Comment demeurer écolo avec des enfants en bas âge?

On le sait, avoir des enfants, ce n’est pas écologique. Ça pollue, un humain de plus sur la Terre. Mais il y a des façons de savourer les joies d’être parents tout en étant cohérent avec ses valeurs écologiques. Il suffit de faire des bons choix et de vulgariser clairement ses attentes vis-à-vis notre entourage.

Avant Noël, j’ai organisé un café-causerie avec trois amies soucieuses de générer le moins de déchets possibles en lien avec leur parentalité. Voici les trucs qui sont sortis de notre rencontre.

Troquer le jetable pour du lavable

C’est le principal truc dont nous avons discuté et c’est un des plus faciles à intégrer. J’ai séparé les recommandations en différents niveaux de difficulté/ impacts sur l’environnement. Ainsi:

Les couches

Niveau 1: On passe aux couches lavables à la maison

Niveau 2: On passe aux couches lavables partout, à la maison, en visite, en sortie, à la garderie, etc.

Niveau 3: On ne se procure pas de couches lavables neuves, mais on achète des usagées ou on emprunte celles de nos amies qui n’ont plus de petits aux couches.

Source: Site internet Ville de Valleyfield

Les lingettes/débarbouillettes

Ici, la même logique. Au lieu de prendre des lingettes jetables commerciales, on y va avec du lavable.

Niveau 1: Utilisez des lingettes lavables à la maison.

Niveau 2: Trainez vos lingettes lavables partout où vous allez. Truc: disposez de vos lingettes sales dans un sac imperméable (style plein-air ou sac recouvert de silicone ou de plastique pour masquer les odeurs). Faites-en un maison ou sinon, il y en a sur Etsy, faits au Québec.

Demain Demain, sur Etsy

Ça vaut autant pour les lingettes quand on change la couche que pour les débarbouillettes. Trainez une bouteille d’eau avec un morceau de coton pour essuyer la bouche du mini!

Acheter de seconde main ou emprunter

Les bébés grandissent tellement vite que c’est un véritable gaspillage d’argent d’acheter des vêtements neufs quand ils n’ont que quelques mois. Pour économiser des sous et être plus écolo, voici quelques trucs:

  • Faites le tour des trucs de vos amis ou frères et soeurs, il y en a en masse du stock !
  • Allez dans les boutiques de vêtements d’enfants de seconde main
  • Allez dans les friperies
  • Privilégiez les vêtements non genrés
  • Faites le tour des ventes de garage
  • Informez-vous s’il y a une joujouthèque dans votre ville
  • Utilisez le groupe Buy Nothing
Source: Pixabay

Exprimer clairement ses attentes

Le fabuleux shower de bébé fut une certaine source de stress pour certaines de mes amies. Voici des trucs qu’elles donnent pour faciliter le tout:

  • Confier le shower à une amie qui connait nos attentes et nos besoins
  • Demander que les cadeaux ne soient pas emballés
  • Demander de ne recevoir que des objets inscrits sur une liste que vous aurez faits à partir de vos besoins
  • Demander que tous les cadeaux reçus soient usagés et de seconde main
  • Demander des cartes-cadeaux à la pharmacie à la place d’objets

Mais bon, malgré toutes nos intentions, il y aura toujours 3-4 personnes qui ne comprendront pas vos demandes et qui vous amèneront du neuf, que ce soit un énième pyjama, des jeans pour bébé (sérieux?!), des gros jouets pour soi-disant stimuler votre enfant, etc. Ces cadeaux vous appartiennent et vous êtes libres d’en disposer comme vous le voulez, sans culpabilité. Voici les options:

  • Garder tout
  • Proposer des jouets à la garderie de notre enfant
  • Faire des dons à des organismes de charité, des maisons de naissances, des organismes d’accueil aux immigrants, etc.
  • Retournez les items au magasin et garder l’argent.

On ne vous en dit pas plus sur les showers de bébé, nous aurons un article complet là-dessus dans les prochaines semaines!

Quels sont vos trucs écolos avec vos jeunes enfants?

Grandes familles, minimalisme et zéro déchet: c’est possible !

Un commentaire auquel nous sommes souvent confrontées quand nous affirmons avoir un mode de vie zéro déchet et minimaliste, c’est: «On le sait bin! T’as pas d’enfants. Attends d’avoir des enfants, tu vas voir que tu vas changer d’idée».

Non justement. Parce que si j ‘ai des enfants, je voudrai que mon empreinte écologique demeure la plus basse. On a alors demandé à une grande famille (2 adultes, 4 jeunes enfants) leurs trucs pour continuer à être écolos après la naissance des enfants. On voit donc que le minimalisme et le zéro déchet est un mode de vie pour tous, et un maudit bon modèle à montrer à nos enfants!

Voici donc l’entrevue que nous avons faite avec Patrick !

Comment êtes-vous embarqués dans la grande aventure du zéro déchet?


Environnementalistes depuis longtemps, Marie-Anne et moi avons fait le choix du mode de vie zéro déchet après nous être renseignés sur le sujet. Nous avons décidé de commencer  avec le défi « un mois sans plastique » en juillet 2017 afin d’y aller de façon graduelle.

Puis, nous avons pris la décision de nous convertir aux couches lavables pour notre troisième enfant après avoir constaté que ce n’était pas si compliqué  ni aussi rebutant qu’on peut croire. 


Parallèlement, nous avons vu une augmentation des options pour pouvoir nous aider à tendre vers cet objectif avec la décision de Bulk Barn d’accepter les contenants réutilisables quelques mois auparavant  et l’ouverture de l’épicerie zéro déchet Nu à Ottawa. Graduellement, nous avons commencé à éliminer les emballages à usage unique en trouvant une option de rechange. Nous avons dû renoncer à quelques éléments n’étant pas disponible en « version » zéro déchet, mais rien qui a changé de façon majeure notre vie quotidienne. Et je pense qu’il s’agit là de la clé pour changer nos habitudes de vie. C’est d’y aller graduellement, en éliminant petit à petit les éléments les plus faciles. 

Et les enfants, dans tout ça?

Nous avons également mis les enfants dans le coup en les sensibilisant aux raisons de réduire les déchets dans notre vie. Pour les lunchs de mon fils, ça signifie souvent des restes pouvant être mis dans un thermos ou encore des sandwichs avec des protéines non emballées dans du plastique (thon en canne, viande froide achetée en vrac chez Wakim, etc.)

Pour les collations, ce sont des fruits pris en vrac dans une épicerie traditionnelle, des collations prises en vrac chez Bulk Barn, des biscuits/muffins faits maison ou du yogourt de chez Nu dont le pot est consigné (j’y ajoute du sirop d’érable et des graines de chanvre en vrac).

