a pas de cellulaire pour gosser dessus, l’enfant qui n’a pas de souci. Cela permet de passer un temps de qualité avec notre entourage et ce, à un coût plutôt abordable. Pour 2018, je vous encourage à vous procurer des jeux et à jouer en famille ou entre amis, de façon régulière.

Habitude 3: Désencombrer sa maison

Pour ceux qui ont suivi le blogue, vous savez que j’ai désencombré mon appartement au courant de l’année 2017. J’y ai sorti plus de 2000 objets qui je n’utilisais pas, qui ramassaient la poussière ou que j’avais en double. Cela m’a apporté un bien fou! Le désencombrement est un processus continu. Il ne s’agit pas de donner tous ses objets en un coup de tête. Il s’agit d’évaluer si nous avons réellement besoin de nos possessions et de se débarrasser de celles qui n’ajoutent pas de valeur à notre vie. Si vous voulez désencombrer, mais que vous ne savez pas par où commencer, voici une vidéo du blogue Vivre avec moins qui donne plusieurs trucs.

Habitude 4: Simplifier vos repas

Qui n’a jamais été stressé à l’idée de varier ses repas, cuisiner des choses différentes, découvrir de nouveaux aliments? Moi, ça m’apportait un stress fou! Depuis que j’ai décidé de simplifier mes repas, la vie est beaucoup plus belle. On mange simplement chez nous. On mange plus souvent les mêmes repas, mais ça ne nous dérange pas, parce que ce sont des repas que nous aimons. Et étant donné que nous ne sommes pas à Un souper presque parfait, on s’en fout pas mal que nos plats soient pas très sophistiqués. Pas plus tard que la semaine dernière, on a mangé des crêpes au sirop d’érable pour souper. Puis c’était bon en maudit. Pour 2018, prenez l’habitude de simplifier vos repas.

Habitude 5: Prendre l’air plus souvent

C’est l’habitude que j’aimerais prendre. J’ai toujours aimé être dehors, mais pour une raison que j’ignore, depuis que je suis en ville, c’est-à-dire depuis 7 ans, je vais beaucoup moins dehors. Peut-être est-ce parce que j’habite en appartement et que je n’ai pas de cour. Nous verrons si cela changera dès que j’aurai emménagé dans ma maison. Je m’attends à du changement, puisque je serai à distance de marche de mon travail (3km), mais aussi des services: épicerie, bibliothèque, dépanneur, etc. Il sera donc beaucoup plus facile de faire mes commissions à pied et même me rendre au travail à pied, à la course ou en vélo. Je bougerai donc plus, j’irai plus souvent dehors et j’utiliserai moins souvent une voiture. Les bienfaits sont donc bons autant du  point de vue de la santé que du point de vue des finances.

 

Quelles habitudes allez-vous prendre en 2018?

4 trucs pour en finir avec les excès des Fêtes!

Le temps des fêtes cogne à nos portes. Pour moi, Noël est synonyme d’excès. On achète beaucoup trop de cadeaux à trop de gens, on se procure des nouveaux vêtements juste pour l’occasion, on mange sans arrêt, on boit beaucoup plus d’alcool, on se couche tard, on produit énormément de déchets, etc. Dans cet article, je vous donne 4 trucs simples à mettre en place pour vous permettre de passer un Noël plus simple, moins essoufflant,  mais tout aussi plaisant.

1- Les millions de cadeaux 

Je ne sais pas pour vous, mais moi je trouve qu’on donne beaucoup trop de cadeaux inutiles aux enfants. Des tonnes de jouets, qu’ils ne prennent même plus le temps d’observer et de comprendre avant de demander un autre cadeau à ouvrir. Un défi de Noël existe et consiste à encourager les gens à ne donner que 4 cadeaux aux enfants:

C’est un bel effort, mais je demeure tout de même perplexe face à ce défi, car il encourage la consommation quand même. Un truc à porter pourrait être le truc dont ils ont besoin… Pour le truc à lire, pourquoi ne pas offrir à l’enfant une sortie mensuelle à la bibliothèque de quartier pour qu’il puisse se choisir des livres à lire? Bref, le  moins de cadeaux matériels neufs sont offerts, le mieux je m’en porterai.

Mon conseil: Diminuer de 50% le nombre de cadeaux qu’on voudrait donner cette année à nos proches. Cela vous amènera à réfléchir et vous poussera à sélectionner le meilleur présent pour vos proches. Vous serez plus intentionnels dans le choix de vos cadeaux et c’est ça la principale valeur du minimalisme.

2- Les bas de Noël

Il y a plusieurs dizaines d’années, au Québec, il n’y avait presque pas de cadeaux de Noël emballés. Les parents donnaient des bas de Noël à leurs enfants, dont le contenu pourrait surprendre: des pommes et des clémentines !  Les bas de Noël, c’est pourtant une pratique qui se perd dans de plus en plus de foyers québécois, au profit des cadeaux emballés. Et ce n’est pas seulement 1 cadeau qui a remplacé le bas, mais parfois 5-6 cadeaux.

Mon conseil: retourner aux bas de Noël. Depuis que je suis toute petite, j’ai un bas de Noël. C’est ce que je préfère. Ma mère y dépose des bas, des sous-vêtements, une carte-cadeau, un déodorant, un baume à lèvres, une palette de chocolat, etc. Tous de petits cadeaux dont j’ai  besoin. En plus, mon bas de Noël est le même depuis que j’ai 3-4 ans et on le réutilise chaque année. Imaginez tout le papier qu’on a sauvé!

 

3- La montagne de bouffe!

On le sait, aux fêtes, on mange tout le temps et on mange trop! Tous les repas sont des festins et pendant 3-4 jours, on ne ressent même plus la faim tellement on est bourrés constamment. Et on jette É-NOR-MÉ-MENT de nourriture. On achète trop, tout le monde est plein, bref, vous voyez la roue tourner.

Mon conseil: Entendez-vous avec vos proches pour ne faire qu’un grand souper ou repas. Permettez-vous de cuisiner des repas simples, légers, et pas du tout traditionnels pour le reste du temps des fêtes. Votre porte-feuille, votre corps et votre cuisine s’en porteront mieux. Ha! Pi arrêtez de faire du maudit gâteau aux fruits. C’est pas bon, personne en mange et ça finit toujours par se gaspiller!

4- Les nouveaux vêtements

«Je dois aller magasiner,  j’ai besoin d’un kit de Noël». J’ai entendu cette phrase des milliers de fois et je l’ai probablement prononcée 3-4 fois. Parce que pour moi, avant, Noël rimait avec chic. Et chic rimait avec nouveaux vêtements. Donc, en plus de me ruiner pour acheter plein de cadeaux inutiles à mes proches, je faisais les magasins pour me trouver du nouveau linge pour la soirée du 25 décembre. Aujourd’hui, il ne me viendrait même pas à l’idée de dépenser pour cela.

Mon conseil: Empruntez des vêtements à vos amis ou portez tout simplement des vêtements dans lesquels vous êtes confortables et que vous avez déjà. Parce que l’important est d’être ensemble, peu importe notre accoutrement.

Les 4 trucs que je vous ai donnés, en résumé, sont des trucs pour se mettre moins de pression sur les épaules pour les Fêtes. Moins de pression par rapport aux cadeaux, moins de pression pour faire des repas toujours plus gros les uns que les autres et moins de pression pour être sur votre 36. Bref, des trucs pour moins consommer et vivre un temps des fêtes plus intentionnel et ciblé sur ce qui compte vraiment pour vous.

Joyeux temps des fêtes à tous!

 

Comment déjouer le Black Friday et le Cyber Monday?

De nombreuses personnes attendent les événements annuels que sont le Black Friday, ou de sa traduction québécoise, le Vendredi fou et le Cyber Monday (Cyber lundi). On serait fous de s’en passer, de cet événement qui est fait pour le consommateur et qui lui permet de faire des économies! Je vous arrête tout de suite. Le Black Friday ne sert qu’un groupe: les grandes multinationales et ce, souvent, au détriment de nos commerces locaux.

«Cette période est très importante pour les commerçants, parce que c’est à ce moment-là qu’ils engrangent tous les profits. Si elle est mauvaise, ils vont avoir une mauvaise année.  Les commerçants savent que le consommateur a un budget. Le truc est de l’attirer dans leurs magasins pour qu’il dépense son budget chez eux… et tant pis s’il n’a plus de budget puisqu’eux auront réalisé leurs ventes! Voilà la logique de ces fameux soldes »(Benoit Duguay, professeur titulaire à l’École des sciences de la gestion de l’Université du Québec à Montréal).