De pair avec le minimalisme


Ce virage est consistant avec des pratiques et une philosophie pour lesquels nous étions déjà un peu embarqués. En effet, du moment où nous avons fondé notre famille, nous avons privilégié la réutilisation en reprenant plusieurs des vêtements, en particulier ceux de mon neveu pour notre premier fils, ainsi que de notre nièce pour notre deuxième. Nous avons prêté ces mêmes vêtements pour d’autres neveux et nièces, et nous avons décidé de nous tourner davantage vers les boutiques de vêtements usagés pour enfants comme le Grenier d’Amélie ou encore le Boomerang Kids. Autant d’un point de vue environnemental que financier, ces choix sont définitivement les plus intéressants.


Pour des objets tels que les sièges d’autos, il est généralement déconseillé de les prendre usagés puisque leur historique est souvent inconnu. Toutefois, nous avons la chance d’avoir plusieurs amis avec des enfants, ce qui fait que nous avons pu faire des échanges de sièges d’autos dont nous savions l’historique. Sinon, pour tout le reste, les objets usagés utiles pour enfants abondent sur les sites de ventes en ligne.

Habiter près d’où on «vit»


En ce qui concerne notre mode de vie en général, nous avons également fait des choix pour réduire notre empreinte environnementale, tout en améliorant notre qualité de vie. Suite à un passage de quelques années dans les Hautes-Plaines, nous avons fait le choix de déménager plus près du centre-ville, dans Wrightville, un quartier mature, mixte et chaleureux au sein duquel plusieurs personnes de la génération des baby-boomers commencent à vendre leur maison unifamiliale au profit des jeunes familles.

Ce déménagement nous a permis de nous départir de notre deuxième voiture et, dans mon cas, de me permettre de me déplacer davantage en transport actif ou en transport collectif au travail et pour le travail (selon la saison, je ne me suis pas encore lancé dans le vélo d’hiver). Notre désormais famille nombreuse ne nous a pas permis de conserver une voiture compacte (Toyota Corolla) et nous avons dû nous résigner à nous tourner vers un véhicule plus gros et plus énergivore. Considérant qu’une fourgonnette consomme autant d’essence, et que c’est un type de voiture qui ne nous intéressait pas, nous avons opté pour un VUS six places. Nous avons fait plusieurs recherches afin de voir si un modèle hybride ou électrique était disponible à prix raisonnable pour une voiture de ce format, mais ce n’était malheureusement pas le cas.

La place des objets dans la famille


Au plan de la place des objets dans notre famille, nous avons graduellement revu notre approche. Avec une famille, il est facile d’accumuler plusieurs objets inutiles dont les enfants se servent peu ou pas.Un travail a dû être fait pour conscientiser les enfants pour diminuer l’importance des cadeaux aux anniversaires et nous avons même expérimenté les fêtes sans cadeau où une activité était privilégiée. Bien qu’il soit difficile d’éliminer complètement les cadeaux, nous avons tout de même réussi à réduire l’ampleur, ce qui est déjà un progrès par rapport à la situation usuelle. Cette philosophie minimaliste, nous tentons de l’intégrer jour après jour dans nos façons de faire. 

Pour des engagements gouvernementaux plus forts!


On pourrait terminer en disant qu’en ce qui a trait au mode de vie zéro déchet en particulier, ça demeure un objectif et qu’encore aujourd’hui nous avons du travail à faire pour éviter et éliminer certains déchets qui demeurent dans nos vies (on a qu’à penser aux fameux bonbons d’Halloween…!).

Ceci dit, bien que nous soyons fiers des efforts que nous mettons au plan individuel pour réduire notre empreinte environnementale, il demeure que la société doit aussi continuer de travailler à mettre en place les conditions favorables pour faciliter des comportements plus écolos. La pression ne doit pas seulement être sur les épaules des individus, elle doit aussi être mise sur les entreprises et le gouvernement, par l’adoption de réglementations plus sévères visant à influencer le marché et les comportements. Oui les consommateurs peuvent faire leur bout de chemin, mais on n’opère pas des changements aussi fondamentaux dans la vie des gens seulement par la sensibilisation. Il faut des options et il faut des incitatifs à changer nos comportements. Famille ou pas, nos vies sont déjà très compliquées, si on veut encourager les gens à changer, il faut des options crédibles et accessibles.

Écolos : pour aller encore plus loin !

Comme vous avez pu le constater depuis que vous nous suivez, notre blogue aborde deux thématiques bien spécifiques en lien avec l’environnement: le minimalisme et le zéro déchet. Par contre, nos modes de vie vont bien au-delà de ces thématiques. La plupart des gens sensibilisés au zéro déchet sont aussi bien sensibilisés sur les autres problématiques environnementales. Voici un petit survol d’autres aspects de nos vies et des actions que nous mettons en pratique au quotidien pour réduire notre empreinte écologique et améliorer notre qualité de vie.

1- Le rapport aux véhicules et à l’essence

On le sait, la consommation d’essence et l’achat de véhicules toujours plus gros et plus performants (camions et VUS) ont augmenté en flèche au Québec ces dernières années. Quelle contradiction, alors que les Québécois se considèrent plus écologiques et plus sensibilisés à l’environnement. De notre côté, Élisa n’a pas de voiture et j’ai vendu la mienne en octobre 2017. Alors que la société de consommation nous martèle que la voiture est le symbole de liberté absolue et qu’elle est un incontournable, il s’avère que le fait de vendre ma voiture a été très libérateur pour moi. En plus de marcher énormément, le vélo est devenu mon mode de transport numéro 1 six mois par année. Au besoin, je peux prendre la voiture de mon conjoint, qu’on partage maintenant à deux. Finalement, il reste toujours le covoiturage ou l’autobus!

Pour lire l’article d’Élisa sur les raisons pour lesquelles elle vit sans voiture, c’est par ici.

Faire ses déplacements à vélo: une solution économique et santé!

 

 

2- Alimentation, achat local, circuits courts

Un article paru dernièrement dans The Guardian présente des études récentes qui viennent à la conclusion qu’«éviter la viande et les produits laitiers est la meilleure façon de diminuer l’impact que nous avons sur la planète» [traduction libre]. Nous en sommes bien conscientes et tentons de limiter notre consommation de ces produits. Élisa est végétarienne depuis quelques années et de mon côté, j’ai énormément diminué sa consommation de produits laitiers et de viande. Je ne mange plus de yogourt et ne bois presque plus de lait.  Je mange un maximum d’un repas par jour avec de la viande, mais ces derniers temps, je dirais que je mange un repas avec de la viande aux 6-7 repas. 