Voici quelques chiffres:

  • Pour l’année 2015, «1,2 million de Canadiens ont prévu prendre un congé de maladie pour profiter des soldes»
  • En 2015, 6,4 millions de Canadiens affirmaient qu’ils allaient payer leurs achats du vendredi fou avec leur budget vacances.
  • Pour 2013, aux États-Unis, les retombées économiques du Black Friday se chiffraient à 61,4 milliars, soit une moyenne de 413,02$ par personne.
  • En 2013, les 3 sites web avec le plus de visites en ligne la journée du Black Friday étaient Amazon, Wal-Mart et Best Buy.

 

Mais alors, comment ne pas tomber dans le piège de la surconsommation?

1- Ne pas confondre désir et besoin

Cette télé 48 pouces écran plat, en avez-vous vraiment besoin? Ou est-ce que vous en avez besoin parce qu’elle est affichée à 40% de rabais? Souvent, les bas prix annoncés nous amènent à confondre nos besoins avec nos désirs. J’ai souvent entendu « À ce prix-là, tout le monde en a besoin!».  Par contre, n’oubliez pas que tout achat a un prix, même s’il est réduit. Si vous achetez un téléviseur à 500$ au lieu de 800$, vous n’avez pas économisé 300$. VOUS AVEZ DÉPENSÉ 500$.

Je me suis souvent fait prendre par les soldes en magasin. Des assiettes à fondue à seulement 5$ chacune? Vendu. Or,  je mange de la fondue seulement 2 par année. Les assiettes standard peuvent très bien accueillir ma nourriture. Un chargeur portatif sans prise de téléphone à rabais? Wow! Je manque rarement de batteries sur mon cellulaire parce que je le charge toutes les nuits… Un autre achat inutile.

Bref, si j’avais su distinguer mes désirs de mes besoins plus tôt, j’aurais économisé des milliers de dollars. Surtout, je n’aurais pas encombré mon appartement de 1001 objets inutiles.

2-Faire une liste de nos besoins et trouver des façons de se procurer ces objets sans le Black Friday

Ensuite, une façon de ne pas se faire prendre, c’est de faire une liste de nos besoins, quelques semaines avant le dit Black Friday. Vous éviterez donc les achats impulsifs. Il y a de bonnes chances qu’en vérité, les items sur votre liste vous paraissent moins indispensables quelques semaines après les avoir écrits. Vous avez donc moins de chances de vouloir vous les procurer lors du Black Friday.

Et soyez pragmatiques. Il y a tellement de façons de se procurer des objets et ce, à coût nul ou très faible. Vous désirez un nouveau livre? Empruntez-le à la bibliothèque ou faites le tour de votre réseau. Faites le tour des magasins de seconde main. Ce sont de vraies mines d’or. Joignez un groupe Buy Nothing dans votre quartier. Je ne compte plus combien d’appareils de cuisine ou électroniques qui se sont donnés sur ce groupe! J’ai moi-même donné une mijoteuse, un petit malaxeur pour smooties, une caméra numérique, etc. Voici quelques images d’items populaires  lors du Black Friday que j’aurais pu me procurer via mon groupe Buy Nothing:

3-Visiter les commerces locaux d’abord

Ensuite, si vous jugez que vous avez absolument besoin d’un item et que vous le voulez neuf, allez d’abord visiter des commerces locaux ou de marques québécoises. Un dollar dépensé dans un commerce local sera maintenu, dans une plus grande proportion, dans l’économie locale. À l’inverse, un dollar dépensé dans une multinationale n’encouragera que très peu l’économie locale, mis à part de financer le salaire d’un employé. Pour ma part, je préfère payer un peu plus cher, mais savoir que je permets à des gens d’ici et à des entreprises d’ici de créer de la richesse.   Pour en savoir plus sur l’achat local, consultez cet article de Signé local.com

4- Participez à la Journée sans achat

Finalement, en réponse à la frénésie du Black Friday est née la Journée sans achat. Elle se tient la même journée que le Black Friday et elle incite les consommations à ne rien acheter. Vous verrez que c’est beaucoup plus facile qu’on le pense. En fait, aller magasiner et acheter des objets est plus une habitude qu’autre chose. Vous aurez probablement le goût de continuer cette journée et de la transformer en semaine sans achat, mois sans achat et qui sait, peut-être, en année sans achat. Élisa tente l’expérience cette année et elle s’en sort très bien. Si vous voulez en savoir plus sur ses sources de motivation, ses trucs ou ses résultats, c’est par ici et  ici.