L’été, lorsque la saison des marchés bat son plein, nous y achetons nos aliments frais. Non seulement on encourage l’économie locale, mais en favorisant les circuits courts, moins d’essence est gaspillée pour le transport des aliments et donc, moins de gaz à effets de serre sont produits. Les aliments dans les marchés sont souvent de meilleure qualité et on peut avoir la certitude qu’ils sont biologiques et donc qu’aucun engrais chimique ou pesticide n’a été utilisé.

Finalement, nous cultivons des fruits et légumes dans nos cours, via des bacs ou des jardinières. Non seulement on réduit notre facture d’épicerie l’été, mais on apprend les rudiments d’un potager et quelle fierté de manger les légumes que nous avons produits!

3-Minimalisme, diminution des achats, économie de partage

Qui dit écolo dit réflexion sur son mode de consommation. Vous nous suivez, vous savez que nous sommes minimalistes et que chaque achat que nous faisons est très réfléchi. Puis, nous avons développé de grands réflexes de partage. Besoin d’une robe pour un mariage? On l’emprunte à une amie au lieu de l’acheter! Envie de lire tel livre? On le réserve à la bibliothèque et on attend qu’il soit disponible. Le lèche-vitrine pour occuper le temps? Connait pas. Envie de rafraichir sa garde-robe? On organise un swap entre amies  et on échange nos vêtements. Le tout est très économique et bien sûr, écologique, car nous réutilisons les objets ou les partageons. Et il n’y a pas que des bénéfices pour la planète. Les économies sont énormes et permettent de dépenser pour des activités et des sorties au lieu d’objets. De plus, on crée des liens avec  notre communauté.

Pour des trucs pour organiser un swap de vêtements, consultez notre article.

Troc tes fringues juillet 2018

4- Type d’habitation et emplacement géographique

L’aménagement du territoire conjugué à nos choix individuels ont une grande influence sur notre empreinte environnementale. Habitez-vous près de votre lieu de travail? Devez-vous prendre votre voiture ou l’autobus pour vous y rendre? Pouvez-vous y aller à pied ou à vélo? Est-ce que votre maison est beaucoup trop grande pour vos besoins? Est-ce que vos appareils économisent l’énergie? Est-ce que votre maison est bien isolée? Habitez-vous à proximité des services, comme la pharmacie, l’épicerie, la bibliothèque, la banque, etc.?

Je travaille maintenant de la maison, donc j’ai énormément diminué mes émissions de GES en lien avec mes déplacements. 

Avez-vous d’autres enjeux écologiques à partager avec nous et la communauté Facebook, pour nous rendre encore plus conscientisés?

Ma chambre à coucher: avant/après

Rien de mieux que des photos pour nous faire réaliser le chemin parcouru ! Je suis tombée dernièrement sur des photos de ma chambre à coucher et de mon salon dans mes anciens appartements. Ouf ! Je ne peux pas comprendre à quel point j’avais des choses, notamment dans ma chambre! Et ce qu’on ne voit pas dans les premières photos, c’est que j’ai un walk-in qui DÉBORDE! Dans cet article, je vous présente ma chambre avant/après et je vous donne des trucs et astuces pour un désencombrement rapide.

AVANT

Comme vous pouvez le voir, ma chambre débordait d’objets. À part mon lit, mon bureau, mon ordinateur, mes rideaux, ma chaise ainsi que le cadre du côté fenêtre, je me suis débarrassée de tout le reste !!! D’abord, sur la première photo, dans le coin gauche, on voit une centaine de DVDs de fils et de série télé. J’ai tout vendu et/ou donné. Il ne me reste plus aucune série télé en format DVD et aucun film. Avec Netflix, cela devenait plutôt inutile.

Ensuite,  mon bureau de travail se trouvait dans ma chambre. Quelle mauvaise idée! Si vous avez de la place ailleurs dans votre logement/maison pour y mettre votre bureau de travail, faites-le. C’est une très mauvaise idée de mettre son bureau de travail dans sa chambre à coucher. En effet, je remarque que je dors beaucoup mieux depuis que j’ai enlevé le bureau de ma chambre. Et dans la dernière année, je n’avais pas de bureau du tout. Comme je retourne aux études, je vais prévoir un espace bureau dans ma maison, mais très minimaliste.

Puis, j’avais une poubelle dans ma chambre à coucher. Les kleenex sont compostables. Ça dit tout. Pas besoin de poubelle dans la chambre à coucher. Ou dans la salle de bain. Ni dans le bureau. Ni dans le salon.

Ensuite, les coussins et les éléments décoratifs. Je trouve que mon décor était très chargé. Des cadres sur les murs, des coussins sur le lit, des foulards sur les meubles afin de rajouter de la couleur, des petites chandelles, etc. J’ai tout donné. De toute façon, les coussins étaient mis par terre la nuit. Ils ne servaient à rien.

Finalement, les cartables de papiers d’école. J’ai gardé plusieurs documents importants, comme tous mes plans de cours, dans une pochette. Pour ce qui est des notes de cours, j’ai fait le tri. J’ai recyclé plusieurs cahiers, parce qu’en 6 ans, je n’ai pas voulu en savoir plus sur le mode de vie des Mérovingiens au Moyen-Âge… Vous pouvez faire de même. Ce n’est pas parce qu’on recycle nos notes de cours ou qu’on vend/donne nos livres que la connaissance part avec 😉

APRÈS

Ma chambre à coucher avant/après, c’est le jour et la nuit. À part mon lit, je n’ai que trois meubles dans ma chambre, soit deux tables de chevet (dont une est en palette) et une commode. On a trois oreillers, soit le nombre dont on a besoin pour dormir et une couette. Une plante pour arérer le tout et un cadre pour ajouter un peu de vie. Mes rideaux gris ont été installés à la fenêtre.

Puis, les photos sont plus ou moins à jour, parce que les deux lampes sur les tables de chevet ont été données 🙂

bref, je préfère nettement ma chambre actuelle et je dors tellement mieux.

TRUCS ET ASTUCES POUR DÉSENCOMBRER

  • Pas de poubelle dans la chambre
  • Relocaliser votre bureau de travail dans une autre pièce et sortez tous les documents/livres/possessions qui sont en lien avec le travail ou l’école: calendrier d’échéancier, ordinateur, livres, recueils de textes, etc.
  • Votre chambre n’est pas un entrepôt de livres, de CDs, de DVDs, etc. Minimisez vos possessions et installez-les dans une autre pièce, comme le salon ou le sous-sol.
  • Donnez vos coussins, ça ne sert à rien!

Pour encore plus de trucs, consultez l’article de la série Projet Désencombrement qui porte sur la chambre à coucher

 

 

Les initiatives-partage de quartier à connaitre absolument

Les initiatives-partage de quartier? Quessé ça?