Sources:

Le Black Friday en chiffres http://ludismedia.com/black-friday-chiffres/ (27 novembre 2014)

La folie du Vendredi fou gagne la capitale nationale http://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1002207/vendredi-fou-black-friday-ottawa (25 novembre 2016)

Pourquoi le Black Friday nous rend fous? http://www.lesaffaires.com/blogues/daniel-germain/pourquoi-le-black-friday-nous-rend-fous/583608 (24 novembre 2015)

 

 

C’est décidé! J’achète une maison

Si on m’avait dit il y a 6 mois que je serais sous peu propriétaire d’une maison, je n’y aurais pas cru. J’étais tellement bien dans mon 4 et demi. Chaque chose était à  sa place, j’avais un petit balcon pour que je lise mes romans dans mes journées de congé ou pour faire du BBQ les soirs d’été. Je payais 850$ par mois et je mettais de côté de l’argent, et mes soucis. La tuyauterie pète, aweille appelle le gestionnaire. Le déneigement est pas fait, aweille appelle le gestionnaire. Aucun stress, disons-le. Mais ma bulle de «Mon appart est parfait pour nous» a vite pété quand mes voisins d’en bas sont déménagés. L’enfer. Je comprends d’ailleurs toujours pas comment des êtres humains peuvent vivre en faisant autant de bruit. Mais ça, c’est pas le sujet de l’article.

La réflexion

Donc, petit à petit, pour échapper à la jungle qui avait en bas de chez nous, je me suis mise à penser à devenir propriétaire. Pas d’un condo. Pas d’un jumelé. Du bungalow toé. De la maison unifamiliale où j’allais avoir des voisins, certes, mais où j’allais aussi avoir la cri** de paix.

Mais là, les paramètres de mon désir de propriété s’entrechoquaient avec mon plus grand désir d’avoir une vie sans stress et où je n’allais pas décliner toutes les invitations du monde parce que je devais faire le corking de mes fenêtres ou désherber ma cour arrière.

Il s’agissait donc d’y aller avec modération et intelligence, en douceur. De peser les pour et les contre.

Après avoir pesé le pour et le contre, on a décidé d’aller de l’avant. En effet, on considérait que pour nous, les avantages surpassaient les inconvénients.

Mais par où commencer? Les premières étapes.

Il y a plusieurs grandes étapes quand on est dans le processus d’acheter une maison.

Regarder les maisons en vente pour déterminer nos besoins

Pages web de courtiers, recherche google, pages Facebook, promenade dans les quartiers visés… tous sont des moyens efficaces de cerner nos besoins. Combien de chambres on veut? Est-ce qu’avoir une cour arrière est important? 1 salle de bain seulement ou on rajoute 1 salle d’eau? Il ne faut pas prendre cette étape à la légère, car il est important de savoir ce qu’on veut vraiment. Cela va nous permettre de cibler rapidement et efficacement les propriétés qu’on veut visiter. II faut bien connaitre nos besoins, car une variété de maisons se retrouvent sur le marché, comme le démontrent ces photos prises sur le site de centris.

Identifier des maisons-types à aller visiter

Une fois que nos besoins sont identifiés, on fait une recherche ciblée avec nos critères. Cela permet de cibler les maisons qu’on veut visiter.  Les sites tels que Centris permettent d’inscrire des critères précis comme le style d’habitation recherché, la ville, le secteur, le nombre de chambres désiré, le nombre de salle de bain désiré, le nombre de stationnements et de garage désirés, le prix demandé et la superficie du terrain. On sauve tellement de temps quand on sait ce que l’on cherche.

Évaluer notre capacité financière

Notre capacité financière, c’est nous qui la déterminons, pas l’institution financière. La question qu’on s’est posée c’est: Combien d’argent on est prêts à mettre par mois pour le remboursement de notre hypothèque? Nous sommes partis de là pour faire nos calculs et on a validé le tout avec notre conseillère financière, pour s’assurer que le prêt qu’on prenait ne nous étoufferait pas.

Choisir une courtière immobilière

Pour les inexpérimentés en achat de maison que nous étions, la décision d’aller avec une courtière immobilière allait de soi. Bien sûr, quand nous sommes acheteurs, aller avec une courtière impliquait que notre marge de manoeuvre de négociation avec les vendeurs diminuait, mais on était prêts à prendre le risque. Et on a bien fait, car notre courtière nous a accompagné à travers toutes les étapes: dépôt de l’offre, inspection de la maison, réalisation d’expertise supplémentaire, choix du notaire, confirmation du financement, etc. On était bien informés de ce qu’on faisait et nous n’avions pas de mauvaises surprises, car notre courtière était là pour nous guider.

Faire un budget

Il est très important de faire un budget et pas juste pour faire cute, mais bien pour s’appuyer dessus. En effet, les paiements mensuels sont habituellement plus importants lors de l’achat d’une maison, tout en étant loin d’être insurmontables. Il s’agit de bien gérer ses finances, de savoir exactement comment on reçoit par mois et le montant de nos dépenses récurrentes. On place le tout dans une grille et on calcule la différence. On s’alloue bien sûr des postes budgétaires pour les dépenses ponctuelles et on est flexibles sur des postes comme l’épicerie et les sorties. Pour un outil web efficace pour vous aider à faire votre budget, c’est par ici.

Les pièges à éviter

La capacité financière poussée au maximum

«Êtes-vous curieux de savoir jusqu’à combien vous pourriez payer pour une maison?», me dit ma conseillère financière, un grand sourire aux lèvres, devant mon chum plus-que-oui devant l’idée. Non merci.

On s’était fait approuvé pour le montant qu’on voulait.  J’avais passé beaucoup trop de temps à regarder toutes les propriétés qui sortaient sur le marché, à évaluer si elles correspondaient à  nos besoins, à identifier et re-identifier ces dits-besoins. Je savais donc exactement la fourchette de prix qu’on devait viser pour trouver une maison qui correspondait à nos besoins réels et non pas à notre capacité financière gonflée à bloc. On avait fait des simulations sur Internet et selon une banque en particulier, on pouvait emprunter jusqu’à 404 000$. Bin voyons donc. Le premier piège à éviter quand on achète une maison, c’est faire passer le besoin de la banque (accorder l’emprunt le plus haut possible avec les intérêts qui viennent avec) avant ses propres besoins (dans mon cas, trouver une charmante demeure, pas trop chère, pas trop grande, pas trop longue à entretenir et à côté de mon travail).

Le Extreme Makeover de la maison

Inévitablement, qui dit nouvelle maison dit souvent nouveaux meubles et décorations. Moi, je viens de faire le plus grand achat que je ferai probablement de toute ma vie. La dernière affaire que j’ai le goût de faire, c’est d’aller loader ma carte de crédit au Ikea pour acheter de nouveaux meubles et décorations. Nous avons acheté nos meubles il y a 1 an et demi, quand nous sommes déménagés en appartement. L’espérance de vie d’un divan ou d’un frigo dépasse largement les 18 mois. Ils sont payés, ils sont en excellent état et mieux encore, ils vont bien s’intégrer à notre nouvelle maison. Le deuxième grand piège à éviter est donc de dépenser pour acheter de nouveaux meubles et décorations en grande quantité.

La suite

Finalement, après avoir traversé les étapes mentionnées plus haut, non sans un certain stress (demandez à mon chum!!!), on a bien hâte de prendre possession de notre maison et d’y emménager. Je suis déjà dans la planification. On déménage dans deux mois, mais je fais 1 boite par jour pour calmer ma hâte. Je prévois les réparations mineures à faire dans la maison et me dote d’un calendrier de réalisation. On pense aux items dont on pourrait avoir besoin et j’en parle autour de moi, dans l’espoir que quelqu’un en ait un à me donner ou me prêter. Je rêve du jour où j’aurai mon bac de compost à moi et où je n’aurai pas à me faufiler en douce, le mardi soir, pour mettre mes restes de table dans les bacs de mes voisins.

Bref, mon chum et moi, on est fiers de la façon dont nous sommes devenus propriétaires, car nous sommes demeurés nous-mêmes tout au long du processus. Nous ne sommes pas tombés dans les pièges.