Les initiatives-partage de quartier sont des projets micro-locaux, à l’échelle d’un quartier ou d’un district, qui visent à créer des liens dans la communauté par l’échange ou les dons de biens ou de services. La majorité de ces initiatives se retrouvent dans plusieurs quartiers à Gatineau et ailleurs au Québec.

1-Bibliothèques itinérantes

D’abord, les bibliothèques itinérantes sont plutôt répandues dans plusieurs grandes villes du Québec et d’ailleurs. Gatineau n’en fait pas exception et de nombreuses boites existent partout sur son territoire. Selon la réglementation municipale, à Gatineau, les bibliothèques itinérantes sont seulement permises sur les terrains privés ou chez les organismes. Le concept est bien simple: les gens peuvent venir y déposer leurs livres et prendre les livres qui s’y trouvent pour les amener chez eux. Pour connaitre quelques points de services:

source: Bibliothèque itinérante

2- Valise de livres

Ensuite, la valise de livres est un concept semblable à la bibliothèque itinérante, sauf qu’elle circule entre un groupe restreint de résidents d’un même quartier. Les gens intéressés à recevoir la valise s’inscrivent sur la liste et quand c’est leur tour, ils doivent aller chercher la valise chez la personne qui l’a en sa possession. On prend ce qu’on veut bien prendre, on laisse ce dont on n’a plus besoin et on repasse au suivant! La valise de livres est facile à démarrer. Il s’agit de créer un groupe Facebook ou un circuit entre amis. C’est très facile à instaurer dans son quartier et plaisirs garantis pour les lecteurs!

3-Sac de swap

Puis, différents groupes Facebook existent pour des sacs de swap dans le Plateau à Gatineau. C’est le même concept que la valise de livres, mais au niveau des vêtements. Il existe trois groupes, pour 3 grandeurs différentes: X-small/small, Medium/Large et Large/XL/XXL. Les participantes reçoivent le sac, pigent dedans, le renflouent et contactent la personne suivante sur la liste, qui vient chercher le sac et fait le même exercice. J’ai moi-même pris 2-3 morceaux dans ce sac de vêtements et y ai laissé une vingtaine de morceaux.

4-Swap privé

Ensuite, les swaps privés se déroulent dans la maison des gens, avec une douzaine de personnes. Chaque personne amène les bijoux, accessoires et vêtements qu’ils ne veulent plus et on prend ce qui nous tente. On essaie le tout, on change d’idée, on redécouvre des morceaux, on passe de beaux moments entre amis et voisins, etc. C’est une façon super économique de se procurer de nouveaux vêtements, car c’est gratuit. Plus besoin d’aller magasiner.

Voici les derniers morceaux que je me suis procurée lors du dernier swap:

5-Événements bon débarras

Les événements Bon débarras, c’est comme le swap privé, mais avec des objets et selon une thématique. Par exemple, un bon débarras de Noël a été organisé avec la thématique cadeaux. Chaque personne amenait les articles qu’il n’utilisait plus à la maison et prenait les articles qu’il voulait donner en cadeau. Cela permet de faire des cadeaux à ses proches sans trop dépenser.

6-Système d’échange local

J’ai moi-même démarré un système d’échange local (SEL) dans le quartier du Plateau. Bon, il n’est pas très actif, parce que je n’ai pas pris le temps de l’animer convenablement, mais quelques demandes apparaissent de temps en temps sur le groupe. Des gens demandent de faire du covoiturage, d’emprunter des matériaux de construction, que des gens plus spécialisés viennent couper du bois sur mesure pour eux, de réparer un vélo, etc. Ce groupe permet de créer des liens entre les gens du quartier et d’économiser sur la location d’outils ou de services de toutes sortes. Pour rejoindre le SEL du Plateau:

7- Groupe Buy Nothing

Le groupe Buy Nothing, j’en ai déjà parlé amplement, mais c’est une idée tellement géniale que je me permets d’en reparler. Les groupes Buy Nothing sont une plateforme Facebook où on donne les objets que nous ne voulons plus et où on peut demander les objets dont on a besoin. Aucun échange ou vente n’est tolérée et c’est axé sur le don. Ce groupe m’a permis de rencontrer des vingtaines de personnes de mon quartier et de me lier d’amitié avec quelques-unes d’entre elles. Sur ce groupe, j’ai donné énormément, mais j’ai aussi reçu beaucoup. Voici quelques objets que j’ai reçus:

  • Des plantes en pots pour mon bureau et la maison
  • Un panier à linge
  • Des serviettes de table en tissu lavable
  • Des boites pour mon déménagement
  • Une rappe à fromage neuve qu’on utilise presque tous les jours
  • La trame sonore du film Forrest Gump
  • Et bien plus encore.

Pour savoir si un groupe Buy Nothing existe dans votre quartier, c’est par ici.

8-Les potagers à partager

Finalement, dans mon nouveau quartier, les potagers à partager sont assez populaires. Ce sont des ménages qui décident de partager leurs récoltes avec les autres résidents et les voisins. Un bac de légumes est placé bien en évidence sur le terrain, avec une affiche À partager ou Les Incroyables comestibles et les gens peuvent se servir de bons légumes frais. C’est une super initiative qui gagne à être connue et reproduite.

Pour terminer, ce qui est super intéressant de ces différentes initiatives-partage, c’est que chaque personne peut en démarrer une dans son environnement immédiat. Ça commence très petit et ça prend de l’ampleur tranquillement, par le bouche-à-oreille. Ce sont des initiatives qui ne coûtent rien, mais qui rapportent tellement.

N’hésitez pas à nous contacter si vous voulez de l’aide pour démarrer une des initiatives mentionnées plus haut!

Projet Désencombrement- Le sous-sol et le garage

Le sous-sol, le grenier, la garage, le cabanon sont tous des endroits où l’encombrement se fait rapidement et où on peut facilement perdre le contrôle. Dans ce dernier article du Projet désencombrement, je vous donne des trucs afin de désencombrer ces endroits en douceur, mais avec efficacité.

Les appareils de conditionnement physique

Levez la main ceux qui ont un banc d’entrainement, un vieil elliptique, un tapis roulant à propulsion humaine et plein de poids à soulever dans leur sous-sol? Bien plus de gens que vous pensez accumulent des appareils de conditionnement physique dans leur sous-sol. Un truc simple: si vous n’avez pas utilisé l’appareil dans les 3 derniers mois, vous ne le réutiliserez probablement jamais. Vendez-le donc sur Kijiji ou donnez-le à quelqu’un qui veut se remettre en forme!

Parce que ça prend énormément de place, ça vous culpabilise à chaque fois que vous le voyez et que ça pourrait servir à quelqu’un d’autre, sortez-moi ça de là!

Les vieux matériaux de rénovation et produits nettoyants

Les seuls produits nettoyants que je possède sont ceux sur la photo. 1 détergeant à lessive, un nettoyant pour le four et la cuisine, un antigraisseur, un nettoyant pour toilette, un windex ainsi qu’un savon liquide pour vaisselle. Nul besoin d’avoir plus et quand ces produits seront expirés, je tenterai de ne pas en racheter et de faire une recette maison de nettoyant (bicarbonate de soude avec vinaigre). Mes produits sont tous au même endroit, ce qui fait que je ne cherche pas quand j’en ai besoin. J’ai aussi un nettoyant à eau et vapeur pour plancher.

Le principal truc pour désencombrer vos produits nettoyants sont de ne pas les remplacer quand ceux-ci sont terminés. Comme ils sont payés et qu’il en reste, je vous suggère de terminer les bouteilles et non de gaspiller les produits. Soyez patients et allez-y donc par attrition.

 

En ce qui concerne les matériaux de rénovation,

  • Peinture: Si vous gardez des gallons de peinture depuis des années et que vous n’avez pas l’intention de les réutiliser, vous pouvez les ramener au magasin où vous les avez achetés ou dans une quincaillerie près de chez vous. Ils en disposeront de façon responsable (on l’espère) et enverront les gallons au recyclage ou les réutiliseront. Pour plus d’infos, c’est par ici
  • Extras de plancher divers: vous avez refait votre plancher et vous avez des boites d’extra de bois flottant ou de bois francs et il vous reste de nombreuses boites? Au lieu d’entasser cela dans votre sous-sol, récupérez de l’espace et de l’argent en retournant l’extra au magasin ou en tentant de les vendre.
  • Outils: un tournevis étoile par grosseur suffit amplement. Pas besoin d’en avoir 4. Même chose pour le tournevis plate et tous les autres tournevis.
  • Vis, clous, etc.: 1 kit de différentes vis et clous de grosseurs variées dépanne habituellement. Le plus important est de les garder dans un même endroit afin de les trouver facilement et de ne pas en racheter inutilement. Conservez-les dans un petit coffre compartimenté.

 

Les souvenirs  des enfants

Médailles sportives, dessins et cahiers de la maternelle ou de l’école primaire, photos de classe, vêtements préférés… de nombreuses personnes gardent énormément d’objets qui ont une grande valeur sentimentale et qui leur rappellent des souvenirs. Malheureusement, ces objets prennent énormément de place, espace qui pourrait être utilisé à meilleur escient. Voici quelques trucs pour se débarrasser de ces objets et faire de la place:

  • Garder une seule photo d’école par année. Il ne sert à rien de garder 25 copies d’une même photo, mais de grosseur différentes. Tsé les gros paquets de photo que nos parents commandent pour donner à nos oncles et à nos tantes… la vérité c’est qu’il en reste toujours énormément.
  • Scanner les photos que vous voulez garder et recyclez les copies carton. Vous pouvez utiliser un numérisateur d’imprimante, mais aussi votre téléphone, avec l’application iScanner.
  • Numériser les travaux d’école si vous désirez les garder. Si c’est vos parents qui ont tout gardé et qui vous ont tout donné, offrez-leur de leur redonner et s’ils refusent et que vous ne désirez pas les garder, recyclez-les tout simplement.
  • Vêtements d’enfants: il y a tellement de friperies en ville, faites des heureux et déposez-les dans les boites prévues à cet effet.
  • Médailles: malheureusement, les médailles ne sont pas recyclables. Vous pouvez apporter le tissu chez H&M, qui va le prendre et jeter le médaillon aux poubelles.

 

Le matériel de camping

Est-ce que votre matériel de camping est dispersé aux quatre coins de votre sous-sol? Avez-vous un kit de vaisselle de camping complet alors que vous n’êtes que deux personnes? Est-ce que votre tente peut contenir 8 personnes alors que vous n’êtes qu’une petite famille de 3 ou 4 personnes? Le minimalisme, c’est de ne posséder que ce dont nous avons besoin ou qui apportent une valeur à notre vie. C’est aussi de posséder des objets adaptés à nos habitudes. Le premier conseil: regroupez votre matériel de camping. Ce sera plus facile lorsque viendra le temps de préparer votre séjour en camping, car tout sera à portée de main. Surtout, vous aurez une image claire de ce que vous possédez et vous ne serez pas portés à acheter du matériel superflu. Afin de désencombrer vos articles de camping, voici quelques trucs:

  • Si votre tente est beaucoup trop grosse pour vous, tentez de l’échanger pour une plus petite ou la vendre afin de vous acheter une tente plus compacte (de seconde main de préférence) qui prendra moins de place.
  • Diminuez vos articles de cuisine. Amenez deux assiettes, deux bols, deux verres et 2 couverts au maximum par personne. De toute façon, vous ne voudrez pas vous encombrer de vaisselle dans la voiture ou dans votre VR, donc vous la laverez au fur et à mesure. Cela ne sert donc à rien d’en avoir des tonnes.
  • Tentez d’avoir un seul poêle. Nous avons troqué notre petit brûleur au butane simple pour un brûleur double au propane. C’est plus efficace et nous pouvons cuisiner deux trucs en même temps (ex: faire cuire le spaghetti pendant que la sauce réchauffe). Nous avons donné notre four au butane afin de ne pas s’encombrer inutilement.

Le matériel d’aménagement paysager et d’entretien

Dans chaque maison, il y a, à quelque part, un ramassis d’articles de jardins qui prennent la poussière depuis des années. Que ce soit de vieilles décorations, des outils qu’on considère désuets, un troisième arrosoir ou de l’engrais qui durcit, on y trouve pour tous les goûts. Voici des trucs pour désencombrer votre coin jardinage/entretien:

  • Pour la neige: on ne garde pas plus d’une pelle par personne, plus une grande gratte si vous avez une grosse entrée à déblayer. On propose les autres à nos voisins. Mieux: on partage nos pelles avec nos voisins.
  • Échelles, tondeuses, outils qu’on utilise rarement: avant d’en acheter, on tente de trouver un arrangement avec ses voisins pour partager les outils et ainsi, sauver de l’espace et de l’argent!
  • Matériel en double: on donne notre matériel sur le groupe Buy Nothing de notre quartier ou on s’informe si un groupe communautaire tient un jardin collectif dans le quartier. Ils sont toujours à la recherche de nouveau matériel pour leurs membres.