Et vous, êtes-vous propriétaires? Quelles sont vos impressions?

Pour d’autres articles sur le minimalisme ou le zéro déchet, visitez notre site web.

Comment organiser des événements Zéro déchet?

Est-ce que comme moi, vous êtes celle qui pointe du doigt tous les éléments qui ne sont pas Zéro déchet lorsque vous allez à un événement que vous n’avez pas organisé? Ouf! Au lieu d’être la fille qui chiale toujours que les gens ne sont pas écolos, je suis passée en mode solution et je vous propose quelques trucs afin de rendre vos événements plus écoresponsables.

Que ce soit pour une rencontre d’équipe au travail, un colloque de formation, une fête d’enfants ou une fête de quartier, il est possible de faire un événement pratiquement zéro déchet. Il suffit de planifier et d’anticiper. Voici quelques trucs pour vous aider à diminuer la quantité de déchets générés lorsque vous faites un événement, selon la nature de celui-ci.

Au travail

-Pas de distribution de bouteilles d’eau en plastique. Invitez les gens à amener leur bouteille d’eau lavable ou versez de l’eau dans des pichets de vitre pour vos invités.

-Ne servez pas vos repas dans des assiettes de plastiques ou de styromousse. Les assiettes lavables sont votre option numéro un, suivies par les assiettes compostables.

  • Compostez! Ne mettez pas vos restes de lunch dans la poubelle, mais compostez-les. Si vous n’avez pas de compost au travail, tentez de l’intégrer en sollicitant votre patron.

Fête d’enfants

-N’achetez pas de ballons, ce n’est pas recyclable et quand ça pète, c’est long à ramasser!

-Donnez les surprises en vrac et non dans des sacs-surprises en plastique. Privilégiez des surprises zéro déchet ou encore mieux, ne donnez pas de surprises. Quel parent saute de joie en voyant son enfant revenir avec plein de petites gogosses du Dollorama?

À ce propos, voici une vidéo à regarder absolument, de La Parfaite maman cinglante.

 

-Pour le gâteau, on veut de la vaisselle lavable ou compostable avec des ustensiles en métal ou compostables.

-Achetez les collations, croustilles, gâteries, en vrac et mettez-les dans des pots de vitre ou de plastique, sur une table pour tous. Vous éviterez de produire des déchets.

-Prévoyez des débarbouillettes ou des serviettes de table lavable pour laver les mains et les bouches des tous-petits

-Pour les parents Zéro déchet qui organisent une fête pour leur enfant, n’ayez pas peur d’indiquer à vos invités que vous n’avez pas de poubelle pour leur couche jetable. Cela les incitera à amener des couches lavables pour l’événement ou ils devront ramener la couche chez eux après la fête. Moins tentant…

Shower de bébé

-Privilégier les cadeaux usagés

-Éliminez les emballages-cadeaux, avec tout ce que ça implique de rubans et de choux.

-Si c’est un potluck, indiquez aux gens de bannir la pellicule plastique, le papier ciré ou le papier de plomb.

-Encore une fois, pas de ballons et de choux de toutes sortes pour les décorations. Idée originale: décorez avec des items que vous donnerez à la famille. Par exemple: faites une toile, créez un capteur de rêves, le tout dans les couleurs choisies par les parents. Succès garanti!

Souper d’amis à la maison

-Faire une épicerie en vrac pour les aliment secs

-Amenez vos plats à l’épicerie pour y mettre la viande

-Offrez des serviettes de tissu lavable et non des essuies-tout à vos invités

-Avertissez vos invités de votre mode de vie zéro déchet. S’ils arrivent avec des aliments suremballés, demandez-leur de repartir avec. Ce sera un pensez-y bien pour la prochaine fois.

Fête de quartier

-Prévoir de la vaisselle compostable

-Ne pas avoir de distributeur de ballons

-Embaucher quelqu’un pour trier les déchets, le compost et le recyclage

-Choisir un menu qui génère peu de déchets (ex: blé d’inde)

-Réutilisez vos pancartes pour annoncer la programmation ou le prix des repas offerts

-Incitez les gens à amener leurs bouteilles d’eau réutilisables et prévoyez un poste de ravitaillement

 

Avec tous ces petits conseils simples, rien de plus facile que d’adopter un virage vert pour vos prochains événements! Avez-vous d’autres trucs à nous conseiller?