 

On aurait pu traiter bien d’autres sujets dans cet article sur le sous-sol/garage/remise. J’ai choisi de me concentrer sur ces aspects-ci, mais suivez les mêmes conseils pour tous les objets qui vous encombrent et vous en verrez rapidement les effets bénéfiques.

Projet Désencombrement- La chambre à coucher

La chambre à coucher. Cet oasis de paix, où on ne fait que dormir (ou presque!). Calme, nous disposant à la meilleure nuit de sommeil possible. Ouf! Cette image vous semble bien loin de la réalité ? Dites-vous que vous n’êtes qu’à quelques étapes de créer cet espace paisible et que ces étapes sont plutôt simples.

Par où commencer et quoi désencombrer?

La literie

Normalement, chaque lit dans la maison a un ensemble de draps, une douillette et environ deux oreilles. On prévoit un ensemble de draps d’extra par lit occupé et c’est tout.  Quoi? Vous avez bien compris. Pas besoin de garder 3 kits de drap dans le garde-robe si vous n’avez qu’un ou deux lit utilisé. Nul besoin de prévoir 4 oreillers d’extra non plus. Si les deux sur le lit ne suffisent pas, demandez à vos invités d’amener leurs oreillers quand ils viennent dormir chez vous.

Les objets décoratifs

Qui a plein d’objets décoratifs dans la chambre à coucher? Il y a un an, j’aurais plaidé coupable à cette question. J’avais plein de bibelots, une dizaine de cadres à photos, des vases avec de fausses fleurs, des peintures accrochées aux murs, 1 miroir vertical, des foulards colorés disposés sur mes nombreuses tables d’appoint ou bibliothèques, etc. Aujourd’hui, après 1 an de minimalisme, notre chambre à coucher se compose des objets suivants:

Pour arriver à un résultat semblable, il s’agit de tout purger les objets inutiles et encombrants. Vous voulez que votre chambre à coucher soit paisible et vide de toutes distractions. Retirez tous ces cadres photos qui sont sur les murs. Enlevez tous les bibelots que vous avez reçus en cadeaux ou que vous avez acheter sans trop y penser. Vases décoratifs, fleurs artificielles, bols de toutes grosseurs, etc.

Les vêtements

Faites le tour de vos tiroirs et de votre garde-robe. Voyez-vous des vêtements que vous n’avez pas portés durant la dernière année? Apercevez-vous des vêtements qui sont trop grands ou trop petits pour vous? Voyez-vous des vêtements tachés, troués ou flétris? Si vous avez répondu oui à ces questions, il est temps de les sortir de chez vous. Transformez les vieux vêtements en guénilles. Les vêtements non-portés ou de mauvaise taille peuvent être déposés à un comptoir d’un organisme communautaire ou donnés à des amis. Les vêtements plus chauds comme les manteaux, les articles d’hiver, les bottes, etc., seront certainement reçus avec  joie dans les refuges de sans-abris.

Donnez les cintres en surplus et profitez de tout l’espace que vous aurez fait.

Faites le même exercice pour les souliers, les foulards, les chapeaux et les sacs/sacoches.

Pour approfondir sur le désencombrement de votre garde-robe, vous pouvez  lire les deux articles d’Élisa qui portent sur le Projet 333 et sur trois méthodes mondialement reconnues pour désencombrer sa garde-robe. On vous met aussi le lien pour un article de Courtney Carver, la fondatrice du projet 333.

Les bijoux

Les bijoux sont souvent gardés dans la chambre à coucher, ce qui prend beaucoup de place si vous en avez beaucoup. Idéalement, ceux-ci seraient conservés dans la salle de bain, pour ne pas encombrer votre chambre à coucher.

Voici quelques trucs pour faire le ménage de vos bijoux:

  • Mettez de côté vos bijoux préférés et ceux que vous portez de façon régulière
  • Débarrassez-vous des boucles d’oreilles dépareillées

Le bureau de travail

Afin d’optimiser le repos et favoriser un sommeil réparateur, la chambre à coucher ne devrait servir qu’à dormir (ou presque!). Si vous avez un bureau de travail dans votre chambre, il vaudrait mieux songer à le déplacer dans une autre pièce de la maison. Si ce n’est pas possible, pensez à un virage numérique et tentez de réduire votre matériel de bureau au minimum. Un simple ordinateur portable sur un petit bureau de travail donnera une impression de calme beaucoup plus qu’une pile de livres, de papiers et de crayons.

Suivez ces quelques conseils et votre chambre à coucher deviendra un oasis de paix. Vous pourrez vous y reposer et bien dormir 🙂

Restaurants: Comment produire moins de déchets?

Pour ceux qui ne me connaissent pas,  Annie-Pier a travaillé dans deux restaurants pour un total cumulé de près de 8 ans (Valentine, Mikes). De son côté, Élisa est serveuse depuis quelques mois. C’est phénoménal la quantité de déchets qui sont produits, surtout dans les restaurants de type fast-food ou comptoir. En tant que consommateur, nous pouvons avoir un impact sur les habitudes de ces commerces, en encourageant les restaurants à être plus écoresponsables, en boycottant ceux qui ne le sont pas et en demandant des changements.

Par contre, cet article ne s’adresse pas directement aux consommateurs, mais bien aux restaurateurs. L’objectif est de donner des trucs d’envergure différente afin de réduire les déchets générés en cuisine et en salle à manger.

1- Compostez

Le compost est absent d’énormément de restaurants! Toute la nourriture  est envoyée à la poubelle. Que ce soit les pelures de bananes, les extrémités des piments, les pieds de brocoli (qui sont rarement utilisés) ou autres, le tout est jeté. Résultat: on peut sortir jusqu’à 7 grands sacs de poubelle par jour pour un restaurant de taille et d’affluence moyennes. Les sacs sont super lourds, ils puent, quand ils perçent ils coulent, bref, c’est dégoûtant. À penser que tous ces déchets ne seront pas compostés mais bien enfouis, c’est encore plus dégoûtant.

Solution: instaurer des stations de compost dans la cuisine, mais aussi dans la salle à manger. Quand c’est du libre-service par cabarets, les gens pourront trier et mettre leurs restants de nourriture dans le compost et le reste à la poubelle. Bon, le mieux serait que la vaisselle soit aussi compostable (voir le point 4).

2-Bannissez les pailles de plastique

Les fameuses pailles de plastique! Elles sont partout, absolument partout, mais ô combien polluantes. C’est fou de penser qu’une paille dont l’utilisation est aussi éphémère ne se décomposera pas avant des centaines d’années. De plus en plus de restaurants entament une réflexion par apport à la paille de plastique. Si certains ne la donnent pas automatiquement, d’autres l’ont carrément bannie. Le bar Ou Quoi Salon Urbain, dans le Vieux-Hull, ne donne plus de pailles et en a des compostables si les clients insistent.

Solution: Ne plus offrir systématiquement des pailles en plastique. Se procurer des pailles biodégradables et les donner seulement sur demande.

Cesser d’offrir automatiquement des pailles dans les breuvages

3- Pas de roll-ups

C’est quoi un roll-up? C’est quand vous recevez vos ustensiles enroulés dans une serviette de table jetable et maintenue avec un papier autocollant. Ce n’est pas tout le monde qui utilise une serviette en mangeant (je me salis très rarement, donc je n’utilise jamais ma serviette). Mais pour avoir accès à mes ustensiles, je dois ouvrir le roll-up. Je gaspille ainsi le papier autocollant et la serviette.

Solution: Arrêtez de nous amener nos ustensiles dans des roll-ups! Disposez les ustensiles directement sur le napperon (avec ou sans serviette, pour moi sans).

4- Avoir seulement de la vaisselle et des instruments lavables ou du moins, compostables

Au Mikes, chaque fois que vous commandez une pizza, cela signifie qu’un sac de plastique est mis à la poubelle. Parce que chaque portion de croûte est gardée séparément dans un sac de plastique. Chaque fois que vous prenez une salade du jardin, votre vinaigrette vous est servie dans une petite coupe de plastique qui sera jetée après votre repas. Dès que vous demandez de la mayonnaise, elle arrive dans la même petite coupe de plastique. Toute confiture utilisée le matin provient de petits casseaux jetables. Chaque portion de fève aux lards est aussi servie dans cette chère coupe. Chaque jour, tous les jours, chaque client, tous les clients. C’est énormément de déchets, mais c’est aussi des coûts qui pourraient être évités par le restaurant.

Dans les chaines de restauration rapide, comme le Valentine, même si les gens mangent sur place, leur nourriture est servie dans de la vaisselle jetable. Bols à poutine, assiettes à club sandwich, ustensiles, tout est jeté après utilisation.

Solution: Il s’agit seulement de se munir de petits ramequins de céramique ou de petites coupes lavables, qui peuvent être lavées à la plonge et réutilisées dans les assiettes. Il s’agit d’un coût plus important pour le restaurateur au premier achat, mais qui se rentabilisera rapidement. Pour les aliments gardés dans les sacs de plastique, il s’agit de se doter de plats avec couverts. Aussi, remplacer les bâtonnets de café en plastique ou en bois par des cuillères.

5-Changer son mode d’approvisionnement

Si on veut vraiment amener un gros changement dans son restaurant et qu’on a la possibilité de le faire, il est suggéré de changer son mode d’approvisionnement. Les restaurants indépendants ont davantage de flexibilité que les chaines ou les franchises en ce qui concerne le mode d’approvisionnement. Quand il s’agit de chaines ou de franchises, les aliments arrivent souvent suremballés et transportés dans des sacs ou des boites aux couleurs de l’entreprise. On a aussi peu d’options pour le choix des matériaux pour les contenants de livraison ou au comptoir. Résultat: beaucoup de restaurants servent leurs repas ou mettent leurs aliments dans des contenants de styromousse. On vous rappelle que le styromousse n’est pas recyclable. C’est donc zéro écolo.

Solution: On tente donc de privilégier les circuits courts et les aliments qui ne sont pas suremballés. On tente d’acheter nos aliments secs, comme le riz, les bâtonnets de canelle, les croûtons à salade dans un magasin en vrac. On demande de recevoir nos poivrons non emballés (individuellement ou groupés). Il faut tenter au maximum d’éviter les contenants en styromousse et on favorise les contenants en carton recyclé et recyclable ou compostable. Il est aussi possible d’inciter la clientèle à amener ses propres plats pour les mets à emporter en offrant un pourcentage de rabais sur la commande.

Encouragez les restaurants que vous fréquentez à intégrer de petits gestes au quotidien.

Et dites-nous, connaissez-vous des restaurants zéro-déchet ou qui font un effort pour le devenir?

Projet Désencombrement- La salle de bain

La salle de bain est une mine d’or d’objets non utilisés, de médicaments expirés ou de produits dédoublés. Cet article fait un tour d’horizon des différents articles que vous pouvez laisser aller quand vous tentez d’adopter un mode de vie plus minimaliste.

Par où commencer et quoi désencombrer?

Les produits beauté

Il y a un an, mes tiroirs et armoires de salle de bain étaient remplies de produits pour les cheveux (mousse, fixatif) que je n’avais pas utilisé depuis des années. On y trouvait aussi du vernis à ongles, du fard à joue et du fard à paupières. Il y avait de multiples types de crèmes (à mains, à ongles, à jambes, à visage, etc.) Ces produits ne faisaient qu’encombrer les espaces de rangement de ma salle de bain, qui disons-le, étaient déjà plutôt restreints. Je me suis donc débarrassée de tous les objets inutiles et encombrants que j’avais. Résultat: je trouve facilement mes articles dans mon tiroir et tout est bien ordonné. Et on va se le dire, si vous avez 100 élastiques à cheveux, vous en avez beaucoup trop.

Un tiroir des produits quotidien bien rangé

Les produits hygiéniques

Sans trop comprendre comment on s’est rendues à ce point, on s’aperçoit souvent qu’on a plein de bouteilles de shampoing et de revitalisant dans nos armoires. Certaines sont neuves, d’autres sont remplies à moitié, d’autres sont presque vides. Donnez-vous pour défi de terminer vos bouteilles avant d’en acheter de nouvelles. Si vous avez des bouteilles inutilisées que vous n’utiliserez pas, essayer d’aller les donner à un refuge ou un centre qui vient en aide aux personnes vulnérables. Vos produits seront très appréciés. Afin de ne pas réencombrer, tentez d’acheter une seule bouteille à la fois et ce, juste quand vous arrivez à la fin de cette que vous utilisez présentement. Vous pouvez aussi troquer pour un shampoing en barre ou vous confectionner un shampoing sec (bicarbonate de soude et farine de maïs mélangés!) pour vous laver les cheveux moins souvent. En plus d’être beaucoup moins cher que le shampoing commercial, il est aussi plus sécuritaire, car ce sont des produits naturels.

Puis, pour être en mesure de faire plein de place dans vos armoires, troquez serviettes sanitaires et tampons pour la coupe menstruelle. En plus de faire moins de déchets, elle est plus économique et plus confortable.

Les serviettes et les débarbouillettes

Votre salle de bain est digne d’un spa ou d’un hôtel? Vous avez des dizaines de serviettes de bain, de serviettes à  main et de débarbouillettes? Vous gaspillez donc beaucoup d’espace dans votre salle de bain, espace qui doit déjà être plutôt restreint. Vous n’avez pas besoin de plus de deux serviettes de bain par personne de la maisonnée. Si vous avez une piscine ou si vous allez souvent à la plage l’été, 1 ou 2 serviettes de plage peuvent être utiles par personne, mais sans plus. Vos serviettes de plage ou de piscine peuvent être rangées ailleurs que dans la salle de bain, ce qui désencombrera vos armoires, d’autant plus que vous ne les utilisez pas les trois quarts de l’année!

Les anciennes prescriptions

Vous avez eu un ulcère d’estomac en 2004 et vous avez encore vos médicaments? Vos tylenols indiquent 11/07 comme date d’expiration? Il est temps de faire le ménage de vos médicaments et de vous débarrasser des produits expirés. Attention! On ne s’en débarrasse pas en les mettant dans la toilette ou la poubelle. Amenez-le tout à la pharmacie la plus proche. Celle-ci en disposera de manière sécuritaire.

Les produits électriques

Rasoir électrique, séchoir, fer plat, fer à frisé, miroir avec lumière électrique… Que de trucs électriques qui nous encombrent! Les filles, gardez vous un séchoir et un fer plat, that’s it. Le fer plat qui est assez étroit vous permettra de vous friser les cheveux, de les gaufrer (moyennant une certaine technique) et de les raidir. Pas besoin de rien d’autre. On se garde 1 rasoir électrique au maximum, celui qu’on utilise, et on se débarrasse des autres!

La vanité

Finalement, on ne garde que les éléments dont on se sert le plus souvent sur la vanité. Sur la mienne, nos brosses à dents (Ola Bamboo, eh oui!), un savon pour les mains acheté en vrac chez les Miels d’Anicet ainsi qu’une plante pour aérer la pièce. Une serviette est suspendue à la vanité pour qu’on puisse se sécher les mains après le lavage et c’est tout.

Une vanité non encombrée

 

Vous avez en main tous les outils pour désencombrer votre salle de bain et en faire un endroit plus aéré, plus efficace et plus agréable. Qu’attendez-vous? 🙂

Projet Désencombrement- La cuisine

Après le salon, la cuisine est l’endroit qu’on fréquente le plus chaque jour. On y prépare notre petit-déjeuner, parfois notre diner et notre souper. On y passe de nombreuses heures à cuisiner de bons mets pour toute la famille. On salit de la vaisselle pour ensuite la laver et on recommence. Afin que votre cuisine demeure propre et ne vous apporte pas trop de stress, on vous encourage à maintenir le niveau d’objets qui s’y trouvent au minimum. Cela vous prendra moins de temps pour ranger les items après utilisation et à nettoyer les différentes surfaces. Voici quelques conseils pour maintenir au minimum votre niveau d’objets.

Les ustensiles et la vaisselle

Vous êtes 4 à la maison, mais vous avez 3  kits de coutellerie et 30 assiettes? Tu bois pas de vin, mais tu as 8 coupes  » au cas où » tu recevrais des gens? La cuisine est souvent encombrée parce que nous avons beaucoup trop de vaisselle. Quand tu réalises que tu pourrais recevoir 30 personnes chez vous en même temps sans manquer de vaisselle, c’est frappant! Gardez une quelques couverts par personne qui habite la maison et vous en aurez amplement!

Les fameuses assiettes à fondue

Les instruments de cuisine

Je ne suis pas une grande cuisinière. Mais j’en connais assez en cuisine pour savoir qu’on a juste deux mains et qu’il y a souvent juste 4 ronds sur le pôele. Alors tu n’as peut-être pas besoin d’avoir 3 spatules, 4 fouets et deux batteries de cuisine au grand complet. Tu n’as pas non plus besoin d’avoir un gadget pour chaque coupe et chaque légume. On s’en tient donc à l’essentiel: quelques couteaux (1 à viande, 1 à pain, 1 à légumes), une spatule, une grande cuiller, deux louches, un fouet, une pince, et voilà!

Un tiroir à ustensiles de cuisine épuré
Un tiroir à ustensiles de cuisine épuré

Les plats de plastique

Tout le monde a, dans un racoin de sa cuisine, une pile de plats de plastique dépareillés, vieux et défraichis. On a toujours trop de couvercles, qui ne vont avec aucun plat. On découvre toujours de nouveaux plats, que nous n’avons pas achetés et que nous avons ramené de quelque part. Une dizaine de plats suffisent amplement. Vous pouvez en avoir moins si vous êtes assidu sur la vaisselle. De mon côté, j’essaie d’avoir 4-5 plats de bonne grosseur pour pouvoir congeler des repas. J’en garde 2 ou 3 de grosseur moyenne pour mes lunchs et des petits plats pour mettre mes fruits ou mes petites collations.

L’armoire des aliments non périssables

On a toujours des aliments inconnus dans notre armoire d’aliments secs. On a aussi des aliments secs comme des épices qu’on a acheté pour faire une recette, mais qu’on n’utilisera vraisemblablement plus jamais. De façon régulière, faites le ménage de vos armoires. Prévoyez vos menus avec les aliments non périssables que vous avez et donnez à votre entourage les ingrédients que vous n’utiliserez pas.

Les gadgets culinaires

Avez-vous vraiment besoin d’un poêle à raclette si vous n’en mangez que deux fois par année? Et d’un poêle à fondue? Souvent, ces repas copieux se dégustent entre famille ou entre amis et il est très probable qu’un de vos invités en aient un à apporter. Vous venez donc de libérer une armoire complète de votre cuisine.

Faites-vous souvent des frites? Ou vous en faites au maximum 1 fois par mois? Si tel est le cas, au lieu d’avoir une grosse friteuse qui nécessite aussi de l’huile en permanence, je vous suggère d’utiliser une tôle de métal et de faire vos frites au four.

Un gril à panini? Une poêle avec une spatule fait très bien l’affaire! Une machine à emballer sous-vide? Utilisez des contenants de silicone, de plastique ou de vitre pour congeler vos aliments. Un cuiseur à riz? Une casserole ou une tasse à mesurer en vitre qui va au micro-ondes font l’affaire. Une ouvre-canne électrique? Un bon ouvre-canne manuel est beaucoup plus petit et se range plus facilement.

Les seuls gadgets culinaires que je vous conseille de conserver sont la mijoteuse, le mélangeur, le grille-pain et le micro-ondes. Le reste, on sort cela de chez nous!

 

Une fois que vous aurez fait le ménage de tous les items de votre cuisine, vous libérerez énormément d’espace de rangement et il n’y aura plus de fouillis dans les armoires.

N’oubliez pas de nous envoyer vos photos avant/après 🙂